Il n'y a pas d'alternative à l'assurance-vie

 |  | 376 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

MonFinancier

L'année 2014 a été particulièrement faste pour l'assurance-vie qui a bénéficié entre autres de la décollecte du livret A. Malgré des rémunérations en baisse, la tendance devrait se confirmer en 2015. Il faut dire qu'une rémunération sans risque de 2,5 ou 3% alors que les taux d'intérêt sont à zéro, a de quoi séduire.


LES BAL DES RENDEMENTS
Cela fait partie des rituels de début d'année comme les prévisions économiques ou les prévisions sur les marchés. Toutes les compagnies d'assurance annoncent le taux de rémunération de leur fonds en euros pour l'année passée. C'est d'ailleurs assez amusant car certaines compagnies ne dévoilent leur taux qu'une fois que leurs concurrentes l'ont fait pour tenter de les battre de 0.10% ou plus. Comme attendu les taux sont en baisse. Significativement. Les fonds qui affichent un rendement supérieur à 3% sont extrêmement rares. La grande majorité des fonds en euros vont plutôt tourner autour de 2.50%.

Y A-T-IL UNE ALTERNATIVE A L'ASSURANCE-VIE ?
Non. 2014 a été une année de décollecte importante pour le livret A dont le taux pourrait passer prochainement en-dessous de 1% et de collecte pour l'assurance-vie. Et 2015 devrait ressembler à 2014. Il faut dire qu'avec des taux d'intérêt à zéro, une inflation à zéro voire négative, toucher 2,50% net de frais et net d'impôts si on conserve ses placements 8 ans, c'est inespéré. Même si les taux en 2015 devraient encore baisser et se rapprocher des 2%, il n'y a toujours pas d'alternatives aux fonds en euros de l'assurance-vie pour les épargnants qui ne veulent pas prendre de risques.

COMMENT LES ASSURANCES PARVIENNENT ELLES A CES TAUX ?
Il y a plusieurs explications. Tout d'abord les épargnants bénéficient encore de placements faits par les compagnies d'assurance dans le passé à des taux plus attractifs. D'autre part, les compagnies diversifient de plus en plus leurs investissements pour obtenir du rendement. Pour que votre placement sans risque rapporte 2,5% ou plus, les compagnies d'assurance elles, prennent des risques allant jusqu'à investir parfois dans obligations à haut rendement ou même sur l'immobilier. Les fonds en euros...


Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2015 à 0:20 :
….pour faire le beurre des assureurs et des banques ?
a écrit le 13/01/2015 à 23:35 :
L'épargne sans risque est une invention de banquiers car tous les supports sont risqués. La garantie des dépôts en est la parfaite illustration!
a écrit le 13/01/2015 à 13:00 :
Que nous restera t il comme moyen d'épargne, si ce n'est de l'investir, non pas où il existe un rendement mais, là où il nous permettra d'économiser et donc d'éviter de dépenser! En route vers la déflation ou la décroissance...!
a écrit le 13/01/2015 à 11:41 :
Dans notre société notamment financière segmentée et verrouillée, cette évidence laisse de côté l'interrogation sur les capacités à assurer les garanties promises. Les exemples de la Grèce, de Chypre, sans être l'alpha et l'oméga, sont des réalités extensibles. Il y a aussi, la dérive d'intérêts négatifs pour couvrir des frais de gestion. Il y a aussi l'alternative vantée de produits d'actions, à la lumière de l'expérience des quelques 10 ou 20 ans, sans parler de leurs obscures lumières. Le sans risque n'existe pas sur le long terme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :