Air Liquide serait-il intéressé par Lindcare ?

 |   |  467  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Air Liquide serait-il intéressé par Lindcare ? Peut-être, selon le blog Alphaville du Financial Times. Mais en attendant une confirmation par le groupe français, le producteur allemand de gaz industriels Linde serait le candidat le plus probable pour le rachat du fournisseur d'oxygène américain. Il pourrait mettre au minimum 3,4 milliards de dollars sur la table pour s'offrir Lincare.

Si le français arrive à se porter acquéreur de Lindecare, cette opération serait la deuxième emplette du groupe en l'espace d'un mois. Au début du mois de juin, Air Liquide a fait main basse sur LVL Medical afin d'étoffer son offre dans le domaine de la santé. Un secteur qui ne connaît pas la crise alors, ce positionnement stratégique peut être perçu et à juste titre comme pertinent. L'offre du géant des gaz industriels valorisait la cible 325 millions d'euros, soit deux fois les ventes annuelles avec un PER de l'ordre de 25. Une valorisation qui n'est pas étonnante en soi puisque LVL Medical opère dans un métier qui dispose d'une bonne dynamique de croissance et d'une rentabilité attractive.

Air Liquide est une valeur...solide qui reste insensible à la crise économique alors qu'elle devrait réaliser conformément à son « plan 2015 », une croissance annuelle entre 8 et 10% par an, soutenue notamment par l'Industriel Marchand, et de bonnes perspectives dans les émergents. Les derniers résultats trimestriels du groupe illustrent bien la solidité du modèle de développement du groupe : cap sur les émergents même si l'Europe reste encore majoritaire dans les ventes du spécialiste des gaz industriels. Le groupe a vu son activité croître de 7% à 3,78 milliards d'euros alors que son carnet de commandes demeure étoffé avec un niveau de 4 milliards d'euros à l'issue du premier trimestre 2012. La croissance a été soutenue dans les Économies en développement (+11%), en particulier en Chine, Amérique du Sud, Europe de l'Est et au Moyen-Orient, mais modérée dans les économies matures.

Air Liquide entend profiter de l'émergence des économies à forte croissance, ces dernières sont très demandeuses d'hydrogène ou de gaz techniques. Dans cette optique, le groupe tricolore a signé un contrat avec l'allemand Bayer pour la fourniture d'hydrogène et de monoxyde de carbone en investissant 100 millions d'euros dans une unité de production.

Les perspectives pour le moyen terme sont assez bonnes, grâce à sa présence mondiale et dans des marchés à forte croissance. Sur le front boursier, Air Liquide revient à ses niveaux de l'été dernier, vers les 80 euros après la tempête boursière estivale. Un niveau qui est attrayant à 16 fois les résultats attendus pour cette année, pour une valeur qui avait atteint ses plus hauts de 100 euros en avril dernier. Si l'on se réfère aux niveaux de février 2009, soit 50 euros, le titre affiche donc une progression de 70%. Dès qu'il y aura la moindre éclaircie dans le ciel encombré économique, le titre serait dans de très bonnes dispositions pour retourner vers ses plus hauts de 100 euros dans un premier temps, puis poursuivre dès que la conjoncture s'éclaircira...

Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :