Le Brexit : proche du dénouement

 |   |  331  mots
Marc Fiorentino.
Marc Fiorentino. (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Les évènements s'accélèrent en Grande-Bretagne.

On s'approche de la date officielle du Brexit, le 29 mars. Mais on sait, quel que soit le scénario, que cette date sera repoussée.

Le plan actuel du Brexit sera présenté au Parlement le 15 janvier et il sera, sauf énorme surprise, rejeté.

Then what ?

LE PREMIER VOTE DU PARLEMENT BRITANNIQUE
Hier, Theresa May a subi un premier échec.
Le Parlement lui a imposé de présenter un plan B dans les trois jours qui suivront le vote sur le Brexit au Parlement, au cas où le deal serait rejeté par le Parlement.
Il y a deux plans B : des élections anticipées ou un deuxième référendum.

CORBYN EST SORTI DU BOIS
Le patron des Travaillistes a enfin précisé sa position : en cas de rejet du deal du Brexit par le Parlement, et il a confirmé que son parti voterait contre, il réclame des élections anticipées. Et si le gouvernement refuse des élections anticipées, il réclame un second referendum.
Tout s'accélère.

L'IMPACT SUR LES MARCHÉS BRITANNIQUES
Mais difficile de parier sur les marchés britanniques.
Les sondages prédisent une victoire du non au Brexit en cas de deuxième referendum, mais les sondages se sont déjà trompés sur le sujet.
Et d'autre part une victoire de Corbyn aux élections provoquerait un séisme sur les marchés.
On est donc en plein fog mais on s'achemine vers des élections anticipées ou un deuxième referendum.

THE WALL (SUITE)
Donald Trump va se rendre aujourd'hui à la frontière avec le Mexique.
Il n'a pas modifié sa position.
Les démocrates non plus.
Le shutdown va continuer et ses effets vont commencer à se faire sentir sur l'économie US.

LE GRAND DÉBAT
C'est parti.
Démarrage officiel le 15 janvier.
Jusqu'à la...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2019 à 5:09 :
Un 2nd refe ? Shakespeare en comparaison c'est un vaudeville.
a écrit le 10/01/2019 à 14:11 :
Le « Brexit » et la sortie du marché commun : et alors ?

Les gains de la sortie du marché commun..

Il y a au moins trois gains pour le Royaume-Uni suite à une sortie du marché commun :

Des économies considérables pour les PME/TPE qui n’exportent pas vers l’UE et qui étaient sommées d’appliquer les normes et directives européennes. Les 100 régulations les plus coûteuses sont estimées à 27,4 milliards de livres, soit environ 31,7 milliards d’euros par an pour l’économie britannique [5]. On voit bien que c’est énorme par rapport aux 5,7 milliards d’euros potentiels liés aux droits de douane sur leurs exportations.



Pour avoir accès au marché commun, et en étant membre de l’UE, le Royaume-Uni contribue au budget de l’UE. C’est même un contributeur net ! Chaque année le Royaume-Uni verse 17,1 milliards d’euros à l’UE qui lui en restitue 11,6 dont 5,3 de rabais [6] ! C’est donc une perte nette annuelle de 5,5 milliards d’euros. C’est, peu ou prou, le calcul sur les droits de douanes additionnels calculés. À la seule différence que les Britanniques seront désormais maîtres de leurs lois !



Il faut aussi prendre en compte, si l’on regarde les exportations, la baisse de la livre sterling, que tous les européistes présentent comme une catastrophe pour le Royaume-Uni ! Le taux avant « Brexit » était de 1£=1,32€, il est désormais de 1£=1,16€, soit une baisse de 12,1%. Cela signifie que les produits britanniques seront 12,1% moins chers à l’exportation. Si on l’applique aux 184,1 milliards d’euros d’exportations [7] vers les pays membres de l’UE et que l’on applique les droits de douanes estimés (tarif extérieur de l’UE), cela donne des exportations britanniques moins chères de 17,3 milliards d’euros.



À noter aussi dans la vision libre-échangiste britannique que certains partisans du « Brexit » expliquaient que subir des tarifs douaniers de l’UE n’était pas grave car le Royaume-Uni importera ses produits à moindre coût des pays hors UE, notamment les produits agricoles, puisqu’ils seront débarrassés du tarif extérieur. Dans cette vision, le Royaume-Uni étant en déficit commercial massif, ils sont gagnants..

https://www.upr.fr/actualite/france/brexit-sortie-marche-commun/
Réponse de le 11/01/2019 à 18:21 :
pour nous vendre des trucs il leur faudra que ça soit conforme à nos normes, mais ils les connaissent déjà, c'est un avantage ! La viande aux hormones, go back, niet.
J'avais cru lire qu'ils pensaient, pour leurs négociations commerciales avec les pays du monde se baser sur les règles de l'UE comme base, pour ne pas avoir à tout inventer (c'est déjà long de négocier si on ne veut pas tout "gober" et donc ne pas avoir le "mieux" possible).
a écrit le 10/01/2019 à 12:00 :
Il y a une solution: lancer un référendum afin que le peuple se prononce sur sa préférence entre des élections anticipées et un second référendum !
a écrit le 10/01/2019 à 11:53 :
"CORBYN EST SORTI DU BOIS"

Et en bon social démocrate que fait il ? Ben il va revenir sur la volonté du peuple anglais, ça sert à ça la sociale démocratie, ça dit comme vous pour ne faire que contre vous. NE paso ublier que Blair venait du même parti hein...

"Et d'autre part une victoire de Corbyn aux élections provoquerait un séisme sur les marchés."

Non je ne pense pas du coup cela fait belle lurette que les marchés savent qu'un politicien s'est achetable surtout que ce sont eux qui les ont formé du coup il est facile de les manipuler par al suite hein. ET il est plus important aux yeux des financiers que le gros gâteau financier européen reste plutôt que d'avoir un gouvernement affiché de droite. Là si on ne sort pas de la pensée binaire on pense à l'envers.

"mais on s'achemine vers des élections anticipées ou un deuxième referendum"

Vous êtes optimiste étant donné que l'on a entendu et vu de nombreuses entreprises anglaises s'exercer en vue d'une sortie sans accord mais chuuut il ne faut surtout pas en parler cela pourrait achever nos financiers.

"Le shutdown va continuer et ses effets vont commencer à se faire sentir sur l'économie US"

Vu la différence entre la croissance américaine en pleine bourre et la mondiale en pleine récession il vaut mieux en garder sous le pied..

"LE GRAND DÉBAT"

Si la démission de notre président n'est pas mise sur la table cela devrait avoir peu de succès ou seulement pour la curiosité.

"Et pendant ce temps Dupont Aignan rêve de le dépasser aux Européennes"

IL est quand même incroyable que la gauche soit totalement absente de la remise en question vitale que nous devons exercer vis à vis de cette union européenne prise en otage par les banquiers qui paupérise les citoyens, cette collaboration de la part de cette gauche compromise est en train de l'anéantir et au final c'est peut-être pas plus mal même si ça fait quand même mal d'être représenté, dans sa contestation envers l'UE, par un gars qui délire régulièrement. Mais voilà tout ce dont on a droit...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :