Wall Street se replie, pénalisée par la décision de la Fed

 |  | 690 mots
Lecture 3 min.
Wall Street a ouvert en légère baisse ce vendredi, pénalisée par le relèvement du taux d'escompte de la Réserve fédérale. Le Dow Jones perd ainsi 0,26% à 10.366 points, le Nasdaq recule de 0,36% à 2.234 points et le S&P 500 laisse 0,32% à 1.103 points.

Wall Street s'affiche en légère baisse ce vendredi, après trois séances consécutives de hausse. Les marchés réagissent au relèvement inattendu du taux d'escompte de la Réserve fédérale, première manifestation de la mise en oeuvre de la stratégie de la sortie de crise de l'institution. Même si la Fed a rappelé qu'elle ne comptait pas remonter son principal taux directeur pendant une période prolongée, cette décision alimente les spéculations sur le début du resserrement de la politique monétaire américaine.

Vers 16 heures, le Dow Jones perd ainsi 0,26% à 10.366 points, le Nasdaq recule de 0,36% à 2.234 points et le S&P 500 laisse 0,32% à 1.103 points.

Sur le front des statistiques, les prix au détail ont augmenté moins fortement que prévu en janvier, progressant de 0,2% contre une hausse attendue de 0,3%. L'inflation sous-jacente, c'est-à-dire hors alimentation et énergie, a reculé de 0,1%. Cela n'était plus arrivé depuis décembre 1982. La hausse inattendue des prix à la production le mois dernier, imputable à une montée des prix de l'essence, avait fait craindre un proche regain des pressions inflationnistes, qui pourrait conduire la Fed à durcir plus rapide que prévu sa politique monétaire. Ce chiffre devrait donc atténuer les inquiétudes sur le sujet

Du côté des valeurs, les valeurs bancaires évoluent dans le rouge après la décision de la Fed. Le taux d'escompte est le taux auquel l'institution prête aux banques qui ne parviennent pas à se refinancer sur le marché interbancaire. Cette facilité de crédit avait été très utilisée au plus fort de la crise financière. Bank of America recule ainsi de 0,43% à 15,81 dollars, JPMorgan cède 0,94% à 40,03 dollars, Citigroup perd 0,58% à 3,41 dollars et Wells Fargo abandonne 0,66% 27,16 à dollars. Les banques d'affaires Goldman Sachs et Morgan Stanley se replient respectivement de 0,37% à 155,16 dollars et de 0,70% à 27,07 dollars.

Dell plonge de 6,72% à 13,46 dollars. Le deuxième fabricant d'ordinateurs américain est sanctionné après la publication d'une marge brute décevante au quatrième trimestre. Le groupe n'a pas été en mesure de profiter de la reprise du marché pour accroître ses profits. Son bénéfice net a en effet reculé de 2%, à 351 millions de dollars, en ligne avec les attentes. Son chiffre d'affaires a en revanche grimpé de 11% sur les trois derniers mois de 2009, à 14,9 milliards de dollars. C'est nettement mieux que le consensus des marchés, qui misaient sur 13,8 milliards.

Toujours au chapitre des résultats, JC Penney a mieux résisté que prévu au quatrième trimestre. La chaîne de grands magasins a dégagé un bénéfice net de 200 millions de dollars sur la période, en baisse de 5%. Hors exceptionnels, cela représente 84 cents par action, soit deux cents de mieux que les attentes. Le chiffre d'affaires s'est également effrité, tombant à 5,55 milliards de dollars. Surtout, les investisseurs saluent les perspectives du groupe, qui mise sur 1,55 dollar de profits par titre en 2010. Le consensus ne s'élevait jusqu'à présent qu'à 1,45 dollar. Les marchés avaient en outre revu leurs ambitions à la hausse après les résultats publiés par d'autres entreprises du secteur.

Le groupe de services parapétroliers Smith International bondit de 11,75% à 37,27 dollars, porté par des informations du Wall Street Journal. Selon le quotidien financier américain, Schlumberger, numéro un mondial du secteur, serait en pourparlers avancés pour racheter son concurrent. Le montant de l'opération pourrait s'élever à 9 milliards de dollars, alors que la capitalisation actuelle du groupe basé à Houston atteint 7,5 milliards. Cet éventuel rachat pèse sur Schlumberger, dont l'action chute de 3,89% à 63,25 dollars.

Enfin, CBS abandonne 3,72% à 13,20 dollars. Le groupe de médias, propriétaire du plus important "network" (réseau de télévision) américain, a pourtant publié des résultats conformes aux attentes au quatrième trimestre. Il a ainsi dégagé un bénéfice net de 59 millions de dollars sur la période, contre 136 millions l'année précédente. Son chiffre d'affaires s'affiche en légère baisse, à 3,50 milliards de dollars. Le groupe estime que la reprise du marché publicitaire devrait se poursuivre cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :