STMicroelectronics : clap de fin pour la co-entreprise avec Ericsson !

La sortie de STMicroelectronics de la joint-venture en difficulté ST-Ericsson se confirme. Le premier fabricant européen de semi-conducteurs a annoncé ce lundi son plan stratégique destiné à relancer une entreprise en perte de vitesse. Parmi la principale annonce du groupe franco-italien, son retrait programmé au troisième trimestre 2013, de la co-entreprise qu'il détient à parité avec le suédois Ericsson et ce, après une période de transition.
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Cette joint  venture a donné du fil à retordre à STMicroelectronics. Depuis quelques années, ST-Ericsson enchaine les pertes, souffrant déboires de Nokia, son principal client... Sur l'année écoulée, ST-Ericsson a en effet essuyé quelque 732 millions de dollars de pertes pour un chiffre d'affaires de 1,65 milliard de dollars. En avril dernier, ST-Ericsson avait annoncé un plan de restructuration prévoyant notamment la réintégration de l'activité processeurs d'application au sein du groupe STMicroelectronics. Malgré ces mesures de réduictions de coûts, la joint venture a essuyé une perte opérationnelle de 148 millions de dollars à l'issue du troisième trimestre fiscal. Et l'année 2012 devrait encore se solder par une perte...

Un nouveau modèle pour devenir profitable

 

C'est donc une nouvelle page qui s'ouvre pour STMicroelectronics. Le groupe franco-italien va adopter une nouvelle stratégie qui va reposer sur les segments de produits Sense & Power et pour l'automobile et les solutions de traitement embarquées (Embedded Processing Solutions). Pour le premier segment, STMicroelectronics va capitaliser sur sa position de « leader » dans le secteur Sense & Power, qui comprend les MEMS et les capteurs, les produits analogiques avancés et les circuits de puissance discrets ; ainsi que dans les produits pour applications automobiles, de la transmission à la sécurité, et de l'habitacle à l'info-divertissement.

Ce nouveau modèle devrait selon STMicroelectronics lui donner les moyens de devenir profitable, tout particulièrement sur le segment Solutions de traitement embarquées. Sur ce pôle, le groupe va se focaliser sur la technologie et les produits, à l'extension de la clientèle et aux synergies de fabrication entre les microcontrôleurs et les produits numériques. Ainsi, STMicroelectronics vise une marge d'exploitation de 10% ou plus. Pour atteindre cet amiteux objectif, la société compte réduire ses dépenses d'exploitation nettes à une moyenne trimestrielle comprise entre 600 et 650 millions de dollars d'ici au début de l'année 2014.

Un soulagement pour les actionnaires

Même si l'annonce de ce désengagement est  un soulagement pour les actionnaires, l'incertitude est prégnante à court terme alors que les modalités de sortie ne sont pas encore connues du grand public. Mais pour le titre, l'heure est à la déconfiture. Pour rappel, il flirtait il y a plus de 10 ans avec les 40 euros... mais l'action n'a jamais réussi à reprendre du poil de la bête depuis l'éclatement de la bulle Internet en 2003. Le groupe a tenté à plusieurs reprises de repartir à la conquête de ses points hauts mais sans grand succès, le métier dans lequel STMicroelectronics est particulièrement cyclique, c'est une chose mais cet aspect n'explique pas en grande partie la déroute du dossier en Bourse. Le groupe doit jouer des coudes avec les fabricants asiatiques, toujours plus concurrentiels alors que sa co-entreprise avec Ericsson a complètement capoté. Alors, depuis plusieurs exercices, le groupe enchaine malheureusement (pour les petits porteurs) des « profit warnings », ce qui n'a pas manqué de précipiter la chute d'STMicroelectronics. Les performances boursières du groupe franco-italien sont loin de donner le tournis aux investisseurs. Pis encore, elles ont un goût amer : le titre ayant concédé plus de 50% en cinq ans. Par ailleurs, les fondamentaux du groupe ne militent pas pour un retour en grâce de l'action... Le retour aux bénéfices pour les exercices à venir ne sera pas en effet pour tout de suite avec les grosses incertitudes qui planent sur l'ensemble du secteur.

 Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.