Iran  : reprise des sanctions américaines

 |   |  334  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

La Maison-Blanche s'apprête aujourd'hui à annoncer le rétablissement des sanctions contre l'Iran cette semaine, conformément au souhait de Donald Trump lorsqu'il s'était retiré de l'accord sur le nucléaire. Le pays est au bord de l'asphyxie.

RETOUR DES SANCTIONS
Une première série de sanctions américaines doit être rétablie cette semaine.
Elles portent sur les transactions financières en dollars, les importations de matières premières (notamment métaux précieux et charbon), sur les logiciels industriels, et les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale.
Une deuxième vague de sanctions doit intervenir après une période de transition de 180 jours, avec le rétablissement notamment des sanctions contre les importations de pétrole iranien.

L'IRAN UN GENOU À TERRE
Le but de Trump est bien sûr de mettre l'Iran à genoux pour négocier un nouvel accord plus dur sur le nucléaire.
Pour l'instant le pays a un genou à terre. Les effets psychologiques des sanctions se font déjà lourdement sentir.
La monnaie nationale, le rial, a récemment atteint son plus bas niveau face au dollar.
Des centaines de personnes se sont rassemblées ce week-end dans plusieurs villes du pays pour manifester contre les coupures d'eau, l'inflation et le chômage.

LA FRANCE ÉGALEMENT TOUCHÉE
À compter de lundi soir, les entreprises de certains secteurs, dont l'automobile et l'aéronautique, devront s'être retirées du pays pour se conformer à la législation américaine. Faute de quoi, elles se verront restreindre l'accès au marché américain.
Airbus, Renault et PSA sont concernés.
Airbus a renoncé à ses contrats auprès des compagnies Iran Air et Zagros Airlines.
PSA et Renault, qui affichaient de grandes ambitions en Iran, doivent se retirer du marché automobile iranien.

CHINE : LA RIPOSTE
L'escalade continue.
La semaine dernière Donald Trump menaçait de porter à 25 % les taxes sur...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/08/2018 à 8:55 :
Avec l'Iran on ne peut pas rigoler ni faire les choses à moitié, ce qu'ont fait les prédécesseurs de Trump sans arrêt avec l'Iran et la Chine, faire les choses à moitié or comme ces deux états sont des dictatures de la moitié qu'on leur laisse ils reprennent le tout. Encore une preuve de l'importance déterminante de la puissance politique. Moi franchement, de savoir le régime iranien doté de l'arme nucléaire ne me rassure pas, mais alors pas du tout et vous ? LE monde a intérêt à ce que Trump gagne son bras de fer et seul un bras de fer peut stopper une dérive iranienne.

Par contre il est évident que l'état français s'il était doté d'un pouvoir politique aurait tout intérêt à rester en partie en Iran en négociant avec els américains, parce que avec les américains on peut toujours tout négocier selon comment on présente les choses, proposez leur d'y gagner et ils vont rapidement y réfléchir. Mais c'est sûr pour cela il faudrait un vrai pouvoir, de nos lrem nous ne pouvons qu'espérer qu'ils ne fassent strictement rien suffisant déjà nettement à enfoncer notre pays.

La riposte chinoise sur 60 milliards contre 200 américain commence à montrer que celle-ci marque le pas, même un enfant de primaire ferait vite le calcul que les chinois ont tout à perdre avec une guerre et intérêt à reculer, discrètement par contre. Étant donné que c'est une dictature ils ont intérêt à montrer à leur un milliards d'habitants qu'ils en ont et des grosses mais bon à un moment faudra se plier à la réalité, la chine fait sa fortune en étant l'usine du monde si le monde retire ses usines la chine, et son oligarchie communiste, parce que ce n'est pas un fléau réservé qu'à la seule droite, loin de là hein, ne fera plus fortune.

"« l'intransigeance » de la Commission européenne qui se retranche derrière « des obsessions théologiques » sans se soucier du « bien-être économique des Européens »"

CQFD Comme quoi dès que l'on sort de l'UE on peut enfin retrouver une analyse objective dénuée de pression oligarchique. Ces mots sonnent tellement justes, suffit d'observer des gars comme Juncker, que l'on se demande pourquoi il n'y a pas de dirigeants européens les prononçant et donc aimant vraiment et profondément l'europe. Vite un frexit.

"Pour remédier au problème, les professionnels du secteur proposent"

DE mieux payer leurs salariés en les faisant travailler dans de meilleurs conditions ? Ah ben non, en réclamant des esclaves... Réflexe de décideurs européens repus au dumping social. Abjecte, vite un frexit.

"L'ancien député Julien Dray veut mener la liste du PS aux européennes de mai 2019"

Les socialistes qui savent apprendre de leurs erreurs ! :D

"Maduro a échappé à une tentative d'assassinat samedi soir en plein discours télévisé et a accusé le président colombien d'être « derrière cet attentat » "

Ouais enfin bon croire Maduro c'est lui faire beaucoup d'honneur. Tiens au fait vous avez vu que depuis que Goldman Sachs est allé le voir les états unis ne leur mettent quasiment plus de pression aux vénézuéliens ? Certainement un hasard...

"Marine Le Pen veut annuler la saisie de 2 millions d'euros d'aides publiques ordonnée dans l'enquête sur ses assistants fictifs au parlement européens et menace de déposer le bilan"

Le FN et l'argent, pire que les LR ! Faut le faire ! Bon faut dire que depuis le temps qu'ils gagnent énormément de pognon avec leurs succès exponentiels aux élections... mais sinon ils en ont fait quoi du magot ? Certainement dans un paradis fiscal pour le parti politique qui se dit le plus français... Bon sang qu'il faut être simplet pour voter pour ça.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :