Les Bourses européennes en baisse, dans l'attente d'un sauvetage des banques espagnoles

 |   |  345  mots
DR
DR
Suspendues à un éventuel appel au secours de Madrid envers l'Union européenne pour sauver ses banques, la plupart des Bourses européennes ont fini en légère baisse ce vendredi.

L'Europe a les yeux tournés vers l'Espagne. Au lendemaine de la dégradation de la note du pays de trois crans par l'agence Fitch à BBB, les principaux indices boursiers européens ont fini la séance dans le rouge. la clôture, Paris reculait de 0,63%, Londres de 0,23%, Francfort de 0,22% et Milan de 0,74%. Seul Madrid tirait son épingle du jeu, progressant de 1,77%.

Les investisseurs ont suivi de très près des informations sur une éventuelle réunion de hauts fonctionnaires des ministères des Finances de la zone euro ce week-end, visant à préparer les modalités d'un plan d'aide à l'Espagne. En cas de réunion des fonctionnaires, "il y aura un Eurogroupe dans la foulée, tout dépend comment vont bouger les marchés" vendredi, a commenté une source diplomatique européenne. Le ministre démissionnaire des Finances des Pays-Bas, Jan Kees de Jager, a indiqué ne pas exclure la tenue samedi d'une conférence téléphonique de l'Eurogroupe sur un plan d'aide à l'Espagne. L'évaluation des besoins de l'Espagne pour redresser ses banques reste encore à déterminer. Le Fonds monétaire international (FMI) rendra lundi un rapport très attendu sur le sujet.

De son côté, le président américain Barack Obama a assuré que "les dirigeants (européens) se rendent compte de la gravité de la situation et savent qu'il est urgent d'agir". "Il faut agir au plus vite pour injecter des capitaux dans les banques en difficulté", a-t-il plaidé, jugeant "possible" de résoudre les problèmes de l'Europe.

De quoi alimenter la fébrilité des marchés, qui ont pâti vendredi d'indicateurs décevants, tels le recul des exportations allemandes en avril et la chute plus importante que prévu de la production industrielle en Italie. Dans ce contexte, les taux d'emprunt de Madrid sur le marché obligataire, qui se sont nettement détendus depuis quelques jours, ont progressé à nouveau légèrement. Et l'euro continuait à perdre du terrain face au dollar: vers 17 heures (heure française), il valait 1,2482 dollar contre 1,2561 dollar jeudi soir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :