Formation : l'OCDE déplore la pénurie de compétences en France

 |   |  1066  mots
En France, seulement 32 % des adultes ont suivi une formation liée à l’emploi au cours des 12 derniers mois (12 % pour les adultes peu qualifiés), contre plus de 55 % dans certains pays européens comme le Danemark, la Norvège et la Finlande, ainsi qu’en Nouvelle-Zélande.
En France, seulement 32 % des adultes ont suivi une formation liée à l’emploi au cours des 12 derniers mois (12 % pour les adultes peu qualifiés), contre plus de 55 % dans certains pays européens comme le Danemark, la Norvège et la Finlande, ainsi qu’en Nouvelle-Zélande. (Crédits : Reuters)
Le manque de compétences et l'inadéquation entre l'offre et la demande des travailleurs pénaliseraient fortement le marché du travail selon les experts de l'OCDE. Face à ces problèmes, l'organisation internationale recommande à la France d'améliorer l’égalité d’accès à un enseignement et une formation de qualité.

Les entreprises françaises sont confrontées à un déficit de compétences et le problème pourrait s'aggraver. Selon un rapport de l'OCDE publié ce jeudi 14 décembre, ce phénomène concernerait plusieurs secteurs liés au numérique ou à l'enseignement et à la formation. Malgré une reprise de l'activité et un climat des affaires favorable pour les entreprises, le chômage français reste particulièrement élevé chez les jeunes et les seniors confrontés parfois au chômage de longue durée. Le manque ou la sous-utilisation des compétences pourraient être des facteurs importants pour expliquer la persistance de ce chômage bien supérieur à de nombreux voisins européens. Dans ce contexte, le gouvernement d'Edouard Philippe, qui prévoit une réforme de la formation professionnelle et de l'apprentissage, va devoir se confronter au chantier de cette pénurie qui demeure "problématique" pour l'OCDE.

| Lire aussi : Réformes sociales Acte II : Philippe dévoile la méthode et le calendrier

Des jeunes sans compétences

Pour l'organisation internationale, un des principaux problèmes est que si le niveau d'études en France s'approche de la moyenne des pays développés, les tests d'évaluation des compétences signalent que "la part des jeunes adultes ayant un faible niveau de compétences élémentaires y 'est plus élevée que dans la plupart des autres pays de l'OCDE". Par ailleurs, les experts soulignent que l'offre de formation proposée aux adultes est "limitée, en particulier pour les personnes ayant de faibles compétences".

L'examen du niveau des compétences de la population adulte est également alarmant. Selon les chiffres de l'évaluation de compétences des adultes (PIAAC), sur les 24 pays participant à l'enquête, "la France se classe parmi ceux où les compétences en numératie et littératie (*) sont les plus faibles". Ce faible niveau de compétences de la population adulte française peut s'expliquer en grande partie par les résultats de la tranche d'âge des 45-65 ans. "Si l'on exclut ce groupe d'adultes plus âgés, le fossé entre la France et la moyenne de l'OCDE s'efface presque complètement." Le plus faible niveau de compétences des personnes plus âgées s'explique par "un effet d'âge, c'est-à-dire par la détérioration des compétences, lié au vieillissement (d'autant plus marqué que la participation aux programmes de formation pour adultes est faible), et par un effet de cohorte, lié au fait que le niveau de formation des seniors est plus faible".

Une pénurie de compétences en informatique

Parmi les domaines étudiés, les chercheurs de l'institution internationale ont identifié plusieurs domaines précis où les pénuries sont particulièrement aiguës. Il s'agit de  l'informatique et l'électronique, la mécanique ou l'enseignement et la formation, le management mais également des compétences plus transversales comme la communication verbale ou la résolution de problèmes complexes. En revanche, les compétences en vente et marketing ou en conseil sont en excédent, notent les auteurs du rapport.

L'inadéquation entre l'offre et la demande est également mise en exergue dans le document. Elle est mesurée en termes de qualifications (le plus haut niveau de scolarité atteint) et en termes de domaines d'études. Les résultats de l'enquête sont particulièrement éloquents à cet égard :

  • 35,1% des salariés français faisaient un métier pour lesquels ils n'avaient pas de qualification adéquate ;
  • 23,4% des salariés exercent un métier pour lequel un niveau de qualification plus élevé est normalement exigé, autrement dit, ils sont sous-qualifiés pour ce métier ;
  • 11,7% exercent un métier qui requiert un niveau de qualification inférieur. En d'autres termes, il sont surqualifiés.

Le niveau d'inadéquation des qualifications en France est proche de la moyenne de l'UE, mais la France affiche l'un des niveaux de sous-qualification les plus élevés.

| Lire aussi : Emploi : une pénurie de main d'oeuvre à prévoir dans le numérique

Adapter l'enseignement professionnel

Face à la pénurie et au manque d'adéquation, l'OCDE fait plusieurs recommandations. Si l'organisation reconnaît que de multiples efforts ont été réalisés pour améliorer l'attractivité de l'enseignement professionnel et tenter de renforcer l'apprentissage, les spécialistes préconisent "d'adapter le contenu des programmes d'enseignement professionnel afin qu'il soit davantage en adéquation avec les besoins des employeurs". Ils recommandent également aux enseignants "de suivre en permanence l'évolution des pratiques en entreprise". Enfin, les experts proposent d'élargir l'enseignement professionnel à plus de secteurs, "et surtout aux secteurs émergents", sans apporter plus de précisions.

Le rapport n'est pas tendre non plus avec les services d'orientation des établissements scolaires. Si les auteurs reconnaissent que ces services "ont été adaptés afin d'être plus en phase avec le monde du travail", ils regrettent néanmoins que "l'information relative à l'orientation professionnelle reste souvent éparpillée et sans lien avec les besoins du marché du travail répertoriés par d'autres acteurs".

Un compte personnel complexe

Du côté de la formation continue, l'OCDE souligne "des initiatives intéressantes" comme le compte personnel de formation (CPF), mis en place sous François Hollande qui "a attiré l'attention à l'échelle mondiale car il assure la portabilité des droits à formation indépendamment de l'employeur et de la situation au regard de l'emploi". L'organisation, basée à Paris, déplore néanmoins que les adultes les moins qualifiés n'utilisent pas assez ce dispositif. Pour les inciter à l'utiliser, l'OCDE conseille "d'en simplifier les modalités". Enfin, l'organisme du Château de la Muette demeure critique à l'égard de la qualité des formations proposées dans le cadre de ce dispositif. Ils conseillent donc de limiter les programmes de formation proposés à seulement ceux qui ont reçu une certification spécifique.

__________

(*) Selon l'OCDE, la littératie est l'aptitude à comprendre et à utiliser l'information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d'atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités.

La numératie correspond à la capacité d'une personne de comprendre et d'utiliser des données mathématiques à l'école, au travail et dans la vie de tous les jours ; par exemple, pour utiliser de la monnaie et établir des budgets, pour utiliser des mesures en cuisine ou pour lire une carte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2017 à 15:16 :
Pénurie de soudeur de tuyau d'après votre illustration !
mais c'est que nous avons le champion international des tubes sans soudure, faut se renseigner c'est tout...
a écrit le 17/12/2017 à 18:41 :
Quelques précisions d'usage sur le PIAAC en ce qui concerne la France :
1) Pour les 16-24 ans les résultats sont à peu près dans la moyenne de l'OCDE, soit dans le 2è quartile;
2) Pour les 25-40 ans, les résultats glissent rapidement vers le 3è quartile;
3) Pour les 41-65 ans, on passe inexorablement dans le 4è quartile... comprendre ici le fond du classement.

La France n'a jamais fait mieux qu'être dans les 4 dernières positions du classement... parce que cette année là (2014) Chypre était dans l'évaluation. :-)

Le PIAAC mesure avec précision une foule de critères objectifs d'employabilité. Force est de constater que la France ne peut espérer un taux de plein emploi inférieur à 7,5% (analyse très optimiste de l'OFCE), 8% (selon Elie Cohen) et 8,5% (selon Patrick Artus)... Par conséquent, au moindre coup de froid dans l'économie mondiale, la France va rejoindre l'Italie ou l'Espagne.

La France fabrique des diplômés, pas des compétences. Les étudiants collent en Fac afin d'espérer occuper des postes inférieurs à leurs supposées qualifications...

Ce qui fait que la France demeure une usine à fabriquer de l'élitisme (réelle ou auto-proclamée) et beaucoup d'inégalités... D'autres études de l'OCDE le démontrent très bien... pour ceux qui savent lire, et comprennent ce qu'ils lisent.
Réponse de le 18/12/2017 à 3:21 :
Completement d'accord. Trop de diplomes avec des competences difficiles a negocier. Il suffit de voir les "jeunes" de 25/ 30 piges venir ici en Asie chercher un emploi. La plupart finissent dans les ecoles francaises pour y occuper des postes de surveillants, de cdi et autres dans le meilleur des cas. Triste, mais c'est comme ca.
a écrit le 17/12/2017 à 16:52 :
Ce qui une véritable condamnation de l'éducation nationale et des ses gourous des trente dernières années, ainsi que celle de la gestion de la formation professionnelle, vache à lait des syndicats français.
a écrit le 17/12/2017 à 11:58 :
"l'information relative à l'orientation professionnelle reste souvent éparpillée et sans lien avec les besoins du marché du travail répertoriés par d'autres acteurs".
Je ne crois pas à " l'orientation professionnelle " surtout quand elle est précoce. Il nous est rabâché que le monde évolue tellement vite que les métiers de demain ne sont même pas encore connus...Comment dans ce cas anticiper une orientation professionnelle? Il n'y a pas de solution "miracle", mais une bonne formation générale de base est la garantie d'une adaptation future plus aisée. On peut aussi comprendre que spécialiser, enfermer les esprits à aussi un intérêt idéologique.
Réponse de le 18/12/2017 à 1:07 :
il est indispensable d'avoir une excellente orientation professionnelle, en effet le rapport note un sureffectif en commerciaux et c'est totalement faux : il y a beaucoup de gens qui ont un diplôme d'école de commerce mais ils sont totalement nuls en vente : on le voit très bien dans le commerce international : ma fille a voulu faire un BTS de commerce international et elle devait faire un stage d'1 mois : cela a fait rire les professionnels : 1 mois pour comprendre le commerce international !!!! et pour moi ancien chef d'entreprise, l'école est totalement responsable parce que les prof y sont d'une parfaite nullité, ce sont des fonctionnaires rentiers qui ne savent rien faire et encore moins vendre !!!!! d'ailleurs, même les élèves des écoles de commerce le disent : une école de commerce n'est intéréssante que pour les réseaux qu'elle apporte et non pour sa formation !!! lécole française est d'une grande nullité et si nous avons quelques 10 français dans les grands patrons internationaux c'est exclusivement dû à ces patrons et non à leurs formations !!!!
a écrit le 17/12/2017 à 11:30 :
Vous pourrez trouver pléthore de formations bidon et même être encourager à les suivre en entreprise. Toutes pourront ces formations pourront être financées. Pole Emploi présnte, lui même, sur son site : plus de 180 formation en Programmation Neuro Linguistique "pour améliorer son savoir-être, sa communication, ses relations avec autrui".
...sauf que la MIVILUDES martèle depuis des années que c'est de la M…de, la Cour des Comptes en fait autant, un groupe de personnalités reconnues du secteur universitaire a écrit à plusieurs ministères afin de les alerter.
Réponse de le 18/12/2017 à 9:00 :
Il n'y a pas que Pole Emploi qui prpose des "formations bidon". Dans les sociétés nos DRH et services de formation sont touours prêt à vous "aider" par des formations du style PNL, analyse transactionnelle, synergologie.

Si ça se vend à prix d'or c'est que c'est très bien. Profitez-en bien Mesdames et Messieurs les "managers de l'âme" ce sont les OPCA qui rincent !!!
Réponse de le 19/12/2017 à 17:18 :
Sans oublier les sectes qui se propagent dans les formations professionnelles pour récupérer du blé .

La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) vient d’élaborer un guide pratique sur les dérives sectaires dans la formation professionnelle, avec le concours du ministère de l’apprentissage et de la formation professionnelle.
https://www.afdas.com/actualites/un-guide-sur-les-derives-sectaires-dans-la-formation-professionnelle
a écrit le 16/12/2017 à 19:08 :
a gfx d après votre commentaire la FRANCE est unique et meilleurs dans tout les domaines il est inutile de faire des comparaisons
Réponse de le 17/12/2017 à 13:01 :
@al 01 16/12/2017 19:08
En effet, nous sommes les meilleurs.
Déficit commercial France € 50 Mlds, Allemagne excédent (même avec la Chine) de
€ 250 Mlds (règle de l'EU enfreinte car > 6% du PIB)
Chômage 5% en Allemagne vs 10% en France.
Excédent budgétaire en Allemagne, déficit de 3% du PIB en France.
Dette en % du PIB qui baisse en Allemagne (70%) mais qui augmente encore chez nous (100%).
Prélèvements obligatoires 56 % en France vs 44 % en Allemagne.
Moyenne augmentation PIB depuis 2006 1.2 % en Allemagne: France 0.8%
PIB par habitant 2016 en SPA Allemagne 124, France 104 (base UE 28 = 100)
etc...
Il y a certes 2 % de plus de pauvres en Allemagne (16%) qu'en France (14%) mais à la réunification de 90, il y avait 17 mln d'habitants à l'Est.
Tous les chiffres sont arrondis. On peut trouver les chiffres véritables sur le site de Eurostat.
Nous sommes plombés par les prélèvements obligatoires et la gestion calamiteuse des deniers publics.
Le coté positif est que nous avons des marges significatives d'amélioration (il est difficile de continuer creuser plus profondément) alors qu'elles sont limitées en Allemagne (ou en Suisse d'ailleurs)
Cordialement
Réponse de le 18/12/2017 à 1:13 :
la France est plombée par ses prélèvements fiscaux, par ses fonctionnaires, par ses politiques, par les organismes chambres d'industrie, de commerce et d'agriculture qui sont totalement nulles : l'agriculture qui, devrait scintiller en France, s'effondre totalement !! l'industrie s'effondre également et l'artisanat déplore profondément la grande nullité des formations : par ex , être RGE c'est uniquement être capable de remplir les formulaires pour accéder au crédit d'impôts. ce n'est pas acquérir la moindre compétence en isolation !!!
Réponse de le 18/12/2017 à 3:26 :
GFX sait tout, connait tout, normal, il est persuade de la competitivite de la France a l'International. Il suffit de voir la desertion des entreprises francaises etablies en Coree se retrecir comme peau de chagrin annee apres annee. Je n'evoque que de la Coree. En Chine c'est parait-il similaire.
a écrit le 16/12/2017 à 17:33 :
Merci pour cet article seulement voilà, un ouvrier qualifié il faut plus le payer et le dogme esclavagiste néolibéral actuel est allergique à payer plus concentré, obnubilé même à payer moins.

Du coup ils préfèrent employer des stagiaires qui ne leur coutent pas chers et s'ils ont besoin de qualification ils débauchent dans les PME ou bien vont aller chercher un travailleur détaché moldave qu'ils vont rémunérer 300 euros par mois.

TINA ne fait pas que remplir les paradis fiscaux elle appauvrie totalement les compétences car pour elle seule la rente doit procurer des richesses, le travail étant réservé aux sous fifres.
Réponse de le 18/12/2017 à 1:17 :
pardon , mais c'est quoi TINA ??????????????????
par ailleurs, beaucoup de patrons sont si mal formés qu'ils ne connaissent pas le concept de création de valeur !!! ce qui revient à tenter de diminuer toujours le prix des salariés !!! les écoles ont tellement détruit les formations que nous en sommes à -10 en qualité de formation
Réponse de le 18/12/2017 à 9:24 :
"pardon , mais c'est quoi TINA ??????????????????"

"There is no alternative" https://fr.wikipedia.or/wiki/There_is_no_alternative

"par ailleurs, beaucoup de patrons sont si mal formés qu'ils ne connaissent pas le concept de création de valeur !!!"

Les patrons ne sont pas formés, les patrons n'ont pas besoin de l'être, ils savent grâce à la science infuse qu'ils ont reçu dès qu'ils ont été nommés patrons bien souvent par eux-mêmes d'ailleurs.

"ce qui revient à tenter de diminuer toujours le prix des salariés !!"

Exactement.

" les écoles ont tellement détruit les formations que nous en sommes à -10 en qualité de formation"

Non le problème c'est qu'il y a eu et a encore énormément de détournements de fonds de l'apprentissage qui du coup est devenue totalement boiteuse. Ca fonctionne tant bien que mal mais ça pourrait bien mieux fonctionner quand on sait le nombre de gens qui ont envie de changer de boulot mais qui n'ont pas forcément envie de devenir maçons ou encodeurs.
a écrit le 16/12/2017 à 17:32 :
Ouais... ben c'est pas les résultats de PISA, TIMMS ou PIRLS qui permettent d'être optimistes pour l'avenir...
a écrit le 16/12/2017 à 16:12 :
"Ce faible niveau de compétences de la population adulte française peut s'expliquer en grande partie par les résultats de la tranche d'âge des 45-65 ans" ..... ceux là même qui détiennent une grosse partie du pouvoir en entreprises et en politique... et on cherche encore d’où viennent nos problèmes.

Quand je vois que plus de la moitié de mes managers sont complétement largués devant nos outils informatiques par manque de formation continue alors que les 1er gisements de productivité et de réactivité sont là, ça fait peur. Leur principal objectif aux vu de nos échanges n'est pas la transmission ou l'acquisition du savoir mais... la retraite. Planant.

Et le fossé entre eux et la génération qui rentre actuellement sur le marché du travail n'en parlons même pas.
Réponse de le 18/12/2017 à 1:42 :
pardon, mais le 1e gisement de productivité c'est la création de valeur ajoutée et pas l'informatique : c'est une des raisons de l'effondrement de nos entreprises car les investissements en informatiques amènenent très souvent des bugs dramatiques !! en revanche vous avez totalement raisons : le seul objectif de cette génération, c'est la retraite !!! donc les futurs marchés, ils s'en moquent !!!!
a écrit le 16/12/2017 à 15:58 :
"Ce faible niveau de compétences de la population adulte française peut s'expliquer en grande partie par les résultats de la tranche d'âge des 45-65 ans" ..... ceux là même qui détiennent une grosse partie du pouvoir en entreprises et en politique... et on cherche encore d’où viennent nos problèmes.

Quand je vois que plus de la moitié de mes managers sont complétement largués devant nos outils informatiques par manque de formation continue alors que les 1er gisements de productivité et de réactivité sont là, ça fait peur. Leur principal objectif aux vu de nos échanges n'est pas la transmission ou l'acquisition du savoir mais... la retraite. Planant.

