Wall Street repart à la hausse, Citigroup flambe

Les places américaines ont terminé en hausse, les bons résultats de Citigroup compensant les doutes après les poursuites à l'encontre de Goldman Sachs. Le Dow Jones gagne 0,20% à 11.040 points, le Nasdaq prend 0,09% à 2.483 points et le S&P 500 progresse de 0,17% à 2.485 points.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Wall Street a terminé ce lundi en légère hausse, au terme d'une séance volatile. L'ouverture de poursuites à l'encontre Goldman Sachs a continué de peser sur les marchés, mais les résultats du jour, notamment ceux de Citigroup, ont été supérieurs aux attentes des marchés. En outre, les indices new-yorkais ont profité de la publication d'une hausse plus importante que prévu de l'indicateur composite d'activité du Conference Board, censé préfigurer de l'évolution de la conjoncture dans les six mois à venir.

A la clôture, le Dow Jones gagne 0,67% à 11.093 points et le S&P 500 progresse de 0457% à 1.198 points. Le Nasdaq termine en très légère baisse: -0,05% à 2.480 points.

Sur le front des statistiques, l'indice des indicateurs avancés de l'institut privé du Conference Board a progressé plus que prévu en mars, pour atteindre un niveau record. L'indice a augmenté de 1,4%, sa douzième hausse d'affilée, après un gain revu à la hausse de 0,4% en février. Les économistesprojetait une hausse de 1%.

Du côté des valeurs, Goldman Sachs reprend 1,63% à 163,32 dollars, après un plongeon de près de 15% vendredi. La prestigieuse banque d'affaires est accusée de fraude par la "Securities & Exchange Commission" (SEC), le gendarme boursier américain, pour avoir trompé les investisseurs sur un produit de dette complexe adossé à des prêts immobiliers résidentiels. Un coup dur pour la réputation de l'établissement, qui pourrait également être poursuivi à l'étranger. L'Autorité des services financiers britannique (FSA) a ainsi annoncé ce lundi qu'elle allait étudier ce dossier, en coopération avec son homologue américaine.

Citigroup est également à la fête. L'établissement new-yorkais grimpe de 7,02% à 4,88 dollars après avoir publié des résultats en nette hausse. Ses profits ont bondi de 175% au premier trimestre, touchant 4,4 milliards de dollars. Par action, les profits imputables aux actionnaires s'élèvent à 15 cents, ce qui est supérieur aux attentes des marchés. Ces derniers misaient en effet sur un équilibre des comptes. Longtemps considérée comme la plus fragile des grandes banques américaines, Citigroup a vu ses pertes sur créances se réduire sur la période. Elles se sont élevées à 8,6 milliards de dollars, soit une baisse de 35% par rapport au quatrième 2009. Il s'agit de leur plus niveau depuis deux ans et de leur troisième trimestre consécutif de repli.

Toujours sur le secteur financier, Bank of New York Mellon (+1,81% à 32,14 dollars) et State Street (1,61% à 47,25 dollars) profitent des commentaire de Barron's. Il estime que les cours des deux banques sont sous-évalués. Elles pourraient en effet bénéficier d'une possible hausse des taux d'intérêt courts, alors que la Réserve fédérale devrait bientôt durcir sa politique monétaire, pour l'instant très accommodante. L'hebdomadaire financier a en outre calculé que ces deux titres se négociaient autour de 12 fois leurs bénéfices attendus pour 2011, soit bien en dessous de leurs valorisations historiques.

Au chapitre des résultats, Halliburton a vu ses profits chuter de 45% sur les trois premiers mois de l'année. Le bénéfice net du groupe de services pétroliers est tombé à 206 millions de dollars. Par action, il s'établit à 23 cents, soit deux cents de moins que le consensus des marchés. En revanche, le chiffre d'affaires a mieux résisté, baissant de 4% sur la période. Il s'élève à 3,76 milliards de dollars, une performance conforme aux attentes des analystes. L'action recule de 0,22% à 31,57 dollars.

Eli Lilly progresse de 0,11% à 36,58 dollars. Le groupe pharmaceutique a accusé une légère baisse de ses profits au premier trimestre, affecté notamment par la réforme de la santé. Hors exceptionnel, cela représente 1,18 dollar par action. Une performance supérieure aux attentes des marchés, qui tablaient sur 1,10 dollar. Votée en mars, la réforme de la santé inclut en effet une réduction du prix des médicaments achetés par l'administration dans le cadre de ses programmes d'aide sociale Medicare et Medicaid. Son impact est estimé à 12 cents par action sur les trois premiers mois de l'année. Eli Lilly a en outre prévenu que ses résultats annuels devraient être inférieurs à ses prévisions initiales. Il estime notamment que son chiffre d'affaires devrait être réduit de 350 à 400 millions de dollars cette année.

Enfin, Hasbro progresse de 2,66% à 40,91 dollars. Le numéro deux mondial du jouet, derrière son compatriote Mattel, a engrangé 59 millions de dollars de profits au premier trimestre, près de trois fois plus que l'an passé. Hors éléments exceptionnels, cela représente 40 cents par action, là où les marchés avaient anticipé 26 cents. Le groupe a notamment profité d'une hausse de la demande pour ses produits, voyant son chiffre d'affaires progresser de 8% à 672 millions de dollars. Une performance supérieure au consensus des opérateurs, qui s'établissait à 643 millions.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.