Wall Street en légère hausse, portée par les technologiques

 |   |  858  mots
Les places américaines restent indécises ce jeudi malgré des statistiques et des résultats supérieurs aux attentes. Le Dow Jones gagne 0,01% à 9.582 points, le Nasdaq progresse de 0,77% à 2.043 points et le S&P 500 gagne 0,17% à 1.033 points.

Comme depuis le début de la semaine, Wall Street ne parvient pas à trouver de tendance à l'ouverture. Après avoir débuté en nette hausse, portées notamment par les valeurs technologiques, les places new-yorkaises ont perdu une partie de leurs gains initiaux à la suite de la publication de chiffres concernant le moral des ménages, pourtant supérieurs aux attentes. Mais les marchés restent toujours hésitants et prudents, préférant digérer la forte hausse enregistrée ces dernières semaines plutôt que de céder trop vite à l'euphorie.

Vers 16 heures, le Dow Jones prend 0,01% à 9.582 points, le Nasdaq progresse de 0,77% à 2.043 points et le S&P 500 gagne 0,17% à 1.033 points.

Sur le front des statistiques, la confiance des consommateurs a légèrement baissé au mois d'août, selon l'indice de l'Université du Michigan. Celui-ci ressort à 65,7 contre 66 en juillet. L'estimation initiale s'était élevé à 63,2, ce qui représentait le plus faible niveau de l'indice depuis mars. Et les économistes attendaient une révision à la hausse plus modeste, misant sur un chiffre de 64,5. Le moral des ménages est particulièrement suivi par les investisseurs, alors que la consommation est le moteur traditionnel de la croissance outre-atlantique.

Par ailleurs, les dépenses de consommation des ménages ont progressé pour un troisième mois consécutif, en hausse de 0,2% en juillet par rapport à juin. Un chiffre conforme aux attentes. La progression du mois de juin a été en outre revue à la hausse, passant de 0,4% à 0,6%. En revanche, les revenus des ménages sont restés inchangés en juillet alors que le marché anticipait une augmentation de 0,2%.

Du côté des valeurs, Intel grimpe de 4,62% à 20,37 dollars. Le premier fabricant mondial de semi-conducteurs a relevé ce vendredi ses prévisions de chiffre d'affaires pour le troisième trimestre. Le groupe attend désormais des ventes comprises entre 8,8 et 9,2 milliards de dollars, contre une précédente fourchette allant de 8,1 à 8,9 milliards. La marge brute est désormais escomptée entre 51 et 55%. Intel met en avant une demande plus forte que prévu de microprocesseurs et de chipsets. Au deuxième trimestre, le géant américain était tombé dans le rouge, perdant 398 millions de dollars, en raison de l'amende record (1,45 milliard de dollars) infligée par la Commission européenne pour abus de position dominante.

Forte progression également pour Dell, qui gagne encore 5,08% à 16,45 dollars. Le titre avait déjà grimpé de près de 7% jeudi dans les derniers échanges après la publication des résultats trimestriels juste avant la clôture de Wall Street. Le deuxième fabricant mondial d'ordinateurs a accusé un repli de 23% de son bénéfice net au deuxième trimestre, à 472 millions de dollars. Mais il a dépassé les attentes des marchés, avec un bénéfice par action (BPA) de 28 cents, soit 6 cents de plus que le consensus des analystes. Du côté des ventes, le groupe a enregistré une baisse sur la période. Le chiffre d'affaires atteint 12,8 milliards de dollars alors que les opérateurs avaient anticipé 12,6 milliards.

Apple s'adjuge pour sa part 0,32% à 170 dollars. Le groupe à la pomme s'apprête à lancer l'iPhone, son téléphone multifonctions à succès, en Chine. Un accord a été signé avec l'opérateur China Unicom permettant à la firme de Cupertino d'accéder au premier marché mondial pour la téléphonie mobile, avec près de 700 millions d'abonnés. Le lancement doit intervenir d'ici à la fin de l'année.

Le concepteur de puces électroniques Marvell Technologies flambe également, s'envolant de 6,43% à 15,57 dollars. Le groupe a fait mieux que prévu pour le titre de son deuxième trimestre, dégageant 59 millions de dollars de profits. Hors exceptionnels, cela représente 18 cents par action, contre un consensus de 15 cents. Le chiffre d'affaires a reculé de 24%, tombant à 640 millions de dollars. Mais les marchés n'attendaient que 620 millions. Surtout, Marvell a revu à la hausse ses prévisions pour le trimestre en cours, avec un BPA attendu entre 18 et 26 cents. Les investisseurs ne misent pour l'instant que sur 17 cents.

Tiffany progresse de 8,36% à 36,57 dollars. Le deuxième joaillier mondial a publié un bénéfice net de 57 millions de dollars pour son deuxième trimestre, en baisse de 30% sur un an. Par action, les profits s'élèvent à 39 cents, une fois les éléments exceptionnels exclus, contre seulement 33 cents anticipés par les opérateurs. Les ventes ont chuté de 16% sur la période, à 612 millions de dollars, mais sont légèrement supérieures aux attentes. Tiffany a en outre amélioré ses objectifs annuels. Le groupe mise sur un bénéfice compris entre 1,65 et 1,75 dollar par action, contre une précédente fourchette allant de 1,50 à 1,60 dollar.

Enfin, Boeing est encore dans le vert, au lendemain qu'une hausse de plus de 8%. Le titre gagne 1,16% à 52,42 dollars. Morgan Stanley et Jeffries ont relevé leurs objectifs de cours sur la valeur, respectivement de 45 à 50 dollars et de 52 à 60 dollars. L'avionneur américain a mis fin ce jeudi à l'incertitude concernant son programme vedette B787 Dreamliner, son futur long-courrier, en livrant un nouveau calendrier. Le premier vol d'essai aura lieu au quatrième trimestre de l'année, pour une première livraison prévue fin 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :