Le nouveau contrat à terme sur la dette française ne fait pas un tabac

Le nouveau contrat à terme sur la dette française, au coeur d'un vif débat politique en France avant l'élection présidentielle, évoluait en légère baisse de 0,17% lundi en début de séance mais était peu échangé pour sa première journée sur le marché allemand Eurex.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le contrat à terme à échéance juin sur les obligations de la France s'établissait à 125,80 un peu avant 09h, pour un premier cours à 126,02. Seuls 7 contrats avaient été échangés, ce qui rendait peu significatif à ce stade la variation des cours. Parallèlement, le taux à 10 ans de la France sur le marché obligataire était en très légère hausse de 2,960%, contre 2,943% à la clôture de vendredi.

Le contrat à terme a été lancé par Eurex, spécialiste des produits dérivés et filiale du groupe boursier allemand Deutsche Börse. Mais plusieurs partis politiques, dont le Front de gauche, Europe Ecologie-Les Verts et le Front national, y voient un outil pour favoriser la spéculation contre la dette française à la veille de la présidentielle.

François Hollande a souhaité la semaine dernière que les autorités allemandes "annulent" l'introduction du contrat à terme, une proposition raillée par le président-candidat Nicolas Sarkozy. De son côté, Jean-Pierre Jouyet, président de l'Autorité des marchés financiers (AMF), avait jugé que le lancement de ce produit n'était pas un bon signal, à quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle française.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 16/04/2012 à 15:00
Signaler
Je croyais que nos libéraux bien pensant étaient contre la spéculation qui faisait du tort à notre économie.

à écrit le 16/04/2012 à 13:46
Signaler
Si le nouveau président interdit ce produit dans quelques jours, semaines ou mois, pourquoi y aller avec le risque de rush que cela comporte ?

le 16/04/2012 à 14:34
Signaler
Vous êtes un rigolo. La marché en question a lieu sur le marché allemand. Je ne vois donc pas comment on pourrait interdire un tel produit...

à écrit le 16/04/2012 à 13:13
Signaler
ça aura au moins permis à la gauche bien pensante aidée par les médias à faire un peu de buzz et de manipuler un peu plus l'opinion. Comme on a pas grand chose à dire d'ici le 6 mai, finalement ce produit financier a son utilité.

à écrit le 16/04/2012 à 12:29
Signaler
Désolé François et Nicolas ... la planche à billets est en Allemagne !

à écrit le 16/04/2012 à 11:54
Signaler
Alors ,pas encore accédé a la demande du dodu,le gouvernement allemand? Atten tion a la colère du nouveau chef d'Etat!!! C'est pas un mou ,comme le précédent parait-il....

le 16/04/2012 à 12:18
Signaler
François Hollande aurait demandé à l'État Major de bien vouloir préparer un attaque en règle de l'Allemagne par notre armée au cas où Angela ne serait pas conciliante. LOL

le 16/04/2012 à 13:09
Signaler
il peut faire quoi ? ( ce n'est absolument pas polémique )

le 16/04/2012 à 13:19
Signaler
du n'importe quoi hollande ne passe pas !! cqfd

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.