Pas d'accord budgétaire aux Etats-Unis et baisse historique du yen pour cette fin d'année

 |   |  574  mots

Les volumes sont encore extrêmement faibles ce matin sur le marché des changes pour cette dernière séance de l'année 2012. L'actualité n'en demeure pas moins mouvementée. En effet, en dépit des derniers efforts engagés par la Maison Blanche, il est fort probable qu'un accord budgétaire entre républicains et démocrates ne soient pas trouvé avant ce soir. Le leader démocrate du Sénat, Harry Reid, a affirmé que les parlementaires vont continuer leur travail aujourd'hui même si des différences significatives subsistent entre les deux camps.

En Europe, l'inquiétude liée au "fiscal cliff", qui pourrait entrainer dès le 1er janvier plus de 600 milliards de dollars d'augmentation d'impôts et de baisses des dépenses, n'a pas profondément modifié les stratégies des cambistes. En revanche, aux Etats-Unis, la situation est différente: l'aversion au risque est désormais à son maximum alors que les conditions de marché sont anormales. Un cocktail explosif. Le fameux indicateur VIX a ainsi augmenté de 17% le 28 décembre, sa plus forte hausse depuis novembre 2011. Elle traduit surtout les fortes préoccupations des investisseurs sur les conséquences du "fiscal cliff" sur l'économie américaine. A en croire la FED, la mise en place de coupes automatiques dans les dépenses et d'hausses d'impôts devraient précipiter les Etats-Unis dans la récession l'an prochain.

Le réveil des cambistes devrait donc être difficile le 2 janvier en l'absence d'accord et il faudra s'attendre à une séance chaotique où les paires en JPY et l'euro/dollar seront largement vendus sur le marché des changes.

Dans l'immédiat, la devise nippone bénéficie encore des effets des récentes mesures prises par la banque centrale japonaise (BoJ). Le yen affiche ainsi sa plus forte baisse annuelle en l'espace de sept ans face au dollar américain. Les cambistes s'attendent en effet à ce que la BoJ augmente ses provisions d'argent frais. Selon le journal Nikkei, le gouverneur de la banque centrale a souligné que l'institution et le gouvernement doivent travailler main dans la main afin de lutter contre la déflation. Tous les fins connaisseurs du marché des devises s'attendent donc à ce que la politique monétaire engagée par le Japon soit plus expansionniste, d'une manière ou d'une autre. Plusieurs scénarios sont déjà évoqués, les premières mesures concrètes devant être décidées lors de la réunion des 21 et 22 janvier. Ce sera également l'occasion pour l'institut d'émission de réactualiser ses prévisions en matière de croissance et d'inflation. La BoJ devrait notamment discuter du nouvel objectif d'inflation souhaité par le nouveau Premier ministre, à 2% contre 1% jusqu'à présent en sachant que cet objectif initial est déjà extrêmement difficile à atteindre pour les autorités monétaires.

Au niveau des devises matières premières, les déboires budgétaires des Etats-Unis n'ont pas encore réellement provoqué un vent de panique. En témoigne ce matin la hausse de 0.2% du dollar australien à 1.0390, soit une progression annuelle de 1.8% en un an. La publication d'un indice PMI manufacturier HSBC chinois à 51.5 pour décembre, soit le plus haut niveau depuis mai 2011, a permis au dollar australien de finir l'année sur une note positive alors que beaucoup d'analystes s'interrogent sur l'évolution des prix des matières premières l'an prochain.

 

Retrouvez toute l'actualité du Forex sur Forex.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :