EDF résiste après la confirmation de ses prévisions 2010

 |   |  330  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
L'électricien français a publié ce lundi un chiffre d'affaires en hausse de 9,5% en confirmant ses objectifs annuels. Dans un marché baissier, cette publication permet au titre de résister.

Le groupe EDF a dégagé un chiffre d'affaires  de 52,9 milliards d'euros, en hausse de 9,5% et de 3,8% à périmètre et change constants au titre des neuf premiers mois de l'année. Par ailleurs, le groupe a indiqué que l'accord avec Constellation Energy Group n'entraînerait aucune provision supplémentaire.

Supérieure aux attentes du marché, cette annonce permet au titre de résister à la tendance baissière et d'afficher une hausse de 0,40% à la clôture de ce lundi.

Sur les neuf premiers mois de l'année, EDF a réalisé 49% de son chiffre d'affaires en France et 51% à l'international et dans les autres activités. Dans l'Hexagone, le chiffre d'affaires s'élève à 26 milliards d'euros, en croissance de 5%. "Dans le Non Régulé, la croissance du chiffre d'affaires est dynamisée par l'impact sur un mois et demi des évolutions tarifaires d'août 2010, ainsi que par le développement des ventes d'électricité structurées aux autres fournisseurs en France" précise le communiqué.

A l'international, le chiffre d'affaires effectué au Royaume-Uni, a affiché un recul de 4,4% d'une année sur l'autre à 8 milliards d'euros (6,5% en organique). Cette évolution s'explique par le recul de la production nucléaire précise le groupe. De leur côté, l'activité en Allemagne et en Italie progresse respectivement, en organique, de 12,3% et 14,4%. De son côté, Thomas Piquemal, directeur financier d' EDF a déclaré ce lundi lors d'une conférence téléphonique que l'accord avec Constellation Energy Group Inc n'entraînerait aucune provision supplémentaire pour le groupe. Il a également précisé que le groupe discutait de sujets industriels avec Areva tout en ajoutant que "EDF n'est pas un financier mais un industriel".

Du côté des perspectives, le groupe a confirmé ses objectifs de croissance de l'Ebitda (excédent brut d'exploitation) et de stabilité du dividende pour 2010. Il vise également une "amélioration de l'objectif de ratio d'endettement financier net / Ebitda1 2010, proche de 2,5 au 31 décembre 2010" peut-on lire dans le communiqué.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :