Brexit : Deal !

 |   |  317  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

L'Union Européenne et la Grande-Bretagne se sont enfin mises d'accord sur le Brexit. Il a fallu plus de deux ans après le référendum. 873 jours exactement. Le plus dur reste à faire pour Theresa May. Elle doit avoir maintenant l'accord de son gouvernement. Puis l'accord du Parlement.

THE DEAL
Le Financial Times utilise le terme de Brexit divorce.
Le dernier sujet d'affrontement, le sujet de l'Irlande, a été résolu. Il n'y aura pas de "frontière" physique entre l'Irlande du Nord et l'Irlande (du Sud). L'Irlande du Nord ne sera pas, seule, maintenue dans l'Union douanière européenne comme le souhaitait l'Europe. C'est la Grande-Bretagne dans son ensemble qui sera maintenue dans l'Union douanière européenne.

LES PROCHAINES ÉTAPES POUR MAY
Aujourd'hui: convaincre son gouvernement et surtout les 9 membres de son Cabinet qui sont pro-Brexit.
Ensuite: Convaincre le Parlement. Tout va dépendre du Labour de Corbyn. Qui pourra décider d'accepter ce deal qui répond largement à ses souhaits ou qui pourra préférer provoquer des élections anticipées.
Le marché parie sur un deal avec un rebond de la livre sterling de 1.5% hier.

L'EFFONDREMENT DU PÉTROLE
L'argument de la hausse du pétrole pour justifier la hausse du prix des carburants ne va pas être simple à utiliser par le gouvernement français pour contrer le mouvement des gilets jaunes.
Le pétrole a chuté hier de 8%. Soit une baisse de 30% depuis le début du mois d'octobre.
On est à 55 $ sur le Brut américain et 65 $ pour le Brent de Mer du Nord.
Contre 76.9 $ et 86.74$ début octobre.

POURQUOI LE PÉTROLE A-T-IL CHUTÉ HIER?
Les fonds spéculatifs ont brutalement liquidé leurs positions à la hausse hier.
Des positions qu'ils avaient prises pour jouer sur l'impact des sanctions contre l'Iran sur l'offre...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2018 à 13:01 :
Parait que le prix à la pompe aurait commencé à baisser légèrement (ai pas pensé à regarder les afficheurs ce matin, tant que pas de besoin, et ne fais que des demi-pleins, hantise du zéro). Vu la couche de taxes, le pétrole gratuit ne ferait pas baisser très fortement les prix, TICPE payée au litre.
Y a toujours de l'inertie, entre le pétrole du puits et son arrivée en raffinerie, son raffinage, la livraison. Ce qui rend sceptiques les gens qui voient le prix du baril baisser mais la hausse du liquide qu'ils achètent appliquée, sauf qu'ils ne remarquant pas l'inverse, la baisse du prix mais une hausse du pétrole. Faut un mois parait-il.
Le gaz lui, devrait également baisser un peu pour décembre (indexé partiellement sur le pétrole) ? Espérons. Certains diront que c'est un 'complot' pour calmer les gens et que si ça augmente c'est un 'complot' vu que la période de chauffe débute.
a écrit le 14/11/2018 à 11:20 :
"Les fonds spéculatifs n'ont pas eu d'autre choix"

Sous Trump, nous voyons des choses que nous ne voyions jamais avant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :