Archos, ode à la mauvaise foi

 |   |  277  mots
Copyright Reuters
La société préfère remettre en cause des informations de presse, pourtant recueillies "mot pour mot" lors de la présentation des résultats du 18 mars dernier, pour masquer un réajustement de tir. Heureusement, le marché n'est pas dupe...

Le passage à l?heure d?été a visiblement occasionné quelques pertes de mémoires au président d?Archos. Mais à force de jouer avec les mots, Henri Crohas dont le nom est l?anagramme d?Archos, risque de se brûler les doigts et de perdre toute crédibilité auprès de la communauté financière. Ses mots, prononcés lors de la présentation des résultats annuels du spécialiste de la tablette à petit prix le 18 mars dernier, étaient pourtant clairs : "l?entreprise est tout à fait en passe de revenir aux bénéfices cette année". A la lettre près. Cette confiance manifeste reposait notamment sur l?espoir de capter 5% du marché des tablettes à moins de 400 euros l?unité, vendus dans le monde en 2011.

Et voilà qu?aujourd?hui, comme frappé par un brusque retour à la réalité, la direction fait volte-face, allant même jusqu?à « réfuter » les informations recueillies par La Tribune et Les Echos ce fameux vendredi 18 mars. L?accusation est aussi violente qu?infondée. La définition du Petit Larousse illustré est, en effet, sans équivoque. A côté du verbe Réfuter, on peut lire : "démontrer la fausseté d?une affirmation par des preuves contraires". Comble de la mauvaise foi, contacté par nos soins, le groupe aurait eu droit à une "remontée de bretelles" par l?AMF pour en avoir trop dit. Bref, l?histoire est aussi brumeuse que les perspectives de croissance d?Archos et, au vu du recul de près de 3% du titre ce mardi malgré la publication d?un solide chiffre d?affaires trimestriel, le marché ne s?y est pas trompé.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2011 à 15:30 :
A plus de 11 euros today, c'est l'auteur de l'article qui semble bien s'être trompé et non les actionnaires.
a écrit le 06/04/2011 à 15:10 :
Je rêve, la Tribune est de plus en plus à l'image de BFM, BFMTV. C'est dommage, j'aimai bien ce canard avant. Toujours est-il, que le PDG d'Archos en a peut-être trop dit ou pas assez, serait-ce une occasion de le bruler sur le bucher de la transparence financière ? Au nom de quoi ce journaliste, ou dois-je dire ce liseur de dépêches financières, se permet d'être insultant, provocateur et parti pris à ce point c'est affligeant. La fin de ce journalisme arrive doucement mais surement, vive les tablettes et vive Archos.

Ps : je n'ai aucun lien avec la direction d'Archos, un simple actionnaire ayant réaliser plus 140% de PV sur cette valeur.

PS2 : si vous appelez une baisse de 3% sur un titre, une correction vous devriez changer de métier.

Ps 3 : Mon commentaire à une chance sur 100 qu'il soit publier, mais au moins le message est passé .
Réponse de le 06/04/2011 à 15:48 :
je ne sais pas qui se cache sous ce pseudo mais voilà un commentaire de plus au raz des paquerettes de la part d'un spéculateur qui devrait poursuivre ses élucubrations sur le forum de boursorama, cour des miracles de la pensée économique et de l'orthographe, et s'atteler à préserver ses misérables petites plus-values de pseudo trader averti
Réponse de le 06/04/2011 à 17:04 :
En voila, une façon de répondre. L'argument solide, le verbe juste et l?objectivité est sonnante et trébuchante. Je me pose la question de savoir l?intérêt d'un journaliste de dénigrer une entreprise et sa direction à un point qui frôle la propagande (cf l'autre article ou on parle clairement de chute). On me "répond trader misérable va jouer sur le forum de boursorama". Le comble pour "le journal quotidien boursier, économique et financier". No comment

Désolé pour l'orthographe, j'ai plus de faciliter avec les chiffres.
a écrit le 06/04/2011 à 8:13 :
Archos a clairement écrit: "la société ne souhaite pas fournir de prévisions à moyen terme et réfute par conséquent les propos de son Président..."

Peu importe qu'ils aient été rapportés par tel ou tel journal. Archos n'a pas incriminé le journal, qui n'a fait que son boulot de vecteur d'information.

On dirait que le journaliste ait pris la chose un peu trop personnellement. C'est ridicule.
Réponse de le 06/04/2011 à 9:27 :
François, vous avez extrait un morceau de phrase et oublié l'essentiel pour comprendre le fond du problème. Voici donc la phrase en entier : " la société ne souhaite pas fournir de prévisions à moyen terme et réfute par conséquent les propos de son Président rapportés par la presse à la suite de la publication des résultats annuels 2010, (en particulier les articles de la Tribune et des Echos du 21 mars 2011)". En lisant vos commentaires, certains n'ont décidément rien appris de la crise financière. C'est atterrant!! Pour ceux qui ne l'auraient pas encore compris, une société cotée est tenue à la transparence la plus totale pour permettre, notamment, au marché d'intégrer les élements de valorisation les plus justes possibles. Or, le fait qu'Archos se défausse est aussi lâche qu'inquiétant.
Réponse de le 06/04/2011 à 9:38 :
@ Patrick
J'ai délibérément coupé la phrase pour montrer qu'elle peut être interprétée d'une façon qui ne met en cause personne.
C'est une question de point de vue. Mais je ne pense pas nécessaire de soulever un problème alors qu'il peut être facilement évité.
Réponse de le 06/04/2011 à 11:57 :
Cette polémique est inutile... Le vrai responsable dans cette histoire n'est ni ARCHOS ni La Tribune, mais l'AMF qui a dû demander cette intervention de la part de la société française. après aucune personne n'est visée en tant que telle, ce sont plutôt les déclarations de Mr Crohas, relayées par la presse, qui ont alertées l'AMF... Est-ce que le concurrent de La Tribune, Les Echos également cités ont réagi d'une telle manière ? Je n'ai rien vu pour le moment.
Le meilleur moyen de punir la société ARCHOS est peut être tout simplement de ne plus les citer dans votre support tout simplement ?
a écrit le 05/04/2011 à 22:54 :
C'est les propos du président qui sont réfutés. La tribune parano??
Réponse de le 06/04/2011 à 7:40 :
non Greg, ce sont les propos prêtés par la presse au président, qui sont réfutés, ce qui n'est pas la même chose.
Réponse de le 07/04/2011 à 14:31 :
"la société ne souhaite pas fournir de prévisions à moyen terme et réfute par conséquent les propos de son Président rapportés par la presse"

Cette phrase me semble pourtant limpide. La société réfute les propos de son président. Lesquels? Ceux rapportés par la presse (la tribune et les echos notamment).

En quoi Archos accusent les DEUX journaux d'avoir transformer les propos de Crohas? Si c'etait le cas, ils n'auraient pas formulé la phrase de cette façon.

Et la remarque concernant la baisse de 3% après la publication ne vole pas très haut, sachant que le titre a pris plus de 20% les quelques jours d'avant.
a écrit le 05/04/2011 à 20:53 :
De la mauvaise foi, de la mauvaise foi... Ce sont juste de petits arrangements avec la communication. ^^

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :