EDF : le juste prix

 |   |  304  mots
Copyright Reuters
Une fois de plus, le titre s'apprécie grâce à des rumeurs entourant une demande de hausse des tarifs d'électricité. Au-delà, les catalyseurs sont maigres.

L'histoire se répète régulièrement pour le titre EDF. A chaque nouvelle hausse tarifaire annoncée sur le prix de l'électricité ou simple rumeur sur le sujet, comme c'est le cas aujourd'hui, l'action de l'électricien s'allume comme une ampoule. L'information selon laquelle le groupe aurait demandé une augmentation de 30 % des tarifs sur les cinq prochaines années a permis au titre de s'adjuger jusqu'à 1,79 % mercredi. Ce malgré le démenti d'Eric Besson, le ministre de l'Industrie et du groupe lui-même. Exception faite de journée comme lundi où le titre est capable de s'enflammer de plus de 5 % - hausse qui s'apparente à un rebond technique dans un marché fortement haussier où le CAC 40 s'adjuge 2,47 % - l'action EDF ne dispose pas de catalyseurs. Cible potentielle d'une hausse des taxes dans un contexte d'austérité budgétaire, la valeur avait, comme d'autre dans le secteur, été délaissée l'an dernier par les investisseurs - si tant est qu'elle eu suscité leur intérêt auparavant. En effet, difficile de dire que le titre a été délaissé sachant qu'il est purement ignoré depuis le déclenchement de la crise financière. Preuve en est qu'avec une baisse de 42,69 %, l'énergéticien français enregistre la plus forte baisse du CAC 40 depuis la faillite de Lehman Brothers. Trop dépendant de son marché domestique, le groupe ne bénéficie que de deux moteurs de croissance des bénéfices comme le soulignait déjà il y a quelques temps une note de Morgan Stanley : l'augmentation des tarifs et du taux de disponibilité des réacteurs nucléaires. Faible catalyseurs surtout à la lumière d'une valorisation qui reste relativement élevée sachant que le titre se paie aujourd'hui 15,7 fois ses bénéfices estimés pour 2011 contre 10,2 fois pour le CAC 40 ...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2011 à 18:55 :
Ou comment faire "plonger" 10 millions de Français dans la précarité (retraités,(sauf ceux d'EDF!), smicards, étudiants,etc...) sans apparaitre comme fauteur, l'Etat se cachant derrière ces augmentations (il possède 85% d'EDF) et peu de citoyens le savent!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :