Ciments Français creuse sa perte nette au 1er trimestre

 |   |  369  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après un premier trimestre calamiteux - dû notamment aux conditions climatiques en Europe et en Amérique du Nord - le cimentier français maintient ses objectifs de résultats pour 2013, en tablant sur le rattrapage des marchés sinistrés. Sa progression en Asie rassure les investisseurs, et le titre prend plus de 3%.

 

 

 

Début d'année peu flatteur pour Ciments Français... Le premier trimestre du cimentier se solde par une perte de 22,8 millions d'euros alors qu'elle ne se montait qu'à 16,8 millions d'euros un an plus tôt. Le premier trimestre 2013 a été marqué par des conditions météorologiques beaucoup plus rigoureuses -surtout au mois de mars- que celles enregistrées au premier trimestre 2012 en Europe, au Maroc et en Amérique du Nord. Elles ont pesé sur le secteur de la construction, déjà affecté par la récession dans la plupart des pays européens. Dans les pays émergents, les marchés asiatiques ont évolué positivement tandis que l'Égypte a résisté tandis que le Maroc a particulièrement souffert des intempéries.

Dans le ciment et le clinker, les volumes vendus ont suivi l'évolution du marché et sont en baisse de 7,3 % à 8,8 millions de tonnes. Toutefois, les volumes ont augmenté dans l'ensemble des pays asiatiques (+11 %). Dans les granulats, les volumes vendus (6,6 millions de tonnes, -8,6 %) sont en baisse dans presque tous les pays. Dans le béton prêt à l'emploi, les volumes vendus sont restés relativement stables (2,1 millions de m3, -1,1%) grâce notamment à l'Afrique du Nord, au Moyen-Orient et à l'Asie.

Le chiffre d'affaires recule ainsi de 7,3 % (dont 2,3 % d'effet de change négatif) à 819,4 millions d'euros. Le bénéfice brut d'exploitation cède près de 15 %, à 112,3 millions d'euros, tandis que le résultat d'exploitation a chuté de 32,5%, à 31 millions d'euros (la baisse des volumes étant partiellement compensé par l'évolution des prix). Le cimentier a constaté les baisses les plus significatives en France et en Belgique, en raison des conditions climatiques particulièrement rigoureuses et de la baisse des ventes de CO2 ainsi qu'en Inde, en raison de la baisse des prix et d'un effet de change négatif.

Pour la suite de 2013, la direction table sur un maintien du résultat brut d'exploitation, soit aux alentours de 657,9 millions d'euros. Cette prévision est basée sur le rattrapage de certains marchés et sur l'amélioration de l'efficacité de l'outil de production et la réduction des coûts.

 Plus d'actualités Bourse sur Monfinancier

Suivez les cours des actions Ciments Français en direct

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2013 à 17:00 :
L'Algérie importe énormément de ciment. Vous n'en parlez pas!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :