Bourse des valeurs moyennes : les PME haussent le ton

 |   |  616  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Caroline Weber, une des responsables de l'association des valeurs moyennes Middlenext, s'inquiète du silence de Nyse Euronext qui devait faire des annonces officielles d'ici à décembre sur la création de la Bourse de l'Entreprise. Faute d'un retour rapide de l'opérateur boursier américano-européen, c'est le principe même de cette nouvelle entité qui pourrait être remis en cause.

La Bourse des valeurs moyennes, la fameuse Bourse de l'Entreprise, en gestation depuis près d'un an et attendue comme le Messie par toutes les petites et moyennes entreprises françaises désireuses de revoir un maillage boursier en France, mais aussi des intermédiaires à leur écoute, verra-t-elle vraiment le jour ? Le principe de sa création tout comme ses principaux contours, élaborés par un comité d'orientation stratégique réunissant toutes les parties prenantes de la place ont été dûment approuvés par Nyse Euronext fin octobre dernier. Mais depuis, l'opérateur boursier n'a plus donné aucune précision sur l'évolution du dossier. Or, dans son rapport publié en octobre, Fabrice Demarigny était assez clair : «Pour un lancement viable et rapide de la Bourse de l'Entreprise (dans la mesure du possible, avant l'été 2013) il faut qu'une décision officielle de création intervienne avant le mois de décembre 2012 et que Nyse Euronext présente un business plan à hypothèses couvrant au minimum les trois premières années d'existence de la Bourse de l'Entreprise ».

Un silence qui inquiète les entreprises

Un silence qui n'est pas sans inquiéter les entreprises mais aussi certaines organisations professionnelles. « Nous n'avons eu aucune réponse précise de la part de Nyse Euronext et nous attendons toujours le business plan indispensable à la création de cette nouvelle entité. De qui se moque-t-on ? », se plaint Caroline Weber responsable de l'association des valeurs moyennes Middlenext.
Il est un fait que l'opérateur boursier américano-européen n'avait guère apprécié le rapport au vitriol publié en début d'année par Gérard Rameix (aujourd'hui patron de l'AMF) et Thierry Giami, Président de l'Observatoire du financement des entreprises par le marché financier à la Caisse des Dépôts. Ce document accusait Nyse Euronext d'avoir délaissé le segment des petites et moyennes valeurs en ayant notamment régulièrement augmenté ses tarifs à leur égard. Il recommandait la création d'une Bourse dédiée aux PME-ETI, la Caisse des Dépôts étant partante pour prendre un ticket dans cette aventure. Restait à déterminer si Nyse Euronext accepterait d'être minoritaire dans cette entité ou tout simplement d'ouvrir son capital. A la lecture des conclusions présentées en octobre par Fabrice Demarigny, on avait bien compris qu'il n'était plus question d'ouverture de capital et encore moins de la participation de la Caisse des Dépôts qui avait certes mis un préalable à sa participation : elle ne voulait pas venir seule. Se pose maintenant aujourd'hui la question de savoir si le principe même de la création de cette Bourse va aboutir. « Si Nyse ne va pas plus loin, il en revient maintenant aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités », lance Caroline Weber qui rappelle que c'est à la demande expresse des mêmes pouvoirs publics que le principe d'une nouvelle Bourse dédiée aux valeurs moyennes avait été évoqué en 2011.

Laurence Parisot invitée à la journée organisée par Nyse Euronext sur les marchés boursiers

Les responsables de Nyse Euronext ont-ils prévu d'en dire plus lors de la journée consacrée aux marchés boursiers qu'ils ont organisée mercredi 5 décembre ? Il sera en tout cas intéressant de voir ce qu'en dit Laurence Parisot, la présidente du Medef, invitée à cette manifestation et chargée de l'introduction de  l'évènement. Sachant que le Medef est partie prenante dans ce dossier et que l'organisation patronale est vivement convaincue de l'urgence à donner à ces entreprises moyennes une bouffée d'oxygène.

 

>> Pour aller plus loin, découvrez notre plateforme bourse personnalisable
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2012 à 11:13 :
C'est bien çà, le problème : on a privatisé les Bourses, alors que ce sont par construction des outils au service de l'intérêt général.
Et on voit le résultat aujourd'hui : des marchés organisés qui ne le sont plus, et des marchés parallèles sans surveillance. Bref : au nom du libéralisme, les politiques ont laissé se développer une jungle.
Ce qui a fait fuir les petits porteurs, et développés une culture absurde du contrôle du risque (: un non-sens en soi, déjà) chez les supposés investisseurs.
Qu'on ne s'étonne pas, ensuite, que la Bourse ne puisse plus faire ce à quoi elle sert : financer les entreprises.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :