Le CAC 40 rechute sous les 3.600 points

 |   |  441  mots
A l'opposé de son début de semaine euphorique, la Bourse de Paris a décroché ce vendredi alors que la dette et la croissance en zone euro continuent d'inquiéter. A la clôture, le CAC 40 plonge de 4,59% à 3.560,36 points.

En baisse dès l'ouverture, le CAC 40 a accentué ses pertes au fil de la journée, enfonçant successivement la barre des 3.700 points puis des 3.600 points. Sur fond de chute de la monnaie européenne, les investisseurs se sont à nouveau inquiétés de la situation des finances publiques des pays de la zone euro et de l'impact des plans de rigueur sur la croissance.

Par ailleurs, l'agence de notation Fitch a démenti juste à la clôture du marché des spéculations sur une baisse de la note sur la dette souveraine de la France. Celle-ci reste à AAA avec une perspective stable.

Dans cette ambiance morose, le secteur financier est le premier contributeur à la baisse du marché parisien. Les investisseurs s'inquiètent toujours de l'exposition des banques à la Grèce et plus généralement au problème des dettes souveraines en Europe. Ils s'interrogent également sur les conséquences des enquêtes menées aux Etats-Unis.

Société Générale plonge ainsi de 8,63% à 35,25 euros, Axa de 7,55% à 13,09 euros, BNP Paribas de 7,41% à 47,97 euros, Crédit Agricole 6,43% à 9,62 euros et Dexia de 5,63% à 3,60 euros. Sur le SBF 120, Natixis chute de 5,37% à 3,7 euros.

Mais c'est Veolia qui signe la plus forte baisse du CAC 40 sur un plongeon de 9,59% à 21,31 euros. Veolia Transport, la filiale de transport collectif du groupe français, a annoncé qu'elle allait très prochainement soumettre aux Etats-Unis une offre pour remporter le premier partenariat public privé (PPP) ferroviaire.

Les grandes valeurs industrielles sont aussi à la peine. Vinci lâche 7,53% à 36,97 euros et ArcelorMittal 7,1% à 26,24 euros. Pour le secteur automobile, Peugeot cède 6,84% à 19,34 euros et Renault 6,82% à 31,35 euros, tandis que dans le compartiment technologique STMicroelectronics chute de 5,27% à 6,54 euros et Alcatel-Lucent de 5,55% à 2,04 euros.

Totalement à contre-courant du marché, EADS a été en vedette. L'action se distingue avec un bond de 5,05% à 16,31 euros après la publication de ses résultats trimestriels. Il s'agit de la seule valeur du CAC 40 en hausse. Le groupe d'aéronautique et de défense a publié ce vendredi matin un bénéfice net en baisse de 39% à 103 millions d'euros au premier trimestre, en raison des difficultés du programme A380 de sa filiale Airbus. Mais il a confirmé ses objectifs annuels.

Dans son sillage, l'équipementier Safran progresse de 0,69% à 22,66 euros. Zodiac limite pour sa part son repli (-1,64%) à 41,76 euros.

Les trois valeurs profitent aussi du plongeon continu sur la semaine de l'euro face au billet vert (1,2384 dollar pour un euro ce vendredi). La monnaie européenne revient à ses plus bas niveaux depuis octobre 2008.

Sur les marchés pétroliers, les cours du brut sont également en fort repli. Le baril de WTI s'échange contre 71,35 dollars et le baril de Brent contre 77,31 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2010 à 18:52 :
il est établi depuis longtemps, que celui qui n'a pas soif n'est pas tenté de le faire. Par contre celui qui a soif parce qu'il manque de moyen pour s'offrir de quoi boire....S'il se trouve rationné se privera sur ce qu'il supporte de se passer, mais se laissera aller à boire parce qu'il en a besoin. Mais ainsi dans son ensemble personne ne consommera davantage l'un parce qu'il n'a pas envie se consommer davantage et l'autre parce que de toute façon il jeune. Au bout du compte ils s'assoieront ensembles sur la croissance. L'Europe va s'étouffer dans sa rigueur et la restriction des ressources et l'on ne fait pas produire des gens fatigués affamés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :