L'Espagne inquiète toujours : nouvelle journée de baisse sur les marchés européens

 |   |  493  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La crise espagnole continue d'affecter les marchés européens. Madrid, durement touchée, perdait 3,58%à la clôture, au plus bas depuis 9 ans, tandis que le taux d'emprunt espagnols à 10 ans dépassait le record de lundi pour atteindre 7,636%. Paris, Francfort et Londres limitaient leurs pertes et reculaient respectivement de 0,87%, 0,45% et 0,63%.

Deuxième jour de fortes turbulences sur les principales places boursières européennes. Au coeur de la tourmente, le cas de l'Espagne continue d'effrayer les investisseurs. Son taux d'emprunt à 10 ans dépassait les 7,55% atteints lundi pour s'afficher à 7,636% vers 18h15. A la Bourse de Madrid, l'indice des prinicpales valeurs chutait de 3,58%, son plus bas niveau depuis 2003, passant sous la barre des 6.000 points points dès la mi-journée. Forte baisse également à Milan où l'indice des principales valeurs perdait 2,7%. Les taux d'emprunt italiens dépassaient quant à eux la barre des 6,5%.

L'euro au plus bas depuis deux ans

Outre la situation espagnole, avec une nouvelle région, la Catalogne, qui envisage de demander une aide au gouvernement, la décision de Moody's lundi soir d'abaisser à négative la perspective de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg ont contribué à inquiéter les acteurs du marché. La devise européenne en subit les contrecoups : l'euro s'échangeait à 1,2055 dollars. Un niveau qu'il n'avait pas atteint depuis juin 2010.

Très faible volume d'échanges à Paris

A Paris, le CAC 40 cédait 0,87% à 3.074,68 points dans un volume d'échanges très faible (743,89 millions d'euros) qui signale la méfiance des investisseurs. Le secteur bancaire, particulièrement sensible à la crise financière en Europe, continue de souffrir de ces conditions. Crédit Agricole perdait 3,23% à 2,94 euros, BNP Paribas 1,84% à 26,46 euros et Société Générale 1,53% à 15,40 euros.  Sur un tout autre plan, PSA Peugeot Citroën a perdu 4,07% à 6,24 euros, le plus fort recul de la séance, à la veille de la présentation de ses résultats semestriels et dans un contexte de turbulences après l'annonce d'un plan de réduction d'effectif annoncé mi-juillet.

Francfort en baisse de 0,45%

 A Francfort, en revanche, la baisse du Dax était plus limitée ce mardi, puisqu'il perdait 0,45% à 6.390,41 points contre -3% enregistrés la veille. L'abaissement de la perspective de la note souveraine du pays par l'agence Moody's annoncée lundi, semble avoir relativement peu joué sur les échanges. Toutefois, la situation européenne pèse toujours avec l'éventualité, pour l'instant écartée par Madrid, d'une demande d'aide globale de la part de l'Espagne. Luis de Guindos, le ministre de espagnol de l'Economie est attendu à Berlin ce mardi dans la soirée pour une rencontre avec le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble.

Londres : l'action BP chute de 0,92%

 Enfin, à Londres, la Bourse a terminé la séance de mardi en recul de 0,63% à 5.499,23 points. Du côté des valeurs, l'action du groupe pétrolier BP a perdu 0,92% à 40,03 pence après que le numéro un du pétrole russe Rosneft a publiquement annoncé qu'il convoitait la part de BP dans la coentreprise TNK-BP que le britannique envisage de vendre. Les deux groupes ont décidé d'ouvrir des négociations. Par ailleurs, le cigarettier Imperial Tobaccoa a perdu 1,06% à 2.423 pence. Il a annoncé une hausse de 3% de son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de son exercice décalé. Mais les ventes en volumes ont baissé de 3%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2012 à 22:55 :
C est le crash de l été!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :