Wall Street en hausse après le bond de la confiance des consommateurs

 |   |  647  mots
Les places américaines repartent à la hausse ce mardi, dans le sillage de la forte progression du moral des ménages et de la reconduction de Ben Bernanke au poste de président de la Fed. Le Dow Jones gagne ainsi 0,94% à 9.598 points, le Nasdaq progresse de 0,75% à 2.033 points et le S&P 500 s'adjuge 0,94% à 1.035 points.

Au lendemain d'une séance de consolidation, Wall Street s'affiche à nouveau à la hausse ce mardi, portée par le bond nettement supérieur aux attentes de la confiance des consommateurs américains. Les marchés saluent en outre la reconduction de Ben Bernanke à la tête de la Réserve fédérale, pour un deuxième mandat de quatre ans. Les investisseurs ayant en effet apprécié l'activisme et les mesures (souvent non-conventionnelles) prises par la Fed lors de la crise financière, notamment pour venir en aide au secteur bancaire.

Trente minutes après l'ouverture des échanges, le Dow Jones gagne 0,94% à 9.598 points, le Nasdaq progresse de 0,75% à 2.033 points et le S&P 500 s'adjuge 0,94% à 1.035 points.

Sur le front des statistiques, la confiance des consommateurs a donc fortement progressé en août. L'indice établi par l'institut de conjoncture privé du Conference Board atteint 54,1 ce mois-ci, contre seulement 46,6 en juillet et 47,5 attendus par les économistes. Ce bond fait suite à deux mois consécutif de baisse, qui avaient un temps fait douter les marchés quant à une reprise rapide de l'activité. En effet, le moral des ménages donne une tendance de l'état de la consommation américaine, moteur principal et traditionnel de la croissance aux Etats-Unis.

Par ailleurs, les prix des maisons individuelles ont progressé pour le deuxième mois de rang. Ils ont augmenté de 1,4% en juin dans les vingt principales métropoles américaines, selon l'indice Case-Shiller. Les économistes n'avaient anticipé qu'une hausse de 0,2%, après un gain de 0,5% en mai, le premier depuis près de trois ans. Sur un an, les prix restent en forte baisse, de 15,4% en juin, contre -16,4% escomptés par les marchés. Ces chiffres confirment que la reprise du secteur immobilier américain, particulièrement sinistré depuis l'effondrement du marché des prêts hypothécaires.

Du côté des valeurs, Staples progresse de 1,67% à 22,56 dollars. Le numéro un mondial des fournitures de bureaux a de nouveau accusé une forte baisse de ses profits, au titre du deuxième troisième de son exercice décalé 2009-10. Son bénéfice net a ainsi reculé de 38% sur la période, tombant à 91 milliards de dollars. Hors exceptionnels (notamment une charge de restructuration), cela représente 16 cents par action. Un chiffre conforme aux attentes. Mais les marchés sanctionnent l'absence de prévisions pour l'ensemble de l'année alors que la récession économique pèse fortement sur son activité.

Toujours sur le secteur de la distribution, Lowe's gagne 1,88% à 21,11 dollars. Morgan Stanley est passé de "pondération en ligne" à "surpondérer" sur le titre du spécialiste des magasins de bricolage. Le président de la branche canadienne du groupe a pour sa part anticipé une reprise du marché nord-américain dès le premier trimestre 2010. Entre avril et juin, Lowe's a vu ses profits chuté de 19% à 14 milliards de dollars. Le groupe avait par ailleurs abaissé ses prévisions pour le trimestre en cours.

Medtronic abandonne 0,55% à 37,79 dollars. Le fabricant de matériel médical a annoncé mardi une baisse de 38% de son bénéfice pour le compte de son premier trimestre en raison notamment de charges liées à des procédures juridiques avec Abbott Laboratories. Ses profits s'élèvent ainsi à 445 millions de dollars. Ils s'établissent à 79 cents par action et hors exceptionnels, en ligne avec le consensus. Son chiffre d'affaires a progressé de 6% sur la période, à 3,93 milliards de dollars.

Enfin, l'opérateur téléphonique Sprint Nextel cède pour sa part 0,52% à 3,81 dollars. Le groupe a été autorisé par la Fair Trade Commission (FTC), les autorités américaines de la concurrence, à racheter les activités américaines de Virgin Mobile pour un montant de 483 millions de dollars. Cette opération va permettre au troisième acteur du marché américain de se renforcer sur le marché des cartes prépayées. Virgin Mobile USA recule de 0,10% à 4,80 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :