L'euro franchit le cap des 1,36 dollar, une première pour 2014 !

 |   |  418  mots
(Crédits : reuters.com)
L'euro s'installe au dessus des 1,36 dollar après la réunion de la BCE. Les gouverneurs européens ont en effet décidés de conserver les taux directeurs en l'état.

MonFinancier

 

Comme prévu, la Banque centrale européenne a laissé ses taux directeurs inchangés. Le refi reste à 0,25% et le taux de facilité de dépôts à 0%. En hausse de 1,2% avant la décision de la BCE, le marché parisien accueille assez froidement les déclarations de Mario Draghi, le patron de la BCE, en divisant par deux ses gains.

L'euro en revanche s'installe confortablement au dessus du seuil des 1,36$, pour la première fois depuis le 30 janvier, signe que le marché avait anticipé un ton plus accommodant de la part de l'institution monétaire.


Une baisse des taux supplémentaire envisagée

Comme d'habitude, la BCE se dit déterminée à maintenir une politique monétaire très accommodante et prendra des mesures si nécessaire. Mais pour l'heure, les données qui ont été récoltées, et qui témoignent pourtant d'une inflation basse, ne militent pas pour une baisse du loyer de l'argent.

« Les taux d'intérêt de la BCE resteront donc à leurs niveaux actuels ou plus bas sur une période prolongée » s'est contenté de rappeler le patron de la BCE.

Reconnaissant toutefois que « nous connaissons une période prolongée d'inflation basse, » et que « les perspectives d'inflation restent modérées pour le moyen terme », Mario Draghi rappelle que la BCE est prête à agir si nécessaire, étant donné que « les tensions inflationnistes sous-jacentes dans la zone euro devraient rester faibles ».

 

Draghi mise sur l'absence de déflation

En clair, si Draghi admet que l'inflation est faible dans la zone euro, il n'anticipe pas de déflation et repousse l'idée d'une baisse des taux. De quoi propulser l'euro au dessus du cap des 1,36$ sur lequel il bute depuis le début de l'année. La monnaie unique s'adjuge ainsi 0,5% face au billet vert pour s'échanger à 1,3607$ et avance par ailleurs de 0,6% face au yen, à 138,30 yens, son plus haut niveau en séance.

Enfin, alors qu'une reprise modérée s'est poursuivie au quatrième trimestre, la politique monétaire (dont l'efficacité s'est améliorée selon le patron de la BCE), devrait soutenir la demande intérieure. Toutefois la priorité est de se conformer au mandat de la BCE qui reste la stabilité des prix. Or, une faible inflation persistante constitue un risque qui « mérite d'être surveillé de près par la BCE » a conclu Mari Draghi.

 

Plus d'actualités Bourse sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2014 à 18:48 :
Soit ont sort de l'euro soit ont se dirige vers un scenario a la Grecque
a écrit le 06/02/2014 à 17:21 :
Avec une monnaie aussi surévaluée, l'industrie française ne va pas encore exister longtemps.
préparez vous aux fermetures d'usines !
Réponse de le 06/02/2014 à 23:57 :
Le patronat va exiger la baisse de l euro , le fera savoir à François , qui le fera savoir à Barroso après avoir pris l avis d Obama, qui demandera à Angéla c est quoi se micmac avec François , qui lui répondra c est pas grave il est en posture.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :