Malgré le rebond de la croissance, le secteur industriel reste convalescent en France

Mauvaise nouvelle pour le secteur manufacturier français qui a accentué sa contraction en avril pour toucher un plus bas d'un an. Une contre-performance qui vient relativiser l'annonce d'une croissance économique plus forte qu'espérée de 0,5% dans l'hexagone au premier trimestre.
L'indice composite (qui combine le secteur des services et celui de l 'industrie) a chuté à 48,0 points en avril,
L'indice composite (qui combine le secteur des services et celui de l 'industrie) a chuté à 48,0 points en avril, (Crédits : Reuters)

Pénalisé par la faiblesse persistante de la demande, l'indice composite (qui combine le secteur des serves et celui de l 'industrie) a chuté à 48,0 points en avril, ce qui confirme la dégradation de la conjoncture par au chiffre de 48,3 de la première estimation "flash".

Pour le deuxième mois consécutif, l'indice est donc en contraction. La composante production de l'indice, qui avait légèrement progressé en mars, est retombée à 48,3, un plus bas d'un an.

Les nouvelles commandes ont connu un quatrième mois consécutif de recul, l'indice s'inscrivant à 45,6, ce qui représente le repli le plus marqué depuis février 2015.

Cette faiblesse concerne également la demande étrangère et les nouvelles commandes à l'export qui accusent un quatrième mois consécutif de repli.

« Les fabricants français ont pourtant baissé leurs prix de vente pour le vingt-sixième mois consécutif en avril, avec un recul des tarifs d'une ampleur inédite depuis juillet 2009.

Avec le recul de la demande, les entreprises du secteur ont réduit leurs arriérés de production et ce contexte peu porteur s'est accompagné d'une contraction modérée du sous-indice de l'emploi pour le deuxième mois consécutif. »

Contrairement à ce qu'on aurait pu espérer, les indicateurs ne sont donc pas au beau fixe en ce qui concerne la santé économique de la France. La contraction du secteur manufacturier fait l'effet d'une douche froide, après le rebond plus fort que prévu de la croissance économique. Pour autant, les marchés ne réagissent pas à cette déception. L'indice parisien évolue dans le vert après avoir nettement consolidé la semaine dernière. Le CAC grappille 0,32%, à 4442 points.

Sur le marché des changes, l'euro reste ferme face au dollar et contre le yen. Il grappille ainsi 0,37% face au billet vert pour se rapprocher du seuil des 1,15 (à 1,1490$) et s'adjuge par ailleurs 0,41% face à la devise japonaise, pour s'échanger à 122,28 yens.

Plus d'actualités Bourse sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 04/05/2016 à 11:17
Signaler
En février (dernier chiffre connu) la croissance sur un an de la production manufacturière en France est de 1,5%, certes ce n'est pas très glorieux mais plus que la croissance générale de l'économie (PIB à +1,4% au dernier trimestre de l'année 2015 s...

à écrit le 03/05/2016 à 16:03
Signaler
Heureusement que notre "cher Président" nous dit que la France va mieux. Que tous les voyants sont au vert. Vert-orange? Quand on voit le niveau des commandes. "un quatrième mois consécutif de recul, l'indice s'inscrivant à 45,6, ce qui représente le...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.