Et le fossé entre eux et la génération qui rentre actuellement sur le marché du travail n'en parlons même pas.
Réponse de le 17/12/2017 à 8:37 :
Ceux qui savaient se servir des nouvelles technologies se sont fait virés car ils faisaient de l'ombre à ceux qui savaient pas. L'informatique est un obstacle à la magouille, car il est très difficile de manipuler les données une fois qu'elles sont enregistrés dans les bases. La direction peut donc nommer volontairement des personnes pour "travailler à l'ancienne" et afficher des performances qui "distordent" quelque peut la réalité...
a écrit le 16/12/2017 à 15:17 :
L'enquête est biaisée : ce qui compte avant tout en France, c'est pas les compétences, mais le profil, le savoir être, le réseau, la caste sociale... C'est ça notre exception culturelle qu'il faut sauvegarder ;)
a écrit le 16/12/2017 à 14:50 :
pour la tradition et les pontes de l'éducation nationale, la formation professionnelle est LA POUBELLE ! ! !
a écrit le 16/12/2017 à 11:21 :
J'ai totalement raté mon parcours scolaire, éjecté à la 5eme, je n'avais pas eu de bac, pourtant je suis devenu ingénieur big data, cryptographe et data scientiste citizen, j'ai appris sur le tas et je suis dans l'une des plus grande entreprise européenne, j'ai tout appris par ténacité et curiosité, j'ai un bon salaire et j'ai réussi ma carrière et j'ai plein de projets. On peut y arriver si on est passionné par ce qu'on fait mais on offre moins moins de possibilités aux gens qui font des parcours comme le mien. on veut absolument formater et uniformiser, les individus avec des profils cadrer, ce qui est une erreur monumentale, c'est cela qui va détruire ce pays, c'est la différence et la richesse des individus qui donne l'avantage. le formation professionnelle doit être revue, c'est 20 milliards gaspiller en pure perte, on doit avoir une chance de trouver une nouvelle voie dans son parcours et avoir les ressources pour le faire, le destin m'avait offert cette chance au bon endroit et au bon moment. les jeunes qui sortent sans rien, doivent avoir une nouvelle chance, on m'avait dit à mes débuts, vous n'avez pas le bac, vous n'existez pas, aujourd'hui je me fou royalement du bac comme de mon orthographe, après 35 ans d'expérience dans les technologies de pointe et en international.
Réponse de le 16/12/2017 à 17:27 :
" data scientiste citizen"... euh... vous pouvez traduire ?
Réponse de le 17/12/2017 à 15:59 :
Pour l'orthographe, je vous confirme.
Réponse de le 18/12/2017 à 1:46 :
je suis totalement d'accord avec vous !!!!!!! ce sont des profils comme vous qui interessent une entreprise qui veut se développer
Réponse de le 18/12/2017 à 3:33 :
Bien vu. A la Jack London. Etre capable de se developper soi meme, quitte a faire toutes sortes d'experiences. En vouloir, la est le secret. Sans desir et volonte point de salut. Cordialement.
a écrit le 16/12/2017 à 10:41 :
Avec un système scolaire qui forme des incultes, et une formation professionnelle au service des syndicats politisés, la France ne risque pas de déborder de compétences. Tout le monde le sait, le dit et l'écrit, mais rien ne change, ou si peu, pour ne pas toucher aux privilèges de ces fonctionnaires de la pensée de gauche.
Réponse de le 16/12/2017 à 12:00 :
Arrêtez de caricaturer et regardez ce que certaines branches professionnelles réalisent (voir mon message du 15/12 à 20 h 20 )
Oui les entreprises peuvent s'investir avec succès contrairement à ce que ne cesse de nous rabâcher Gattaz à longueur d'année pour qui c'est toujours la faute des autres !!!
Réponse de le 18/12/2017 à 1:50 :
quelle branches font quoi svp : soyez précis !!!!!!!! pour moi tout est aussi nul !!!!!
a écrit le 16/12/2017 à 6:34 :
On dit partout qu'il manque d'informaticiens en France. Alors pourquoi des postes niveau BAC+2 sont-ils payés au SMIC ? Il faudrait que l'enquête inclue le niveau des salaires par type de poste pour montrer que les emplois qualifiés ne sont pas valorisés. On est parfois obligé d'accepter un poste de manœuvre pour être mieux payé...
Réponse de le 16/12/2017 à 12:56 :
@ Dingo, on peut y rajouter les caissières à bac + 5
et l' orientation scolaire qui n' est pas en adéquation avec les besoins industriels .
Réponse de le 18/12/2017 à 1:52 :
roro, l'orientation professionnelle, en France , est sinistre !!! les gens sont si mal formés qu'ils sont souvent obligés de prendre des formations osus qualifiées pour survivre : mais c'est exclusivement la gauche qui est responsable !!!!!!!!!!!!
a écrit le 15/12/2017 à 21:00 :
l'indicateur d'activité PMI Composite est à 60, supérieur aux niveaux de la zone Euro et de l'Allemagne. l'indicateur PMI pour le secteur manufacturier a grimpé à 59,3 après 57,7 en novembre. niveau le plus élevé depuis plus de 17 ans.
d'ou difficultés croissantes de recrutement.

le jugement de l'OCDE sur les compétences des adultes français (tests PIAAC dans le cadre de l'étude Skills Outlook 2017) est largement contredit par les données déjà partagées sur Latribune.fr :
Les Français sont les meilleurs en "financial savvy" (connaissances financières et aptitude à la gestion des sous), d'après un rapport OCDE d'octobre 2016.
Les Français ont été classés 3e à l'Euroskills 2016 (championnat des Métiers/de l'Apprentissage), devant Allemagne et UK. 7e des Worldskills 2017.
Mohed Altrad, immigré syrien parti de rien, désigné entrepreneur mondial de l'année 2015 par le cabinet EY.
Trois Français dans le Top 10 des patrons les plus performants au monde (Harvard Business Review, 2016 & 2017).
Trois Français dans le Top 10 des dirigeants d'entreprise les mieux payés au Japon (Bloomberg, 07/2016).
Seuls 23% des diplômés français du supérieur sont sous-employés contre 58% au UK, 38% en Espagne, 35% en Suède et Irlande (Chartered Institute of Personnel & Development, 2015). 44% aux US (Federal Reserve Bank of NY, 04/2017).
Les diplômés des établissements français du supérieur sont les mieux payés - avec les diplômés suisses - en Europe (emolument.com).
Très bons classements de la France en R&D/innovation :
Clarivate/Thomson Reuters Top 100 Global Innovators (3e derrière US et Japon, devant l'Allemagne ; pas de représentant du UK), Top 25 Reuters des Instituts de R&D les plus innovants (CEA en 2e position ; 3 Instituts dans le Top 10), Deloitte Tech Fast 500 EMEA (France, 1er pays pour la septième année consécutive), PWC Cities of Opportunity 2016 (Paris, 3e métropole mondiale en capital intellectuel/innovation), Robocup Soccer (ENSEIRB Bordeaux vainqueur en 2016 & 2017), etc...
L'effort de R&D français des entreprises, corrigé de la structure industrielle du pays, est dans les plus élevés avec les scandinaves et le Japon (données OCDE dans "The UK R&D Landscape", University of Cambridge, 2012).
25% de la R&D des entreprises est faite par les PME, contre 11% en Allemagne (OCDE).
L'effort de R&D du secteur manufacturier français porte majoritairement sur le "high tech" (données OCDE dans "The UK R&D Landscape", University of Cambridge, 2012).
La France a un meilleur ratio brevets obtenus/demandes de brevets que USA, Allemagne, Corée Sud, Suède, Danemark, Finlande, Pays-Bas, Suisse, Canada, UK ou Chine (d'après les World Intellectual Property Indicators de l'OMPI). D'ou le bon résultat au classement Clarivate/Thomson Reuters Top 100 Global Innovators.
Magazine L'Expansion, 09/2012 : les ingénieurs français d'IBM se sont montrés bien plus efficaces que les collègues des autres pays dans le développement d'applications. Cohérent avec le très bon classement de la France en productivité horaire (OCDE).
Les formations françaises à la programmation informatique sont au top (CodinGame).
La France tend à remplacer des jobs moyennement qualifiés plutôt par des jobs plus qualifiés, alors que le UK tend à remplacer plutôt par des moins qualifiés ("UK economy shows shift to low-skilled jobs", Financial Times, 01/2015).
LA DARES a confirmé en avril 2015 et janvier 2017 que l'emploi qualifié/très qualifié a beaucoup progressé en France sur les 30 dernières années.
John Chambers (Cisco) disait en juin 2016 que la France est en pointe dans la numérisation (grâce notamment à l'impulsion du gouvernement).
Le nombre d'entreprises des secteurs "high tech" a doublé en France entre 2009 et 2014 (Eurostat), seuls les Pays-Bas ayant fait aussi bien parmi les pays développés de l'UE. D'ou la domination française du classement Deloitte Tech Fast 500 EMEA ces dernières années, probablement.
La France est 1ère de l'étude Eurostat sur les morts évitables (06/2017 et 05/2016), grâce à un très bon système de santé (la formation, l'innovation et le management français doivent y être pour quelque chose...). La France devance même la Suisse (sur le ratio morts évitables/morts totales) qui dépense $9700 par tête en Santé contre $5000 chez nous d'après le Bloomberg Healthcare Efficiency Index 2016.
la France est aussi au top sur les morts évitables au niveau mondial (Commonwealth Fund, "US ranks last on preventable deaths", 23/09/2011).
etc...

Système éducatif/d'innovation plutôt correct.

du coup, on peut aussi s'interroger sur la fiabilité des tests/classements PISA, PIRLS, TIMSS, Shanghai, Times Higher Education, QS, etc...
Réponse de le 16/12/2017 à 3:02 :
Quand les experts parlent il faut comprendre le contraire, comme disait Niels Bohr, "un expert est un homme qui a fait toutes les erreurs qui peuvent être faites dans un domaine restreint".
Réponse de le 16/12/2017 à 6:02 :
Le problème ne réside pas au niveau supérieur d enseignement mais dans les compétences pour des emplois moins qualifiés
Bravo à ceux qui sont champions du monde de ceci ou de cela mais ils sont minoritaires et souvent issus de milieux aisés
Le problème est celui de la formation de base ( artisans qualifiés et autres)mais qui voudrait se donner de la peine pour des salaires ne dépassant que rarement 2000 Euros par mois. Ceux qui font une formation sont toujours déçu du résultat obtenu
Alors la réussite des français au Japon c est super mais cela n est vraiment pas le sujet
Réponse de le 16/12/2017 à 8:58 :
Bonjour, nous pouvons également nous poser la question de ses évaluations dans l’in vivo ! En tout cas, ne me parler pas de performance dans le système de santé français car habitant à 10 km de Genève, je peux clairement vous affirmer que du point de vu suisse, la pertinence et efficience des soins ainsi que la prise en charge des patients, la France fait figure de pays sous développé ! Cette perception s’est malheureusement vérifiée par notre vécu ! En effet, sur une période de 8 ans, 9 femmes de notre entourage (dont mon épouse) atteintes du cancer du sein ! Les 7 soignées en France ne font plus partie de notre monde et les 2 autres soignée en Suisse (dont ma femme) sont bien présentes. Cela est d’autant plus rageant que chaque cancer du sein étant spécifique, la prise en charge ainsi que le protocole de diagnostic français semblaient complètement abscons. Alors gardez vos évaluations sur votre IPad et surtout oubliez ces informations rassurantes du système de santé français le jour où vous ou vos proches ont des pathologies graves.
Bonne journée
Réponse de le 16/12/2017 à 10:30 :
Je ne doute pas que tu as cherché partout des rapports de toute sorte pour dire la France et les français sont les meilleurs au monde.
Il faudra aussi regarder "sur le terrain" et là c'est un peu moins glorieux. Il faut peut-être aussi regarder les rapports qui disent le contraire pour s'améliorer.
Un exemple, si tu dis que les français ont les meilleurs connaissance en terme de gestion financier, cette compétence n'est visiblement pas arrivé tout au haut de l'état au vue du déficit et de la dette qui n'est pas dû aux investissement à long terme, mais justement à la mauvaise gestion.
Réponse de le 16/12/2017 à 11:44 :
@gfx
Oui, y'a de nombreux talents en France, il faut donc ne pas être pessimiste.
Mais il y a beaucoup de travail à réaliser dans les formations, les orientations, la vision à long terme, le haut de gammes et l'industrialisation sue le territoire. Il faut dont être lucide, réaliste et pragmatique. Si tout était si parfait, comment expliqué le chômage et les votes extrémistes ?
On a tous une part de responsabilité, et on doit tous œuvrer pour améliorer notre France ! Et la formation, l'enseignement et le R&D bien ciblée sont nos premières armes !
Les classements mondiaux comptent peu si au final les emplois de barrent ailleurs !
Réponse de le 16/12/2017 à 12:08 :
Réponse à Raphael le diplôme est une chose , la réussite professionnelle une autre .Prenez des diplômés d'une même promotion , c'st à dire même formation même classe et école et même année , vous les interrogez 8 à 10 ans après l'obtention de leur diplôme sur leur niveau de revenus et vous constater des écarts qui vont du simple au double .Nous avons trop tendance dans notre système à confondre Connaissances ( diplôme ) 'et compétences ( expérience ) .
Réponse de le 16/12/2017 à 14:17 :
Le bon PMI est épisodique, notre balance commerciale catastrophique est une constante. Il ya du bon en france mais le resultat global du pays est mauvais et l'Allemagne creuse l'écart. On peut toujours citer des bons exemples mais les statistiques ne trompent pas: il suffit de regarder le PIB par habitant , la baisse du niveau d'education, la dette publique et l'investissement pour comprendre que le France va très mal.
Réponse de le 17/12/2017 à 10:14 :
Il n’y a rien de glorieux à se classer 7eme du Worldskills. Surtout pour un pays de 67 millions d’habitants. La Suisse avec 8.5 millions d’habitants s’est classée 2ème du dernier worldskills... Je crois que ça se passe de commentaire
Réponse de le 18/12/2017 à 2:01 :
pour ce qui est de la santé, je ne peux que confirmer la nullité de la France sur une seule maladie : la maladie de Lyme : les infirmières et médecins sont les plus nuls au monde : les allemands et les suisses en pointe mais ils ne peuvent pas répondre à tout le monde : et pour ce qui est de la France c'est totalement nul : analyse de sang alors qu'il faut chercher dans le liquide lymphatique : non franchement la France en matière de santé est totalement nulle !!! et si ce n'était que dans le domaine de la santé : la formation totalement nulle : pourquoi les salaires sont si faibles ?? si les formations étaient si brillantes, les salaires seraient plus élevés !!!! quelque soit le niveau des formations : commencer au smic, c'est bien , seulement il faut pouvoir monter vite !!!!
a écrit le 15/12/2017 à 20:48 :
Cette pénurie de compétence en informatique, j'en entends parlé depuis 20 ans sauf que les statistiques du CNISF nous montre que c'est l'un des secteurs les moins rémunérateurs pour les professions d'ingénieurs avec l'agriculture....
Or , on m'a toujours appris qu'un secteur en tension générait une inflation des salaires , inflation qu'on cherche encore puisque les revenus de ces professionnels ont baissé d'1/4 en Euro constant depuis 2000.
Evidemment, si vous regardez les USA , c'est une autre histoire mais eux ont les GAFAM et nous les SSII.
a écrit le 15/12/2017 à 20:20 :
Rien n'interdit aux entreprises d'anticiper leurs besoins et de former leurs salariés et futurs salariés plutôt que de rejeter toujours la faute sur d'autres , cela se fait déjà avec succès .
A la fin des années 90 le secteur de la réparation automobile a compris que s'il ne formait pas des techniciens capables d'intervenir sur les nouvelles générations de véhicules personne ne serait plus capable de les réparer .
Une fois fait ce constat la profession en collaboration avec les constructeurs et l'éducation nationale , l'université a mise au point des formations qualifiantes .
Que les secteurs en pénurie s'investissent au lieu de se lamenter !!!
a écrit le 15/12/2017 à 20:20 :
C est pas si simple. Si on prend l ex de l informatique, il y a pas tant de penurie que ca car une bonne partie des offres sont bidons : c est juste des SSII qui veulent remplir leur base de donnees.

