Lancement du chantier des retraites complémentaires

 |   |  275  mots
Copyright Reuters
La question des finances de l'Agirc et de l'Arrco en débat.

Retraites acte II. Ce jeudi, syndicats et patronat se retrouveront pour négocier autour de l'avenir des régimes de retraites complémentaires. Avec un double objectif : redresser les finances de l'Agirc (cadres) et de l'Arrco (ensemble des salariés) malmenées par la crise et intégrer les nouveaux paramètres liés à la réforme du régime général. En 2009, l'Agirc et l'Arrco ont, en effet, enregistré un déficit technique cumulé de 1,3 milliard d'euros.

Il pourrait atteindre 2,5 milliards en 2010 et en 2011. À plus long terme, les partenaires sociaux sont, pour l'instant, largement dans le brouillard. Première difficulté, obtenir des prévisions fiables. Les chiffrages du Conseil d'orientation des retraites effectués en amont de la réforme du régime général paraissent trop optimistes à beaucoup. « Il faut établir plusieurs scénarios, sans verser dans l'optimisme béat, ni le pessimisme. Il ne paraît pas raisonnable de tabler sur un taux de chômage à 7 % en 2012. Il faut partir sur une baisse plus tardive », souligne Bernard Devy, le négociateur de FO.

Retour dans le vert

Autre problème, mesurer l'impact de la réforme du régime général sur les comptes des complémentaires. A priori, l'effet devrait être positif puisque ? sauf surprise ? les régimes complémentaires ne prendront plus en charge les pensions qu'à partir de 62 ans, contre 60 ans. Mais cette économie, qui devrait permettre selon le gouvernement un retour dans le vert assez rapidement, ne tient pas compte des comportements individuels. En attendant des chiffrages clairs, ils prolongeront ce jeudi l'AGFF qui assure le paiement des pensions entre 60 et 65 ans pendant quelques mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :