La fusion entre Tokyo et Osaka donnera naissance à la troisième Bourse mondiale

 |   |  526  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les deux opérateurs boursiers ont annoncé ce mardi qu'ils fusionneraient en 2013 pour donner naissance à la troisième bourse mondiale, avec des titres cotés d'une valeur d'environ 3.600 milliards de dollars (2.664 milliards d'euros).

Les opérateurs des Bourses de Tokyo et d'Osaka ont annoncé ce mardi qu'elles fusionneraient en 2013 pour donner naissance à la troisième Bourse mondiale, avec des titres cotés d'une valeur d'environ 3.600 milliards de dollars (2.664 milliards d'euros).

Cette annonce vient confirmer celle du journal Nikkei qui déclarait vendredi dernier que les deux opérateurs auraient trouvé un accord. Dans le même temps, Nyse Euronext et Deutsche Börse ont soumis jeudi leurs propositions à Bruxelles.

Après des mois de négociations, l'opération, d'un montant de 4,1 milliards de dollars, permettra aux deux opérateurs boursiers de mettre en commun leurs atouts complémentaires dans un secteur en forte consolidation. Le Tokyo Stock Exchange (TSE) contrôle 90% du négoce d'actions au comptant tandis que l'Osaka Securities Exchange (OSE) attire les plus gros volumes de contrats à termes sur l'indice Nikkei et autres dérivés.

La valeur combinée des titres cotés sur ces deux Bourses arrive derrière celle de Nyse Euronext (12.000 milliards de dollars) et du Nasdaq OMX Group (près de 4.000 milliards), selon les chiffres de la fédération mondiale des Bourses de valeurs (World Federation of Exchanges).

Ces cinq dernières années, les fusions-acquisitions annoncées dans le secteur des opérateurs boursiers ont représenté quelque 83 milliards de dollars, les acteurs voulant réduire leurs coûts et se diversifier face à la faiblesse des revenus tirés du trading traditionnel d'actions.

Le TSE proposera 480.000 yens par action OSE, soit une prime de 14% sur le prix de clôture de lundi et une valorisation totale de la bourse d'Osaka à 1,68 milliard de dollars. L'entité issue de la fusion conservera comme véhicule de cotation le titre OSE, qui a gagné jusqu'à 5,5% après l'annonce, avant de clôturer en hausse de 4,6%.

Le ratio de fusion valorise le TSE à environ 1,7 fois l'OSE, dont la capitalisation boursière atteint 1,5 milliard de dollars. Ceci implique une valeur boursière combinée d'environ 4,14 milliards de dollars, la dixième mondiale, juste devant celle de la Bourse de Londres. Le marché a salué l'opération : l'action OSE a bondi de 4,63% à 440.500 yens. Depuis le début de la semaine, le titre a gagné 6,5%.

A n'en pas douter, le mouvement de consolidation boursière observée en Europe notamment, la tentative avortée de Singapore Exchange de racheter l'Australian Stock Exchange ont contribué à la motivation des dirigeants de deux places boursières de parvenir à un accord."Si une bourse japonaise veut réellement survivre dans un environnement concurrentiel mondial, elle doit construire un marché efficient et très liquide et améliorer son côté pratique à la fois pour les investisseurs et les entreprises", ont en effet justifié les intéressés.

C'est surtout pour le marché japonais le moyen de rester dans la course face à la montée en puissance d'autres places financières de la région, comme Shanghai ou Singapour. Pour le marché en charge des services financiers, Shozaburo Jimi, cette fusion représente une étape importante pour l'établissement d'une bourse alliant à la fois actions et matières premières, une idée que le gouvernement a activement poussée (selon Reuters).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :