Wall Street ouvre dans le vert

 |   |  669  mots
(Crédits : Reuters)
Les places américaines ont ouvert en hausse ce lundi alors que le G20 s'est engagé ce week-end à poursuivre les politiques de relance. Le Dow Jones gagne ainsi 0,98% à 10.121 points, le Nasdaq progresse de 1,26% à 2.139 points et le S&P 500 prend 1,13% à 1.081 points.

Wall Street évolue dans le vert ce lundi, pour débuter une semaine qui s'annonce plus calme que la précédente. Les marchés sont notamment portés par l'engagement des ministres des Finances du G20 à poursuivre les politiques de relance, alors que la reprise économique qui s'amorce est encore bien fragile. Dans le même temps, les politiques de taux bas se poursuivront encore sur une période prolongée, aussi bien aux Etats-Unis qu'Europe, calmant ainsi les inquiétudes des investisseurs.

Vers 16 heures, le Dow Jones gagne ainsi 0,98% à 10.121 points, le Nasdaq progresse de 1,26% à 2.139 points et le S&P 500 prend 1,13% à 1.081 points.

Du côté des valeurs, Kraft Foods perd 0,52% à 26,64 dollars. Le groupe agroalimentaire n'a pas relevé son offre sur le confiseur britannique Cadbury, proposant environ 16,45 milliards de dollars. Un montant jugé "dérisoire" par sa cible, qui a immédiatement appelé ses actionnaires à ne pas souscrire à cette offre. D'autant qu'en raison du repli du cours de Kraft en Bourse, le montant de l'offre est même inférieur à la première proposition, formalisée le 7 septembre. Kraft Foods n'a donc pas souhaité céder aux pressions de Cadbury, préférant se lancer dans une offre de rachat hostile.

General Electric progresse de 3,26% à 15,83 dollars et Comcast prend 2,06% à 14,89 dollars. Les deux groupes ont trouvé un accord sur la valorisation de NBC Universal, actuellement détenue à 80% par GE et à 20% par le français Vivendi, autour de 30 milliards de dollars. Selon les termes de l'accord, le conglomérat géant descendrait à 49% du capital de sa division de médias et de divertissement alors que le premier câblo-opérateur prendrait 51%. Cet accord reste cependant soumis à l'approbation de Vivendi, qui se montre pour l'instant un peu plus gourmand que GE.

McDonald's s'adjuge 1,25% à 62,49 dollars. Le numéro un mondial de la restauration rapide a publié une hausse de 3,3% de ses ventes à nombre de magasins comparables pour le mois d'octobre. Une performance à mettre sur le compte de l'activité à l'étranger. McDonald's a en effet enregistré la première baisse de son chiffre d'affaires aux Etats-Unis depuis mars 2008. Ce dernier a reculé de 0,1% le mois dernier, résistant cependant mieux que l'ensemble du secteur de la restauration rapide.

Dans le secteur financier, la banque d'affaires Morgan Stanley progresse de 1,50% à 33,09 dollars après avoir annoncé qu'elle cherchait un acheteur pour sa participation de 34% dans son homologue chinoise China International Capital Corp, dans laquelle elle a été contrainte de rester un investisseur passif. La transaction pourrait représenter plus de 1,2 milliard de dollars. Les fonds Bain Capital et General Atlantic seraient intéressés et les premières offres pourraient intervenir dès ce mardi.

Berkshire Hathaway est également en hausse. La holding financière du milliardaire Warren Buffett a vu ses bénéfices tripler au troisième trimestre, à 3,24 milliards de dollars. Hors investissements, cela représente 1.325 dollars par action A, là où les investisseurs misaient sur 1.308 dollars. La valeur comptable de Berkshire ressort à 126 milliards de dollars, en hausse de 10% sur la période. L'action A progresse de 2,05% à 104.500 dollars et l'action B prend 1,72% à 3.484 dollars.

Freddie Mac cède 3,30% à 1,19 dollar. L'organisme de refinancement hypothécaire a publié une perte de 6,3 milliards de dollars pour le compte du troisième trimestre. Ce déficit inclut le paiement d'un dividende de 1,3 milliard au Trésor américain, qui a injecté des milliards de dollars dans l'établissement l'an passé afin de lui éviter la faillite. Contrairement à son homologue Fannie Mae la semaine dernière, le groupe n'a pas souhaité faire appel à de nouveaux fonds publics.

Enfin, Gap perd 1,04% à 22,79 dollars. Le titre du distributeur de vêtements a été dégradé par Barclays, dont la recommandation a été ramenée de "surpondérer" à "pondération en ligne". Le groupe a pourtant relevé la semaine dernière ses objectifs de résultats pour le trimestre en cours. A l'opposé, Abercrombie & Fitch grimpe de 6,71% à 37,36 dollars. Le spécialiste des vêtements pour adolescents profite du relèvement de la recommandation de Credit Suisse, passée de "neutre" à "surpondérer".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :