La Grèce réussit sa plus grosse émission depuis avril

 |   |  278  mots
Copyright Reuters
Athènes a placé 1,95 milliard d'euros de titres à 6 mois. Les taux « périphériques » se sont nettement détendus.

Soutenus par le succès de l'émission grecque et de nouvelles rumeurs d'interventions de la BCE sur les marchés de dette, les titres d'État « périphériques » ont poursuivi leur rebond ce mardi. Évoluant en sens inverse des prix, le taux des obligations à 10 ans grecques - il est vrai peu liquides - plongeait de 59 points de base à 11,7 %. Les taux à 10 ans de l'Irlande et du Portugal, qui refuse toujours opiniâtrement tout soutien financier, chutaient de 22 et 10 points à 8,68 % et 6,87 %. La détente était plus limitée sur les taux espagnol et italien, qui baissaient de 6 et 4 points de base, à 5,48 % et 4,80 %.

Test majeur

Alors que la semaine est chargée sur les marchés obligataires, le premier acte constitué ce mardi par l'émission de titres à 6 mois grecque s'est très bien déroulé. Athènes a certes concédé un taux très élevé de 4,9 %, en légère hausse par rapport aux 4,82 % annoncés lors du dernier placement, le 9 novembre. Mais en visant un montant de 1,5 milliard d'euros, finalement porté à 1,95 milliard en raison d'une solide demande de 5,1 milliards, la Grèce a réalisé sa plus grosse émission depuis le 20 avril et levé un montant 5 fois plus élevé que début novembre. Et les étrangers ont acheté 37 % de l'émission, contre un tiers en novembre, selon Athènes.

L'Italie a par ailleurs placé ce mardi 7 milliards d'euros de titres à 12 mois à un taux de 2,01 % en très légère hausse par rapport à la mi-décembre, et reviendra ce jeudi avec l'Espagne sur les marchés. Lisbonne passera un test majeur ce mercredi lors de l'émission de titres de dette de maturité 4 ans et 10 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :