Espagne : la Catalogne envisage d'appeler le gouvernement à l'aide

 |   |  330  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après les régions de Valence et de Murcie dimanche, la Catalogne pourrait être la prochaine sur la liste à demander officiellement l'aide du gouvernement espagnol.

Coup de chaud sur la Catalogne. Alors que le nord de cette région espagnole se débat toujours avec les flammes, son gouvernement, lui, doit tenter de juguler une dette colossale. Avec 41,8 milliards de dettes en 2011, soit 21% de son PIB, selon le Trésor espagnol cité par Reuters, la Catalogne fait partie des régions les plus endettées du pays. Son besoin total de refinancement pour les troisième et quatrième trimestres s'élèverait à près de 5,8 milliards d'euros selon ces mêmes sources.

"La Catalogne ne dispose pas d'autre banque que le gouvernement espagnol"

"Oui. La situation actuelle est que la Catalogne ne dispose pas d'autre banque que le gouvernement espagnol", a affirmé ce mardi à la BBC le responsable de l'économie de la région, Andreu Mas-Colell. Peu après, une porte-parole du gouvernement catalan nuançait les propos du responsable en affirmant que la Catalogne n'était pas "décidée" mais que "l'option (...) sera étudiée". "Les marchés sont en train de se fermer pour les régions espagnoles" et "nous étudions les conditions du fonds de liquidité régionale" mis en place par Madrid, a-t-elle expliqué.

La Bourse de Madrid sous les 6.000 points

Un fond doté d'un montant maximal de 18 milliards d'euros a été mis en place par le gouvernement espagnol. Les contreparties sont particulièrement strictes comme l'élaboration d'un plan d'ajustement des dépenses. Les régions de Valence et de Murcie, ont déjà indiqué qu'elles demandaient à en bénéficier, ce qui a contribué à affoler les marchés hier. Ce mardi, la situation reste tendue sur le marché d'actions: la Bourse de Madrid perdait plus de 3% et passait sous la barre symbolique des 6.000 points en début d'après-midi, dans la foulée de ces annonces émanant du gouvernement catalan. D'autres régions très endettées comme celle de la capitale ou bien l'Andalousie pourraient, elles aussi demander à bénéficier d'une aide de l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2012 à 6:45 :
La Catalogne a demandé a l'aide en catalan
a écrit le 25/07/2012 à 5:48 :
"La Catalogne envisage d'appeler le gouvernement à l'aide" : C'est pas joli comme nom "Alaide", pourquoi pas "Alfred"...
a écrit le 24/07/2012 à 18:56 :
Tant que le mark-euro durera avec son esprit "une monnaie forte et stable" la récession va continuer.
Les rigueurs qui diminuent les budgets et qui provoquent une récession telle
que le manque à gagner fiscal est supérieur à l'économie faite pose la question de savoir s'il y a des économistes à la B.C.E. ?
a écrit le 24/07/2012 à 17:59 :
Et, en Italie, la Sicile est dans la même situation catastrophique ! On a vraiment du souci à se faire. L'Europe est dans le pétrin et elle n'est pas prête d'en sortir. Des dizaines de millions de personnes sur la paille. Et ce n'est qu'un début. Du monde dans les rues en perspective. Les gens n'ont plus rien à perdre. La colère gronde un peu partout.
Réponse de le 24/07/2012 à 18:42 :
"Les gens n'ont plus rien à perdre" : voilà une thèse farfelue qui ne tient pas une seconde. Les "gens" ont toujours quelque chose à perdre.
Réponse de le 24/07/2012 à 19:48 :
@Perte. Thèse farfelue peut-être mais je connais des artisans qui ne paient plus leurs charges sociales, RSI et autres et des employés au SMIC qui n'arrivent plus à joindre les deux bouts et que le désespoir submerge. A moins de se suicider, je ne vois pas comment ils pourraient sortir de leur situation par le haut d'autant qu'ils ont des crédits sur le dos et de moins en moins de travail.
Réponse de le 24/07/2012 à 20:23 :
@perte. Et pour faire bonne mesure, le Commissaire Priseur de ma ville effectuait deux ventes aux enchères par mois depuis des années. A présent une toutes les 5 semaines. Pourquoi ? parce qu'elle (c'est une femme) court d'une liquidation judiciaire à l'autre tellement il y a d'entreprises mal en point, en dépôt de bilan. Voilà pour ma thèse farfelue. Il y a un paquet de monde sur le carreau. C'est bien là une triste réalité.
a écrit le 24/07/2012 à 17:55 :
Pas un bon point pour le régionalisme...
On voit bien que les potentats locaux (à la Georges Frèche) gèrent nettement moins bien que l'état central.
Alors ça fait plaisir au populo de se dire catalan, corse ou breton, mais la dure réalité des chiffres nous rappelle à elle.
Et je ne tire pas sur l'ambulance qu'est le socialisme...(Sarko était aussi mauvais que le dessert lacté, j'en conviens volontiers).
Réponse de le 24/07/2012 à 18:48 :
Ni mieux, ni moins bien. Le problème est uniforme quel que soit l'étendue du territoire considéré ou la couleur politique : les politiciens et les hauts fonctionnaires ont trop de pouvoir, trop d'argent, trop de réseaux complices, trop de capacité d'ingérence dans la vie privée des individus. La grande leçon de cette crise est la nécessité de limiter fermement leur pouvoir, en commençant par leurs moyens financiers évidemment.
Réponse de le 24/07/2012 à 19:34 :
Entièrement d'accord, même si je persiste à croire que multiplier les strates administratives revient à multiplier les possibilités de dépenses.
Mais vous avez raison.
De toute façon, c'est plus facile de taper sur les "riches" et autres "rentiers" que d'aller sabrer dans les budgets.
a écrit le 24/07/2012 à 17:53 :
Scandale du Libor, banquiers véreux qui falsifient les relevés bancaires, galères quotidiennes des usagers des banques pour récupérer du liquide, fausses pannes informatique , le banquier des stars qui pique dans la caisse , ruine des états par la création monétaire factice, mais combien de temps encore nos politiciens croient-ils que nous allons supporter cela? Payer la dette? JAMAIS. Les banquiers ont assez grassement gagnée leur vie au détriment de la notre. Et bravo aux espagnols pour leur courage face a un gouvernement qui veux, comme le notre faire payer les erreurs des élites, pourtant grassement payes (et toujours non imposés) au peuple.
Réponse de le 24/07/2012 à 18:40 :
Les aides aux banques ne représentent que l'écume de la vague de la dette publique. Fournir une analyse dotée de prémisses fausses conduit à de mauvaises solutions qui aggraveront la crise. Que les banquiers fraudeurs soient condamnés est indispensable mais cela ne changera rien à la nécessité de réduire massivement les Etats providentiels obèses au coeur de la crise. Cette crise n'est ni monétaire ni bancaire mais celle du dernier des collectivismes.
Réponse de le 24/07/2012 à 19:37 :
Où est la responsabilité des banquiers dans la faillite de la Grèce, et dans la situation de la France?
Pouvez vous m'expliquer cela avec précision?
a écrit le 24/07/2012 à 17:10 :
Non content d'avoir ruiné leur population, les politiciens des régions espagnoles veulent ruiner les populations des autres régions. Insatiables politiciens gloutons !
a écrit le 24/07/2012 à 16:14 :
Un jour il faut l'espérer ces pays qui sont victimes de véritables escroqueries européennes demanderont des comptes pour peu qu'ils disposent encore d'un gouvernement. Les espagnols ont été arrogants certainement, mais l'on sait qu'il s'agit là d'une posture naturelle de réveil face à l'humiliation que le reste du continent lui a fait subir durant des années de pseudo dictature. La France a connu aussi sa période d'arrogance voyante durant les années d'après guerre et la période de Gaulle pour les mêmes raisons. cela peut se superposer à de la confiance en soi retrouvée. L'arnaque européenne elle a été froide experte et calculée. Le processus de mise en cause lui aussi progressif, ciblant d'abord de petits pays périphériques qui avaient fauté. Le tour de l'Allemagne viendra. Le Chancelier veut d'ailleurs casser la machine, trop tard, comme d'habitude...
a écrit le 24/07/2012 à 16:06 :
La Catalogne ca ne serait pas la regions separatistes espagnoles. Les independantistes criant au scandale les transferts d'argent des regions riches vers les pauvres(notamment espagnole)?.....Et maintenant ca les derange pas d'appeler a l'aide les autres regions qu'elles considerent comme ennemi.....Ils sont marrant les independantistes,ils veulent l'independance mais pas quand ca l'est defavorable
a écrit le 24/07/2012 à 15:16 :
Lrs politiciens catalans ont brillé par leur arrogance et leur mégalomanie. La presse hallucinée a beaucoup glosé sur le miracle catalan. Tout ça pour finir en cessation de paiement ...
Réponse de le 24/07/2012 à 15:41 :
ne donnons aucune leçon aux espagnols.qui est ce qui a des collectivités locales endettées avec des prets toxiques et une banque dexia en faillite et jamais renflouée?
Réponse de le 24/07/2012 à 17:31 :
Vous avez raison : nos politiciens sont cousins des élus catalans mais fort heureusement avec moins de pouvoirs dévolus aux féodalités (pardon aux régions) chez nous !
Réponse de le 24/07/2012 à 17:33 :
S'inventer une vie fantasmée ou poser des petites fientes haineuses un peu partout en désignant des boucs émissaires toutes les deux phrases ne présente aucun intérêt. Après tant d'année à croire dur comme fer aux illusions socialistes, c'est visiblement dur d'essayer de se recycler, mais les fondamentaux restent : mépris de l'autre comme unique guide, vacuité intellectuelle, besoin frénétique de s'exprimer sur tous les sujets et de surtout de s'exprimer...
Réponse de le 24/07/2012 à 18:41 :
@Triste changez de pseudo : ' fianténeuse' par exemple !!
Réponse de le 24/07/2012 à 18:48 :
Triste : feriez-vous partie des "haineux, vindicatifs et malfaisants" comme dirait Audiard ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :