Veillée d'armes au Brésil

 |   |  275  mots
DR
DR (Crédits : VIA BLOOMBERG NEWS)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino

MonFinancier

On peut espérer que le Mondial marquera une pause dans les mouvements de protestation au Brésil. Mais dès le lendemain de la finale, la pression sur le gouvernement va devenir insoutenable. Les élections d'Octobre deviennent incertaines et les investisseurs internationaux commencent même à parier sur une défaite de Dilma Rousseff

On parle Brésil aujourd'hui, c'est normal, mais rassurez-vous je ne parlerai pas de football…
La situation est tendue au Brésil et quand la trève du Mondial, si trêve il y a, sera terminée, on risque d'assister à un mouvement social de grande ampleur. Les causes sont claires : une croissance au point mort, une inflation en dérapage et une classe moyenne qui a peur de reglisser dans la pauvreté.

 

Tout cela avant les élections d'Octobre

Dilma Rousseff devait être réelue dans un fauteuil. Elle écrasait l'opposition de droite dans les sondages. Mais depuis quelques semaines, l'écart se resserre même si elle reste en tête. Sa défaite au second tour n'est plus un scénario fantaisiste



Et pourtant malgré tout cela les marchés brésiliens se tiennent bien

Le real s'est renforcé, la Bourse Brésilienne résiste. En fait, les investisseurs parient sur le scénario du pire : un dérapage social après le Mondial. Ce qui entraînerait une victoire de la droite pro Business. La parenthèse du Mondial va vite se refermer pour celle qui n'a toujours pas réussi à remplacer Lula dans le cœur des Brésiliens.


Lire la suite sur Monfinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2014 à 12:58 :
beaucoup de ballon rond ,
quelques airs de samba...

et tout va bien !!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :