Le mystère de l'euro

 |   |  408  mots
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

MonFinancier

 

La résistance de l'euro devient un vrai mystère. Avec les deux évènements qui se sont produits ce week-end, la déclaration de Draghi et l'extrême tension en Ukraine, l'euro aurait du chuter lourdement. Or il a à peine baissé, pour l'instant. Il défie toutes les lois de la gravité des marchés. Sans qu'aucune explication ne soit très convaincante.


DRAGHI VEUT LA BAISSE DE L'EURO
Mario Draghi a fait ce qui ne se fait jamais ou rarement : un commentaire sur la force de l'euro. Il se dit prêt à intervenir d'une façon ou d'une autre si la monnaie européenne continuait à se renforcer. La seule intervention efficace serait l'instauration momentanée de taux d'intérêt négatifs. Draghi craint maintenant la déflation et semble prêt à agir.

L'UKRAINE FLAMBE
Maintenant que l'annexion de la Crimée a été acceptée de fait, Poutine veut tester une nouvelle fois la faiblesse des Américains et des Européens qui s'agitent mais n'agissent pas. Il faut dire que les sanctions ridicules qui ont été prises après la Crimée ont donné des ailes à Poutine. Un évènement comme celui-ci est l'exemple même dans les manuels scolaires des marchés un évènement qui aurait du faire chuter l'euro. Et pourtant il résiste pour l'instant.

LE KRACH DES VALEURS TECHNOS US
Même si techniquement ce n'est pas encore un krach, ça y ressemble. Comme nous l'avions prévu, certains doivent se demander pourquoi ils ont acheté certaines valeurs à des cours absurdes, comme Tesla, comme Facebook, comme Twitter ou pourquoi ils ont acheté des valeurs comme Candy Crush lors des intros. Pourquoi ? Parce que les investisseurs sont souvent de moutons qui achètent parce que les autres achètent.

LA QUESTION DU WEEK END
dans la presse financière du week end: la baisse des valeurs technos va t'elle provoquer une baisse généralisée des valeurs ? Réponse: personne ne sait.

LE SPREAD HOLLANDE VALLS
C'était "l'évènement politique" du week end. Le sondage du JDD donnait un écart de popularité entre Valls et Hollande de 41 points. Du jamais vu entre un premier ministre et un président de la république. Faut il jouer le retrécissement du "spread", comme sur les marchés? Oui. Le spread...


Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

 

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2014 à 5:42 :
Les technos sont sur évalués c'est clair! Suffit 1 de savoir lire un bilan 2 de prendre du recul sur certaines valeurs type "candy crash" qui n'ont en réalité rien de nouveau : voir sega, electronic arts, ect...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :