PME : les difficultés de recrutement s'amplifient

Par Grégoire Normand  |   |  740  mots
En 2018, 86% des entreprises interrogées nourrissent des projets d'embauche, et parmi elles, 61% ont rencontré des difficultés pour recruter le personnel nécessaire au développement de leur activité. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Plus de la moitié des petites entreprises estiment que les difficultés de recrutement constituent le principal frein à la croissance selon une étude de Bpifrance et l'institut Coe-Rexecode publiée mardi 15 mai.

Les obstacles au recrutement s'accentuent. Selon le dernier baromètre trimestriel réalisé par BPIfrance Le Lab et Rexecode (*), 52% des entreprises interrogées signalent des problèmes d'embauche. Pour Philippe Mutricy, directeur de l'évaluation et des études chez BPI, "les résultats confirment malheureusement ce que notre étude 'Attirer des talents dans les PME et ETI' révélait, à savoir qu'une PME sur deux connaît des difficultés récurrentes de recrutement qui entravent sa croissance".

Des perspectives d'embauche

L'enquête annuelle "Besoins en main d'oeuvre" de Pôle emploi publiée début avril indiquait des perspectives d'embauche en forte augmentation (+18,7%) pour l'année 2018, notamment dans le secteur de la construction et de l'industrie. À cette occasion, le directeur général de Pôle Emploi, Jean Bassères, commentant les difficultés de recrutement des entreprises, avait observé qu'il ne fallait "pas avoir un discours trop défaitiste sur les difficultés de recrutement", car malgré tout, "la majorité des projets de recrutement donne lieu à recrutement".

Ces résultats interviennent alors que l'emploi salarié privé ralentit légèrement au cours du premier trimestre. 57.900 emplois ont été crées (+0,3%) contre 81.500 lors du quatrième trimestre 2017 (0,4%). Sur un an, les créations augmentent de 1,4% (soit 270.200) selon les chiffres publiés par l'Insee ce mardi 15 mai. Au dernier trimestre de l'année 2017 - année qui avait enregistré un record de création de postes (234.500), la hausse était de 0,4%.

Premier frein à la croissance

Sur l'ensemble des facteurs évoqués dans l'enquête de BPI et Rexecode, les difficultés de recrutement demeurent le principal frein à la croissance. Et leur importance ne cesse de prendre de l'ampleur par rapport aux trimestres précédents. "Elles figurent parmi les trois contraintes les plus citées depuis le début du baromètre et sont en première position pour la quatrième édition consécutive". Philippe Mutricy souligne que ces difficultés se sont accentuées avec la confirmation de la reprise ces derniers trimestres.

"C'est un des problèmes majeurs de l'économie française. La croissance française pourrait être plus forte s'il y avait plus de compétences".

Les difficultés proviennent principalement de l'absence de candidature "correspondant aux attentes en matière de qualification des postes à pourvoir ou au manque d'expérience des candidats".

La concurrence est le second facteur le plus mentionné par les répondants. Elle est citée par 47% des entreprises après 48% au dernier trimestre. Arrivent ensuite l'insuffisance de fonds propres (24%), en augmentation, et la réglementation spécifique à leur activité (21%), moins pesante. En revanche, le manque de débouchés et la dégradation des perspectives de demande n'apparaissent plus comme un frein majeur. Enfin, contrairement aux idées reçues, les coûts et prix trop élevés sont signalés par seulement 17% des chefs d'entreprise interrogés.

Quels comportements ?

Face à ces difficultés de recrutement, les chefs d'entreprise ont tenté d'adapter leur comportement. En majorité, les dirigeants interrogés (64%) ont décidé de modifier l'organisation générale de leur entreprise en mettant en place une/et ou plusieurs actions pour faire évoluer l'organisation générale de leur société. 60% ont décidé de modifier leur politique de recrutement, 50% ont changé le profil des postes à pourvoir et enfin 48% ont eu recours à la main d'oeuvre externe par le travail temporaire.

Problème de financement des investissements

Outre les problèmes de recrutement, les PME sont toujours plus nombreuses à signaler des difficultés pour financer leurs investissements auprès des banques ou des organismes de crédit. En effet, 18% en ont rencontré des obstacles pour financer leurs investissements au premier trimestre 2018, soit un pourcentage en hausse de 8 points par rapport à celui du trimestre précédent. La loi Pacte qui doit favoriser la transformation des PME en entreprises de taille intermédiaire est fortement attendue par les chefs d'entreprise mais le texte de loi est sans cesse repoussé.

Lire aussi : Loi Pacte : quels sont les leviers pour faire grandir nos entreprises ?

___

(*) Ce sondage vise à recueillir chaque trimestre le sentiment des dirigeants de PME/TPE sur la situation et l'évolution de la trésorerie de leur entreprise, les délais de paiement tant clients que fournisseurs, leur accès aux financements et leurs projets d'investissements. Il analyse également les freins au développement de leur activité (manque de débouchés, difficultés de recrutement, fonds propres insuffisants, réglementation, concurrence, ...).