Pour des Casques Rouges à l'ONU

 |   |  566  mots
Nicole Guedj, avocate, ancien ministre, conseiller d'état depuis 2006, a créé la fondation Casques Rouges qui plaide pour la création, au sein de l'ONU, d'une force internationale humanitaire de réaction rapide. Elle a mis en place le numéro d'aide aux victimes « 08victimes » et lancé en France le dispositif « Alerte Enlèvement », alors qu'elle était secrétaire d'état aux Droits des victimes (2004-2005).

Avocate, j?ai toujours été très engagée dans les questions de défense des droits de l?Homme. Dans les années 80, j?ai fait des missions à travers le monde. J?étais missionnée par des comités de familles pour retrouver des otages des juntes militaires dans les pays d?Amérique du Sud. Ces premières expériences ont été déterminantes. Au moment des catastrophes naturelles des années 1995-1996, je me suis rendu compte qu?il y avait beaucoup de moyens mis en oeuvre pour secourir les victimes mais que l?action pêchait par manque de coordination et de communication. J?ai imaginé la création d?une force d?intervention des Nations unies, destinée à l?organisation et à la coordination des secours internationaux en faveur des victimes de catastrophes humanitaires, qui s?appellerait les Casques Rouges. J?ai adressé une lettre à l?Elysée. Au moment de l?élection présidentielle de 2002, j?ai rencontré Patrick Stefanini, le directeur de campagne de Jacques Chirac. Je lui ai parlé des Casques Rouges. J?ai rejoint le staff de Jacques Chirac en charge de la jeunesse. Je n?avais pas les codes. J?ai inventé. En 2004, j?ai été nommée secrétaire d?état aux Programmes immobiliers au ministère de la Justice puis je suis devenue quelques mois plus tard, secrétaire d?état aux Droits des victimes. J?ai encore eu tout à inventer. Penser la politique globale en faveur des victimes du système judiciaire et des accidents de la vie. J?ai notamment lancé le 08victimes. Après l?enlèvement d?un enfant en 2004, j?ai également décidé de transposer en France le dispositif américain Alerte Enlèvement, étendu en 2009 à Internet et aux smartphones en février 2010.

Dès le lendemain du tsunami en Asie du Sud-Est, j?ai convaincu le président de la République Jacques Chirac d?appeler à la création, au sein de l?ONU, d?une force internationale humanitaire de réaction rapide, baptisée les Casques Rouges. Kofi Annan, le secrétaire général de l?ONU, en a accepté le principe. En 2006, la fondation Casques Rouges a été créée. De nombreux chefs d?Etat et de gouvernement ont apporté leur soutien à la création de cette force.

Le conteneur satellitaire Emergesat, conçu avec le Cnes et Thales Alenia Space, en est le premier outil. Je me suis rendue à Haïti, qui a été la catastrophe de trop, le théâtre de la plus grande désorganisation de l?humanitaire. Les catastrophes se multiplient et on n?en tire pas les leçons.

Au début de ma démarche, je n?ai pas été entendue parce qu?on ne pouvait pas entendre une femme dont le projet était la création d?une force de l?ONU. La force de conviction, la détermination de beaucoup de femmes dans le monde aident à faire avancer beaucoup de causes, notamment celle de la paix, et pour ce qui me concerne, celle de l?aide humanitaire. Je ne me situe jamais sur le terrain de l?attitude compassionnelle. Je suis une femme de dossiers.

JARDINS SECRETS

Son objet fétiche. Mon BlackBerry.
Sa devise. « Qui sauve une vie, sauve l'humanité tout entière ! »
Son plat favori. Les nems.
Son refuge. Barbizon.
Son défouloir. Mon BlackBerry.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :