La Bourse de Paris plombée par le discours de Ben Bernanke

 |   |  954  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
En hausse jusqu'à l'audition semestrielle de Ben Bernanke devant le Sénat américain, l'indice parisien a inversé la tendance dans le sillage des déclarations du président de la Réserve fédérale. A la clôture, le CAC 40 perdait 1,05%.

Après avoir évolué dans le vert rassuré par le ralentissement des tensions inflationnistes en Chine, la stabilité des cours du pétrole, et la publication de bons indicateurs macroéconomiques européens, la Bourse de Paris a inversé la tendance quelques minutes après que Ben Bernanke ait abordé la problématique d'un pétrole cher. Après avoir chuté de 1,31 %, le CAC 40 s'est quelque peu repris pour terminer la séance sur une baisse de 1,05 % à 4.067,15 points.

Alors que le CAC 40 semblait bien parti pour afficher une troisième séance de hausse consécutive, l'optimisme des investisseurs a été douché par les déclarations du président de la Réserve Fédérale américaine devant le Sénat. Lors de son audition semestrielle, Ben Bernanke a en effet indiqué que s'il y avait "quelques raison d'être optimiste" sur le front de l'emploi aux Etats-Unis, il estimait que l'économie pourrait être menacé par la hausse "durable" de l'or noir. "Une hausse durable des prix du pétrole et d'autres matières premières repésenterait une menace tant pour la croissance économique que pour la stabilité des prix" a-t- affirmé.

Ces déclarations ont fait passer au second plan  de bonnes statistiques macroéconomiques. Ainsi, dans la zone euro,  l'indice de la production manufacturière (61,4 points en février contre 29,4 en janvier) est revenu à son niveau de juin 2000. De son côté, le taux de chômage a été ramené sous le seuil psychologique des 10 % à 9,9 % en janvier, notamment grâce à l'Allemagne où le chômage est au plus bas depuis 20 ans à 7,3 %. A l'inverse l'inflation a progressé à 2,4 % en février contre 2,3 % le mois précédent. Malgré ces tensions, les économistes interrogés par Reuters estiment jeudi que la BCE devrait laisser ses taux inchangés.

Outre atlantique, l'activité des industries manufacturières s'est de nouveau accélérée en février. L'indice des directeurs d'achats du secteur publié mardi par l'association professionnelle ISM a grimpé à 61,4 % (contre 610,8 % le mois précédent) soit son plus haut niveau depuis mai 2004. Le consensus s'attendait à une quasi stabilité à 60,5 %.

Valeurs en hausse

Essilor International  (+1,74 %) a profité d'achats à bon compte à la veille de la publication de ses résultats annuels.

Le secteur du luxe était également bien orienté LVMH a gagné 0,92 % et PPR 0,86 %. Luxoticca, leader des lunettes de luxe, a indiqué lors de la présentation de ses résultats annuels avoir, ête très confiant pour 2011. Il mise sur une croissance de 20 % dans les pays émergents.

Valeurs en Baisse 

Le secteur bancaire, principal contributeur à la baisse de l'indice, a souffert des tensions inflationnistes. Société Générale, plus forte baisse, a reculé de 3,46 %, Crédit Agricole de 2,63 %, BNP Paribas de 2,58 % et Natixis de 1,41 %.

GDF Suez s'est replié de 2,13 %. Le groupe étudie la possibilité de céder son réseau de distribution de gaz en Italie dans le cadre d'une transaction pouvant représenter 750 millions d'euros.

Saint Gobain a lâché 1,15 %. UBS a confirmé être à l'achat sur le titre. Le bureau d'études estime que le groupe spécialisé dans les matériaux et accessoires de construction, "superforme sur tous les fronts". En outre il indique que le projet d'introduction en Bourse de l'activité d'emballage et les nouveaux objectifs financiers pourraient amener à une réévaluation du titre.

Peugeot a plié de 1,64 % sous le poids de la hausse du baril de brut. Du salon automobile de Genève, Philippe Varin, le président du directoire du groupe a indiqué que l'année 2011 avait débuté plus favorablement que prévu et qu'en France, les prises de commandes étaient stables malgré la fin de la prime à la casse. Renault de son coté a reculé de 2,23 %.

Carrefour a perdu 1,71 %. Le conseil d'administration se réunit ce mardi pour examiner une possible mise sur le marché de Carrefour Property et de l'activité hard discount Dia.

Hors CAC

Remy Cointreau s'est adjugé 2,74 %. Le groupe de spiritueux et de champagne a annoncé être entré en négociations exclusives avec le groupe EPI pour la vente de ses deux marques de champagne Piper-Heidsieck et Charles Heidsieck. Selon la société de Bourse Gilbert Dupont, qui a relevé sa recommandation à "accumuler", le prix de cette négociation devrait être proche des "prétentions espérées".

Norbert Dentressangle a terminé la séance sur une note stable (+0,01 %) après avoir progressé jusqu'à 1,64 % au plus fort de la hausse.  L'un des leaders européens de transport et de logistique a annoncé mardi des résultats financiers en hausse en 2010, exercice pendant lequel le groupe de transport et de logistique a profité de l'amélioration de la conjoncture pour poursuivre son désendettement.

Technicolor a chuté de 5,66 %. Le groupe spécialisé dans l'audiovisuel numérique a publié des résultats 2010 marqués par une nette croissance de son chiffre d'affaires au quatrième trimestre. Il a par ailleurs délivré des perspectives peu attrayantes se contentant de prévoir "de réaliser un chiffre d'affaires en légère croissance à taux de change constants".

Groupe Steria (-1,25 %) a annoncé anticiper une accélération de la croissance organique de son chiffre d'affaires en 2011 sur fond d'amélioration du marché des services informatiques, mais sa marge devrait rester stable par rapport à 2010.

April Group a lâché 2,25 % après la publication d'une hausse de 9,6 % de son bénéfice net 2010 à la faveur d'une augmentation des revenus de ses placements et de la vente d'actifs non stratégiques.

Devise et Pétrole

A la clôture des marchés, un euro s'échangeait contre 1,381 dollar.

Le marché du pétrole, sous tension, est reparti à la hausse. Le baril de Brent de la mer du Nord s'échangeait contre 114,09 dollars tandis que celui de WTI valait 98,84 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :