Révolte sociale au Brésil : la Coupe est pleine ?

 |   |  207  mots
Manifestants dans les rues de Rio de Janeiro. Des mouvements de protestation qui pourraient toucher d'autres pays émergents en cas de ralentissement inflationniste. / Reuters
Manifestants dans les rues de Rio de Janeiro. Des mouvements de protestation qui pourraient toucher d'autres pays émergents en cas de ralentissement inflationniste. / Reuters (Crédits : reuters.com)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, une Coupe du monde au Brésil sous fond de révolte sociale.

J-1 avant le coup d'envoi de la Coupe du Monde de football 2014 qui se déroulera au Brésil du 12 juin au 13 juillet prochains, 32 nations et 736 joueurs s'apprêtent à fouler les stades et enchaîner les matchs, tandis que la contestation sociale ne cesse de s'intensifier sur place.

72% des Brésiliens estiment, en effet, qu'organiser le Mondial est "une mauvaise chose". Grèves à répétition, manifestations… le peuple crie son ras-le-bol contre les inégalités, la hausse du coût de la vie et la corruption. Cette rébellion historique perturbera-t-elle le lancement de la grande messe ?

28 minutes

MISE AU POINT
Par Sandrine Lecalvez

 

RETROVISEUR
Par Marc-Antoine Deporet

Les sombres décennies brésiliennes
Avril 1964. Les généraux de l'armée de terre renverse par coup d'État le président élu Jao Goulart. Retour sur deux décennies de dictature militaire au Brésil.

 

DEBAT
Pour débattre, Stéphane Monclaire, politologue, maître de conférences à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Alfredo Valladao, professeur à Sciences Po, spécialiste du Brésil et de l'Amérique latine, et Pascal Boniface, géopolitologue, directeur de l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS).

 

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission,
sur
 Twitter @28minutes et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :