Immense découragement

 |   |  405  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

Il n'y aura pas de réforme du travail. Le gouvernement a cédé, une fois de plus, paniqué par quelques jeunes manifestants manipulés, quelques syndicalistes staliniens et quelques frondeurs d'opérette. Il n'y aura eu aucune vraie réforme pendant ce quinquennat alors que le pays est confronté au drame sans précédent du chômage avec 5.7 millions de personnes sans activité. On a été naïfs d'y croire.

AU DELÀ DE CETTE CAPITULATION

une question se pose: ce pays est il réformable? Toutes les grandes réformes, à part celle de la retraite, mais les retraités ne manifestent pas, ont échoué. Depuis des dizaines d'années. Par un manque de courage politique mais également par une résistance forte du pays lui-même. Rappelons que 70% des Français étaient opposés à la loi El Khomri. Inquiétant et décourageant.

LES MAITRES DU MONDE

Quasi stabilité des marchés dans l'attente de la réunion de la Banque centrale américaine. C'est carrément la semaine

des banques centrales même. Celle des Etats-Unis bien sûr mais aussi celle du Japon, de Grande-Bretagne, de Suisse, de Norvège, d'Afrique du Sud et de Russie. A une époque où le pouvoir a définitivement quitté la sphère politique pour être exclusivement entre ces maîtres du monde et où les marchés ne se nourrissent que de ces torrents de liquidités artificielles, on peut comprendre qu'on ne vit plus qu'au rythme des réunions des banques centrales et au rythme des déclarations de leurs dirigeants.

LE GRAAL

Avec toujours cet objectif d'inflation à 2%.

C'est devenu le graal pour tous les pays développés. Le magic number. 2%. Le rêve de tous les banquiers centraux. Et nous répétons tous ce chiffre, comme nous répétions tous à une époque le chiffre de 8% de croissance pour la Chine qui était, disait-on, le chiffre minimum de croissance pour créer de l'emploi. Sans nous poser de question. Mais ce chiffre sorti de nulle part fait aujourd'hui débat. Pourquoi 2% ? Pourquoi pas 1 ou 0 ou 3 ? Et on s'aperçoit d'abord quand on suit ces débats, de plus en plus enflammés sur le sujet, que ce chiffre est totalement arbitraire et qu'il ne résulte d'aucun calcul savant. Et à l'heure où la...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2016 à 7:23 :
Dans un premier temps, il serait bon de réformer le patronat et les dirigeants de ce pays qui ne se soucient que de leurs intérêts personnels sur le dos de la collectivité...!
N'est il pas!
Le nivellement par le bas, ça suffit!
a écrit le 15/03/2016 à 20:20 :
Pendant que l'on perd du temps la Chine réfléchit et prend de l'avance :
"Après le Royaume-Uni, c’est la Chine qui pourrait remplacer des millions de salariés par des robots dans un futur proche. Une différence, mais de taille : cela découle d’une volonté gouvernementale pour la République populaire. En effet, le gouvernement chinois prévoit d’automatiser le travail aujourd’hui effectué par des millions de personnes. L’idée est de réformer l’économie du pays tout en respectant les objectifs ambitieux de production
"Chine : les robots sont en marche
C'est sans doute l'usine chinoise de demain, entièrement robotisée avec ses bras qui remplacent ceux des travailleurs. C'est le projet du gouvernement d'ici 2025. Des milliards d'euros investis pour faire face à une main d'oeuvre de plus en rare et chère. Les robots peuvent remplacer les hommes dans quasiment toutes les tâches. Des usines presque sans ouvriers, on en trouve de plus en plus dans cette province du Guangdong, l'usine du monde comme on l'appelle. Un bras robotisé coûte jusqu'à 20 000 euros amortis en un an à peine. Il peut remplacer six à huit salariés. Plus de productivité et de rentabilité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :