Plongeon du titre Commerzbank après le rachat de Dresdner à Allianz pour 9,8 milliards d'euros

En discussions depuis des semaines, la vente de la filiale bancaire du bancasseur Allianz, Dresdner Bank, à Commerzbank a été finalisée pour 9,8 milliards d'euros. L'opération devrait se faire en deux temps, pour être bouclée en 2009. Commerzbank a déjà annoncé la suppression de 9.000 emplois. Son titre a plongé.

Cette fois, c'est officiel. Après des semaines de discussions, Allianz et Commerzbank ont enfin annoncé dimanche soir le rachat par ce dernier de Dresdner. Le bancassureur allemand va vendre sa filiale bancaire à Commerzbank pour 9,8 milliards d'euros, donnant ainsi naissance à un nouveau géant bancaire en Allemagne. La Bourse de Francfort a réagi avec un plongeon de 10,2% pour le titre Commerzbank à 18,04 euros et une hausse limitée de 0,04% pour Allianz à 114,14 euros (Retrouvez le communiqué d'Allianz sur cette vente en cliquant ci-contre à droite dans l'espace : "pour aller plus loin").

Dans un communiqué, Allianz précise que l'opération se fera en deux temps. Dans une première étape, Commerzbank va acquérir 60,2% de Dresdner, qu'elle paiera avec 2,5 milliards d'euros en liquide, ainsi qu'avec un paquet de 163,5 millions d'actions nouvelles, émises lors d'une augmentation de capital, paquet d'une valeur de 3,4 milliards d'euros. De plus, la banque francfortoise va céder son fonds Cominvest à Allianz.

Dans un deuxième temps, Commerzbank va racheter les 39,8% restants, cette fois sans apport en numéraire, mais avec de nouvelles actions, d'une valeur de 3,2 milliards d'euros, émises à l'occasion d'une deuxième augmentation de capital.

A l'issue de l'opération, Allianz sera le premier actionnaire du nouvel ensemble, avec près de 30% du capital. Il pourra écouler ses polices d'assurance via les filiales du nouvel établissement bancaire, en vertu d'un accord de coopération exclusif. L'accord qui liait jusque là Commerzbank à l'assureur italien Generali ne sera pas prolongé.

De plus, Allianz et Commerzbank se sont entendus pour couvrir les risques de nouvelles dépréciations d'actifs encourus par Dresdner Bank à cause de la crise financière. Dresdner a en effet été touché de plein fouet par la crise des "subprime", plombant les performances de sa maison-mère. Allianz avait acquis Dresdner Bank en 2001 pour environ 24 milliards d'euros, une acquisition qui n'a jamais été rentable.

Le rachat par Commerzbank devrait être au plus tard bouclé fin 2009. Il doit encore obtenir le feu vert des autorités de la concurrence. Le montant des synergies issues de l'opération est évalué à cinq milliards d'euros, une fois déduits les coûts de restructuration.

Au terme de ce rachat, Commerzbank aura renforcé sa place de deuxième banque allemande derrière Deutsche Bank. Le nouvel ensemble comptera en effet près de 11 millions de clients privés en Allemagne et 1.200 filiales, selon le communiqué. Sa somme de bilan s'élèvera à environ 1.100 milliards d'euros.

La banque allemande a néanmoins déjà annoncé la suppression de 9.000 emplois sur des postes à temps plein dans le cadre du rachat prévu de Dresdner Bank. Elle précise toutefois que ces suppressions d'emplois devraient se faire sans licenciements secs.

Par ailleurs, la marque Dresdner Bank va disparaître. "Cela a peu de sens de conserver deux marques", a expliqué Martin Blessing, patron de Commerzbank, lors de la conférence de presse organisée à Francfort. "Nous sommes certains que la marque Commerzbank a le potentiel pour devenir une marque forte pour les clients en Allemagne".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.