Apres vous avez evidement le fait que travailler pour un marchand de viande (petit nom des SSII dans le milieu) n a rien d enthousiasmant et donc qu il est logique qu elles aient un peu de mal a recruter, surtout si elles paient mal. Mais quand on voit qu Alt.n reussit malgre tout a renouveler le cheptel, on se dit que la penurie est toute relative.
a écrit le 15/12/2017 à 20:16 :
Rien n'interdit aux entreprises d'anticiper leurs besoins et de former leurs salariés et futurs salariés plutôt que de rejeter toujours la faute sur d'autres , cela se fait déjà avec succès .
a écrit le 15/12/2017 à 20:05 :
en FRANCE il ni a plus de maçons plus de metaliers allez sur un chantier personne ne parle le français les metiers insalubres personne en veut on préfère s inscrire a pole emploi ou au RSA
Réponse de le 16/12/2017 à 10:26 :
Si on valorisait mieux les métiers.. Cela,changerait probablement
Mais les maçons, ce sont de plis en plis des travailleurs détachés...a 60 heure par semaine pour moins que le smic......
Mon fils bien de terminer un chantier dans le centre ouest.....Maçons portugais en auto entreprises...donc no limit en terme d horaires et de temps de travail.....
Alors ne nous étonnons pas!
Réponse de le 18/12/2017 à 2:05 :
il est vrai qu'en France, on ne rêve que de we et de vacances quand d'autres rêvent de s'enrichir : cela peut faire une vraie différence sur un chantier !!!
a écrit le 15/12/2017 à 19:35 :
pas surprenant après xxxxx années de refus de sélectionner ( 90% de réussite au bac était l'objectif ) , le nivellement par le bas et les attaques socialistes contre la valeur travail et l'effort ( 35 heures et moins , c'est cool ). Et on s'étonne ensuite que de plus en plus d'élèves sont envoyés dans le privé en 2017 .
Réponse de le 15/12/2017 à 20:16 :
et comment vous expliquez que dans l article c est chez les seniors que le niveau est le plus bas ?

Je dis pas que l education nationale fait un bon travail, pisa montre le contraire, mais c est un peu facile de tout leur mettre sur le dos
Réponse de le 16/12/2017 à 1:21 :
Rèponse à cd, car le post de leon est stupide:

Dans l’enquête PISA, les scores moyens d’un pays sont en général affectés d’une marge d’erreur de plus ou moins cinq points, ce qui signifie que l’intervalle de confiance correspondant à un score national de 523 points en lecture est en réalité compris entre 518 et 528 points, soit dix points environ. L’existence de telles marges d’incertitude rend impossible l’établissement d’un classement univoque des pays . L’habitude médiatique consistant à assigner une position déterminée à un pays dans le classement PISA constitue donc une absurdité du point de vue statistique.
Réponse de le 16/12/2017 à 19:09 :
Je veux bien qu il y est un incertitude sur les mesures mais le biais doit affecter tous les pays et a priori de facon similaire d une annee sur l autre.
Autrement dit, le score declinant de la france enquete apres enquete n est pas une vue de l esprit (meme si la mesure est fausse, la tendance elle doit etre bonne)

Quant a la comparaison inter pays, pourquoi dire que la france serait penalisé par une erreur a son detriment alors que le pays juste au dessus le serait juste car il aurait beneficié d une erreur de mesure dans l autre sens

Si on se base sur le bac pour prendre un etalon franco francais. On est passé de 20-30 % d une classe d age a pres de 90 % en moins de 30 ans. Pour faire ca vous avez 2 solutions: renouveller de fond en comble vos methodes et probablement votre personnel (au moins les dirigeants) ou bureaucratiquement baisser les exigences pour que ca satisfasse les exigences du niveau hierarchique superieur.
Pas dificile de deviner quel chemin a ete choisit
a écrit le 15/12/2017 à 18:53 :
Manque de compétences, mais bien évidemment, la France a un manque de compétences au niveau de la gestion des entreprises et aussi et surtout du monde politique.
a écrit le 15/12/2017 à 18:49 :
chaque fois que la france embauche 100.000 profs de plus, elle perd 5 points au pisa..........
voila ou mene le nivellement par le bas, volontaire, et conforme aux plans de lenine
Réponse de le 16/12/2017 à 1:13 :
On constate que vous avez été à l'école !
Commentaire stupide.
Réponse de le 18/12/2017 à 2:07 :
vous avez totalement raison, même si cela ne plaît pas à lire !!!! les profs sont d'une telle nullité que les jeunes n'apprenne rien et quand on ne sait rien, on ne peut pas payer un salaire raisonnable : mais cela les profs le recherche , cela leur permet d'avoir de plus en plus de jeunes qui votent à gauche !!!
Réponse de le 18/12/2017 à 10:46 :
Vous avez tout à fait raison !
Jello peut dire tout ce qu'il veut mais preuve est faite tous les jours que lui et ses compères gauchistes ont mené l'éducation nationale à un état catastrophique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :