Société Générale : Fitch craint d'autres dépréciations, le titre recule

 |   |  316  mots
Après Standard&Poor's, l''agence de notation financière Fitch a abaissé d'un cran à "A+" la note de dette à long terme de la Société Générale. Fitch craint que la banque française ne doive encore passer d'importantes dépréciations.

L'agence d'évaluation financière Fitch a abaissé lundi d'un cran à "A+" la note de dette à long terme de la Société Générale (SG), disant craindre que la banque française ne doive encore passer d'importantes dépréciations.

Comme pour Standard and Poor's, qui a également abaissé d'un cran, à "A+", la note de SG, cet abaissement intervient après la publication par la banque jeudi d'une perte nette de 278 millions d'euros au premier trimestre, imputable à d'importantes dépréciations (1,5 milliard d'euros). "L'environnement reste difficile" et Fitch craint que la poursuite de la détérioration du marché immobilier américain ne pèse sur la rentabilité de sa division de banque d'investissement. L'agence rappelle que le portefeuille de titres illiquides de SG s'élève à 43 milliards d'euros. Frédéric Oudéa, son nouveau PDG, a affirmé qu'il était "prématuré de dire que c'est la fin des dépréciations", laissant entendre que la banque pourrait procéder à de nouveaux ajustements de valeur dans les mois qui viennent, dans un entretien aux Echos de ce lundi.

En outre, Fitch relève que la demande de produits financiers complexes demeure "faible" et que cela devrait générer un manque à gagner pour SG, historiquement leader sur les dérivés action. Enfin, l'agence anticipe un accroissement significatif des défauts de paiement en Europe centrale et orientale ainsi qu'en Russie, rappelant que cette zone représente 11% des actifs de la banque.

Parmi les points positifs, Fitch relève que "le fonds de commerce de la banque et sa réputation ont survécu aux problèmes de fraude de 2008" et que SG a réduit son "appétit pour le risque" depuis, en diminuant notamment son activité de trading pour compte propre au profit des produits de flux à destination des clients.

En Bourse, le titre Société Générale a perdu 2,99% à 38,30 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

























Hélas les dépreciations à la Société Génénérale ne sont sûrement pas terminées. par contre ce qu'il faudrait c'est une révolte des actionnaires pour mettre fin aux salaires
mirifiques de ces salariés (dirigeants)ainsi que les stocks options bonus retaites c'est INDECENT car le seul travailqui int















resse ces dirigeants qui ne contôlent RIEN et font
des placements et prennent des engagements au Pif,est de
faire établir des statistiques pour prévoir le montant des
primes qu'ils pourront s'attibuer, avec l'argent qui ne leurappartient pas ( mais il font comme ...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :