Jon Huntsman se retire de la course à l'investiture

 |   |  654  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'ancien ambassadeur des Etats-Unis en Chine devrait apporter son soutien à Mitt Romney. Rick Perry et Newt Gingrich sont également susceptibles d'abandonner après la primaire en Caroline du Sud.

Après son pari raté dans le New Hampshire, Jon Huntsman semblait dans l'impasse. L'ancien ambassadeur des Etats-Unis en Chine en a tiré les conséquences: il a annoncé ce lundi matin qu'il se retirait de la course à l'investiture républicaine. Il a également officialisé son soutien à Mitt Romney, vers lequel il avait pourtant dirigé la majorité de ses attaques. D'ailleurs, les vidéos mettant en cause l'ancien sénateur du Massachusetts - et grand favori pour remporter les primaires - ont été retirées de son site Internet.

Depuis le début de sa campagne, le candidat avait tout misé sur la primaire du New Hampshire. Pendant que ces adversaires se battaient dans l'Iowa, un terrain jugé peu propice à son profil plus modéré, il avait concentré tous ses efforts sur cet Etat, le parcourant d'est en ouest, du nord ou sud. Il avait multiplié les campagnes de pub et cherché à discréditer Mitt Romney. Sa stratégie était simple: il comptait sur un bon score dans le New Hampshire pour émerger comme un candidat incontournable. En somme, réaliser la même surprise que Rick Santorum dans l'Iowa.

Mais malgré une percée tardive dans les sondages, Jon Huntsman n'est arrivé qu'à la troisième place, avec 17% des votes. Insuffisant pour créer une dynamique. Sur le plan national d'ailleurs, il restait scotché en queue de peloton. Tout comme en Caroline du Sud, prochain Etat à voter pour les primaires, où il était même devancé par Stephen Colbert, un humoriste vedette de la télévision américaine qui ne s'est même pas porté candidat ! Trop posé, pas assez populiste, Jon Hunstman n'a en fait jamais trouvé sa place dans cette campagne.

Son retrait ne va pas radicalement modifier la donne pour Mitt Romney, toujours en situation idéale pour l'emporter après ses victoires dans l'Iowa et dans le New Hampshire. Cela pourrait toutefois lui rendre la tâche encore plus facile, s'affirmant comme le seul candidat capable de rassembler les voix des militants républicains modérés. Dans l'Iowa, il ne se serait très certainement pas s'imposé si l'ancien ambassadeur y avait fait campagne - Mitt Romney n'a en effet devancé Rick Santorum que de 8 voix.

Après les abandons successifs d'Herman Cain, de Michele Bachmann et donc de Jon Huntsman, il ne reste plus que cinq candidats en lice pour décrocher l'investiture républicaine. Mais ils ne pourraient bien n'être plus que trois la semaine prochaine en fonction des résultats de la primaire en Caroline du Sud. Humilié dans l'Iowa puis inexistant dans le New Hampshire, Rick Perry joue sa dernière carte. En vain: il devrait à nouveau réaliser un très mauvais score. Il sera alors temps pour lui d'arrêter les frais et de rentrer au Texas, Etat dont il est le gouverneur.

La candidature de Newt Gingrich se joue également en grande partie ce samedi en Caroline du Sud. Nettement distancé dans l'Iowa et dans le New Hampshire, victime notamment d'une campagne très agressive à son encontre, l'ancien président de la Chambre des réprésentants espère relancer sa campagne. Les sondages le placent pour l'instant en deuxième position, derrière Mitt Romney. Mais il semble sur la pente descendante et pourrait bien être devancé par Rick Santorum. Si tel était le cas, il ne lui resterait alors plus qu'à s'effacer au profit de ce dernier. Un résultat inverse pourrait en revanche contraindre Rick Santorum au retrait.

Quant à Ron Paul, troisième dans l'Iowa et deuxième dans le New Hampshire, il demeure en position de trouble-fête. Il y a quatre ans, il avait maintenu sa candidature jusqu'au bout, malgré des résultats bien moins favorables.

Actualités, petites phrases, sondages et analyses... Suivez au jour le jour les primaires républicaines et la présidentielle sur notre blog consacré aux élections américaines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2012 à 16:24 :
Sénateur ou ambassadeur en Chine ?
Réponse de le 16/01/2012 à 16:41 :
Ambassadeur... C'est corrigé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :