Diplomatie économique : quand le Trésor mobilise ses troupes

Lors d'un colloque organisé ce lundi matin à Bercy, Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie et la Direction générale du Trésor ont vertement expliqué aux membres du réseau du Trésor basé à l'étranger ses responsabilités dans le domaine de l'export et de l'attractivité.
Fabien Piliu
Réformer, mais comment s'interroge-t-on à Bercy
Réformer, mais comment s'interroge-t-on à Bercy (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Ce sont des vœux. A bien écouter, on aurait pu prendre ces déclarations pour des ordres. Lundi matin, lors d'un colloque organisé à Bercy par la Direction générale du Trésor sur le thème " La France se réforme ", Emmanuel Macron a longuement expliqué ce qu'il attendait du réseau de chefs de service économiques basés aux quatre coins du monde. Pour marquer la création de la diplomatie économique, décidée par Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, trois ambassadeurs étaient présents.

" Il faut plus de cohérence et plus d'efficacité. Il faut apprendre à travailler ensemble et intelligemment avec le Quai d'Orsay " a déclaré le ministre de l'Economie. Symbolisée par l'intégration du secrétariat d'Etat au Commerce extérieur au ministrère des Affaires étrangères - un rapprochement  inédit -, la diplomatie économique a été lancée en avril.

Etre - désormais ? - au contact des entreprises

Emmanuel Macron leur a également rappelé leurs devoirs. " Etre au contact de nos entreprises est indispensable. Il faut également que vous nous remontiez des idées, des commentaires pour faire avancer les choses, pour combattre les fausses bonnes idées capable de redresser l'image de notre pays et faire gagner nos entreprises". Le plus étonnant est qu'il ait fallu le rappeler...

Quelques jours après le lancement de Business France, fruit de la fusion d'Ubifrance, l'agence qui aide les entreprises à se lancer à l'export et de l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII), Emmanuel Macron a également demandé aux membres du réseau du Trésor de " porter, d'expliquer à leur interlocuteurs le sens de la politique économique menée actuellement en France pour donner envie aux entreprises étrangères de s'implanter chez nous ".

Quelques minutes avant le ministre de l'Economie, Bruno Bézard, le directeur général du Trésor avait déjà recadré les membres de son réseau à l'étranger. " Il faut que vous soyez le fer de lance de la célébration de la France. Il faut que vous incarniez l'ambition économique pour redresser l'image de notre pays à travers le monde ", a-t-il déclaré, dénonçant le " french bashing " très couru depuis quelques années chez " nos ennemis traditionnels mais également chez nos meilleurs amis ".

Que chaque journée soit « utile » !

Et de poursuivre : " il faut arrêter la dispersion, fédérer les villages gaulois pour améliorer notre - votre - efficacité et notre réactivité. Il faut que vous souteniez la politique du gouvernement et que chaque journée soit utile ! ". Confondant.

Ces messages, voire ces instructions, interviennent alors que la France peine à enregistrer les premières retombées des réformes engagées ces dernières années pour redresser la compétitivité du made in France.

Après avoir atteint 74 milliards d'euros en 2011 - le record -, 67,2 milliards d'euros en 2012 et 61,2 milliards d'euros en 2013, le déficit commercial devrait à nouveau reculer et approcher les 55 milliards d'euros en 2014, en grande partie par l'allégement de la facture énergétique liée au repli brutal des cours du brut au second semestre 2014.

Quant à l'attractivité de l'Hexagone, elle souffre de la concurrence de ses voisins. Après avoir longtemps caracolé en tête dans le classement des investissements directs étrangers en Europe, la France est aujourd'hui dépassé par l'Allemagne et le Royaume-Uni, malgré une progression des IDE réalisés sur son territoire.

Fabien Piliu
Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 14/01/2015 à 7:23
Signaler
Pensez vous vraiment que les industriels peuvent compter sur l'administration pour développer l'activité!!!

à écrit le 13/01/2015 à 15:06
Signaler
Il faut remettre sur la table la possiblité de licencier dans la fonction publique. A l'époque le choix de ne pas pouvoir licenier des fonctionnaires car travaillant pour le service public était bati sur les responsabilité de ces derniers de devouer ...

à écrit le 13/01/2015 à 13:19
Signaler
30 ans de commerce a l'export pour une PME francaise .J'ai connu les PEE ,Ubifrance ,j'ai ete aide une seule fois de maniere professionnelle par un fonctionnaire a l'etrangrer ,une bonne etude de marche ,j'ai en fait selectionne un distributeur qui n...

le 13/01/2015 à 13:38
Signaler
C'est grave ce que vous dites.

le 16/01/2015 à 15:13
Signaler
Je ne sais pas si c'est grave Yves ,mais c'est un triste constat .On n'est jamais mieux servi que par soi-meme .Je souhaite vraiment que cela change ,peut etre les nouvelles generations ou encore ,une obligation de resultats avec retour immediat au p...

à écrit le 13/01/2015 à 11:38
Signaler
J'ai beaucoup travaillé à l'étranger pour une grande entreprise française dans de gros projets d'équipement. J'ai donc rencontré des fonctionnaires détachés pour 3 ou 4 ans auprès des services économiques de l'ambassade. Certains répugnaient à se mêl...

à écrit le 13/01/2015 à 11:23
Signaler
Pour les avoir bien pratiqués, les attachés économiques dans les ambassades ne font rien, ne sont au courant de rien et ne font que boire du Champagne et manger des petits fours !! Et rien ne peut leur arriver. Dans nos entreprises, on donne des obj...

à écrit le 13/01/2015 à 8:58
Signaler
J espère que quand un pdg de pmi ou autre va à l étranger , les services du quai d Orsay sont à même de les briffer sur la concurrence et les besoins réels des pays ou ils désirent exporter leur savoir faire , et même on pourrait aller plus loin ils ...

le 13/01/2015 à 9:56
Signaler
Ces services sont payants, peu fiables, il y a 10 ans à Shanghai il m'a été répondu: " on ne peut pas connaître toutes les entreprises française installées ici!!!! sic. Bureaux de l'ex commerce extérieur installés dans un lieu cossu, mais où rien n'i...

le 13/01/2015 à 14:13
Signaler
On peut rever !

à écrit le 13/01/2015 à 8:55
Signaler
c'est amusant comme les socialistes, principaux responsables du french bashing, sont ceux qui en parle le plus !

à écrit le 12/01/2015 à 17:48
Signaler
COPAIN DU COPAIN HOLLANDE. Ils ne font rien et sont payés par nos taxes et impots qui augmentent sans cesse. Hier la France défilait pour la tolérance, le respect, la liberté etc ... mais ces gens là ne respectent pas les deniers publiques t ne tra...

le 12/01/2015 à 18:30
Signaler
tout a fait .. pure vérité ....il faut supprimer le statut qui encourage a en faire le moins possible

à écrit le 12/01/2015 à 16:34
Signaler
Le petit marquis devrait savoir qu'un inspecteur général des finances fait ce qu'il veut dans la cour de la monarchie républicaine .

à écrit le 12/01/2015 à 15:02
Signaler
J'en ai connu à l'étranger : très bien payés mais pour ce qui est de "vendre" le savoir faire des entreprises françaises : rien! En Angola, il y a trois ans, le gars n'est pas allé à un colloque sur le traitement des eaux usées par çe qu'il aurait...

le 12/01/2015 à 19:37
Signaler
Un ambassadeur est au dessus des 20000 euros. Certains sont même à 30000. Pour le reste je suis d'accord avec votre constat.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.