Brexit, dette... Les marchés en tension craignent une récession en Europe

 |   |  714  mots
(Crédits : Kai Pfaffenbach)
Le marché de la dette en zone euro s’est un peu tendu mercredi, les investisseurs s'inquiétant que les faiblesses économiques visibles dans les derniers indicateurs américains ne soient pas compensées par une action supplémentaire de la BCE.

"Le marché digère encore la contraction de l'activité manufacturière aux États-Unis" publiée hier, a noté auprès de l'AFP Eric Vanraes, gérant obligataire de la banque suisse Eric Sturdza.

"L'activité manufacturière représentant moins de 15% du PIB américain, l'impact de ces données est à relativiser, mais c'est surtout une propagation aux services que les marchés redoutent. En outre les chiffres d'hier ont montré une fragilité de l'emploi", a complété l'expert.

"Or le ralentissement des créations d'emplois dans le privé aujourd'hui est venu conforter les doutes", a-t-il ajouté, tout comme la révision à la baisse des perspectives de croissance de l'Allemagne en 2019 et 2020.

L'activité du secteur manufacturier aux États-Unis a encore reculé en septembre pour tomber à son plus bas niveau en 10 ans, mardi, tandis que le secteur privé aux États-Unis a créé 135.000 emplois en septembre moins que le mois précédent et les attentes des analystes, selon l'enquête mensuelle d'ADP, publiée mercredi.

Les principaux instituts économiques allemands ont en outre annoncé un abaissement leurs prévisions de croissance de l'économie allemande pour 2019 et plus nettement pour 2020.

Divergence entre l'Europe et les États-Unis

Ce contexte d'inquiétudes marquées pour l'économie s'est traduit différemment en Europe et aux États-Unis.

"Le marché obligataire américain s'est détendu", jouant son rôle traditionnel de refuge en cas d'inquiétude, a souligné M. Vanraes.

Mais, en Europe, a-t-il poursuivi, "les taux d'emprunt n'ont pas suivi cette logique" et la raison est à chercher du côté de la BCE.

Hier soir, le président de la Banque centrale européenne "Mario Draghi a de nouveau affirmé que la balle était désormais dans le camp des gouvernements et d'une relance budgétaire à grande échelle, sous-entendant que l'institution ne ferait pas plus que ce qu'elle a déjà annoncé", selon le spécialiste.

"La macroéconomie est mal orientée, mais les investisseurs se disent qu'il ne faut pas pour autant attendre un secours supplémentaire de la BCE, et cela pèse du coup sur le marché", a-t-il analysé.

À 18h, le taux d'emprunt à 10 ans de l'Allemagne (Bund) a progressé à -0,550% contre -0,568% mardi à la clôture du marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

Celui de la France a suivi le même mouvement à -0,251% contre -0,269%, à l'instar de celui de l'Espagne à 0,163% contre 0,145% et de celui de l'Italie à 0,897% contre 0,853%. Au Royaume-Uni, le taux d'emprunt à 10 ans est également monté à 0,500% contre 0,467%. Aux États-Unis, le taux à dix ans se détendait à 1,594% contre 1,635%, tout comme celui à 30 ans, à 2,072% contre 2,093%. Le taux à deux ans s'affichait pour sa part à 1,480% contre 1,546%.

 Londres chute lourdement

La Bourse de Londres a terminé sur une lourde chute de 3,23% mercredi, emportée par les craintes sur la vigueur de la croissance mondiale et les incertitudes autour du Brexit.

À la clôture, l'indice FTSE-100 a perdu 237,78 points, à 7.122,54 points.

"Les marchés ont vraiment perdu leurs esprits mercredi après-midi", résume Connor Campbell, analyste chez Spreadex.

L'indice vedette de la Bourse de Londres n'avait pas connu une dégringolade d'une telle ampleur depuis janvier 2016.

Le marché britannique a ouvert en baisse et n'a cessé de s'enfoncer tout au long de la séance, ébranlé depuis la veille par un indicateur américain ravivant les craintes pour la croissance mondiale. Il a notamment accusé le coup après la décision de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) d'autoriser Washington à imposer des taxes sur près de 7,5 milliards de dollars de biens européens, en représailles à des aides accordées à Airbus.

"Les craintes sur une guerre commerciale entre l'UE et les États-Unis n'ont fait qu'alimenter les inquiétudes plus profondes sur la santé de l'économie mondiale", explique à l'AFP Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

Les investisseurs britanniques sont restés par ailleurs déprimés par les développements autour du Brexit après de nouvelles propositions émises par le Premier ministre, Boris Johnson, pour trouver un accord avec l'UE, qui n'éloignent pas pour l'heure les risques d'une sortie de l'UE sans accord.

"Il reste du chemin à faire avant que la proposition de Boris Johnson ne convainque tout le monde" et, en attendant, "la perspective d'un Brexit sans accord pèse sur les valeurs financières", note David Madden, analyste chez CMC Markets.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2019 à 13:34 :
L'UE de Bruxelles cherche encore "des excuses", en inversant les causes et les effets, afin de poursuivre la mise en place du dogme européiste!
a écrit le 03/10/2019 à 10:47 :
C'est l'histoire du pompier pyromane !!!
a écrit le 03/10/2019 à 9:04 :
"La Bourse de Londres a terminé sur une lourde chute de 3,23% "

Heu nous on est à moins 3.12 les gars hein... -_-
a écrit le 03/10/2019 à 1:08 :
Johnson et son clan ne sont pas impressionnés par les ravages du Brexit, car leur plan n'est pas l'économie réelle du Royaume-Uni mais le développement d'une finance agressive pilotée par les USA. Ce qui enrichira encore davantage les Anglais les plus riches, affaiblira la classe moyenne, et fera des pauvres encore plus pauvres.
Réponse de le 03/10/2019 à 11:26 :
Bonne analyse. Avec des véritables incompétents en économie comme Trump, Johnson (ou MLP en France) on est plutôt mal barré ...
Réponse de le 03/10/2019 à 15:52 :
C est vrai qu avec Micron on assiste à un véritable miracle économique !!! Il a fait renaître les 30 glorieuses !! Les prix immo sont extrêmement bas et les salaires ont été décuplés !! La bonne blague !!! Mdr lol xptdr ^^ Arrêtez donc de nous prendre pour des imbéciles vous verrez vous dormirez mieux !!!!
a écrit le 02/10/2019 à 20:56 :
Il me semble que si on cherchait à provoquer une guerre ( la vraie avec des morts et tout...) on ne s'y prendrait pas autrement.
a écrit le 02/10/2019 à 19:57 :
Et Macron veut que les français cotisent leur retraite en produits boursiers dans un monde en pleine mutation (peut être une guerre). Imaginez cette personne prenant sa retraite dans une période de chute importante des marchés comme depuis ses deux jours! Il peut perdre beaucoup d'argent en quelques heures voir quelques jours! Donc autant rester sur des produits avec un taux de rendement régulier et sécurisé même avec un taux à 0,75 % tel que le livret A.
Réponse de le 03/10/2019 à 5:43 :
Meme votre livret A serait a genoux en cas de guerre.
L'euro serait lamine.
Relax, de guerre il n'y aura pas.
Personne n'aime mourir, surtout les americains.
Réponse de le 03/10/2019 à 8:58 :
L'État en faillite cherche à se dérober des ses obligations.
Réponse de le 03/10/2019 à 10:51 :
Au vue de pour qui il va bosser après, logique !!! il ne fait aucun doute des objectifs, comme de l'incapacité d'anticipation comme de vision.
Du coup j'imagine aussi qu'au fait de la dette, il ne restera pas grand chose a sa sortie du pouvoir !

Il aura probablement asséché l'ensemble du système ! Et imaginer après son mandat qu'il puisse être dans une assurance !!! c'est possible, et surtout pas interdit !!!

A cela nous pouvons comprendre que de démocratie, disons qu'il s'agit surtout d'une farce.

Mais au moins, avec la technologie cela va transformer l'approche !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :