La Bourse de Paris perd du terrain, toujours inquiète pour la Grèce (-0,57%)

La Bourse de Paris perdait du terrain mercredi en fin de matinée (-0,57%), au lendemain d'un passage à vide, dans un marché incapable de rebondir compte tenu des craintes quant à l'avenir européen de la Grèce, en pleine crise politique.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)

A 11h50, l'indice CAC 40 perdait 17,90 points à 3.106,90 points, dans un volume d'échanges de 933 millions d'euros. Après avoir chuté de 2,78% la veille, pour revenir au plus bas depuis deux semaines, le marché parisien a tenté de rebondir mercredi matin, sans succès.

Les investisseurs sont rattrapés par la crise politique en Grèce, où aucune coalition ne semble être en mesure de se dégager pour gouverner le pays trois jours après les élections. "L'incertitude quant à la formation d'une nouvelle majorité parlementaire rend toujours possible une sortie de la Grèce de la zone euro, une donnée qui ne manquerait pas d'affaiblir un peu plus encore la tendance des actions européennes", estiment les analystes chez IG Markets. Les marchés craignent que cette instabilité politique mène à un arrêt du versement de l'aide internationale qui conduirait à un défaut de paiement de la Grèce voire, dans le pire des cas, à une sortie du pays de l'euro. "Cette crise politique s'annonce compliquée à gérer alors que les marchés ont peur d'observer des divergences importantes entre la France et l'Allemagne", expliquent les économistes du courtier Aurel BGC.

Ces nouvelles tensions en Grèce interviennent alors que le débat entre croissance et austérité prend de l'ampleur en Europe. Les dirigeants européens ont décidé de se retrouver le 23 mai pour parler justement de croissance. La volatilité pourrait dominer mercredi, d'autant que la séance est dépourvue d'indicateur majeur aux Etats-Unis, susceptible de donner une direction aux marchés.

Les valeurs bancaires tiraient vers le bas le marché parisien. BNP Paribas perdait 1,89% à 28,52 euros, Crédit Agricole 1,38% à 3,42 euros, Natixis 2,85% à 2,15 euros et Société Générale 1,11% à 16,95 euros. Dexia perdait 5,26% à 0,18 euro après avoir enregistré au premier trimestre une perte nette de 431 millions d'euros, principalement liée à des ajustements de valeur. Scor prenait 0,48% à 18,69 euros. L'agence d'évaluation financière Moody's a relevé d'un cran la note du réassureur français à "A1".

Saint-Gobain lâchait 0,88% à 31,03 euros, après l'annonce de la signature d'un accord lui permettant de porter à 100% sa participation dans la société américaine Sage Electrochromics. Lafarge (+0,25% à 29,79 euros) bénéficiait d'une hausse du bénéfice net au premier trimestre de son concurrent suisse Holcim. Derichebourg était recherché (+5,38% à 2,21 euros), à la veille de la publication de ses chiffres pour le premier semestre. Enfin, Air France était presque stable (+0,06% à 3,58 euros). Le trafic de passagers a progressé de 2,8% en avril mais le fret a chuté de 8,3%.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.