PagesJaunes boucle enfin le refinancement de sa dette bancaire

 |   |  406  mots
(Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Fin des négociations sur l'épineuse dette bancaire de PagesJaunes. L'éditeur d'annuaires imprimés et en ligne a annoncé la veille avoir finalisé les discussions engagées avec ses prêteurs sur le refinancement de sa dette conformément à l'accord qui avait été annoncé par le groupe au début du mois.

Cet accord va permettre à PagesJaunes de proroger jusqu'en septembre 2015 plus de 91% des dettes venant à échéance en novembre 2013 selon les modalités indiquées dans le communiqué de presse du 13 novembre 2012. Au terme d'âpres négociations, l'éditeur d'annuaires imprimés et en ligne avait obtenu le 13 novembre dernier , la prorogation à septembre 2015 de la maturité de ses dettes arrivant à échéance en novembre 2013. Il aura donc fallu six mois d'attente en raison de la difficulté à convaincre un petit nombre de créanciers. Pour rappel, la groupe avait sollicité en septembre, la nomination d'un mandataire judiciaire pour l'aider dans ses négociations avec ses prêteurs afin ne de pas déclencher de défaut.

En contrepartie de l'accord avec ses banques, le groupe s'est engagé à rembourser 680 millions d'euros, soit environ un tiers de sa dette brute qui atteint 2,23 milliards, dont 419 millions avec effet immédiat et 260 millions d'ici avril 2015. Les investisseurs attendaient depuis plusieurs mois cette nouvelle, et ils l'ont saluée comme il se doit avec un titre PagesJaunes qui avait repris 38% en cinq jours.

En pleine mue vers le numérique

Le succès du refinancement permettra donc à l'éditeur d'annuaires d'être plus serein pour la poursuite de ses « projets opérationnels pour conforter [son] leadership de la communication digitale local». C'est que le groupe est en pleine mue vers le numérique pour compenser l'érosion des revenus tirés des annuaires imprimés. Dans une interview accordée à 'Investir-Le Journal des Finances', Jean-Pierre Remy, le directeur général de Pages Jaunes avait expliqué créer des contenus attrayants pour développer l'audience, en particulier sur les terminaux mobiles. Le but étant de compenser la perte de vitesse d'un papier moribond avec un « chiffre d'affaires total devrait augmenter lorsque les revenus sur Internet en représenteront 70 %. Cette part devrait se situer entre 65 et 70 % en 2013. »

La percée du « online » commence en effet à se préciser alors que les activités internet ont progressé de 9,4% sur neuf mois et représentent 57,9% de l'activité contre 51,7% un an avant. Est-ce le signe d'un renouveau de PagesJaunes ? Le lourd endettement reste une grosse épine dans le pied de PagesJaunes. Mais l'accord qui a été signé a écarté les chances de voir le groupe dans une situation plus inconfortable... Et devrait redonner un coup de fouet à un titre qui cède plus de 37% depuis le début de l'année.

 Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2012 à 19:35 :
Voilà le type même d'entreprise mal géré avec un staff de manangers qui n' aps sa place à ceniveau. Depuis des années nous recevons les pages jaunes/blanches dans nos boîtes aux lettres et depuis des années moi et mes voisins recevont soit en double soit en triple ces annuaires. Comment une entre^prise peu aussi mal géré son listing "client" Voilà le type m^me d'entreprise qui a des difficultés pas seulement du aux marchés mais à sa mauvaise gestion. En cas de dépôt de bilan, ce qui ne devrait tarder, car le renflouement actuel est un pas non pas vers un mieux mais vers un glissement sup car renflouer une ste aussi mal gérée n'est pas un bien mais un mal, cette entreprise va crier aux loups bien sur les charges puis les banques qui fermeront le robinet.....mais rien sur sa piteuse direction.
Réponse de le 29/11/2012 à 9:29 :
C'est d'autant plus vrai que lorsque Pages Jaunes était dans le giron de France Télécom, c'était, parait-il, une vrai poule aux ?ufs d'or qui rapportait beaucoup d'argent ! Alors, on nous aurait menti au moment de la vente, on nous aurait caché des faits ou bien la stratégie a-t-elle tellement changé depuis ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :