Washington pour des standards mondiaux de régulation financière

 |   |  402  mots
Copyright Reuters
Le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner met en garde les pays qui seraient intéressants à pratiquer un moins-disant réglementaire pour renforcer leur attractivité. Des propos qui interviennent après ceux de Michel Barnier, en faveur d'une convergence entre l'Europe et les Etats-Unis

Pour éviter une course  vers le plus faible niveau de régulation, tout artibrage réglementaire, le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner appelle à des standards mondiaux en matière de régulation des marchés de produits dérivés. "Alors que nous agissons pour contenir le risque aux Etats-Unis, nous voulons réduire au minimum la probabilité de son simple transfert vers d'autres marchés dans le monde", devait-il déclaré ce soir à l'occasion d'une conférence organisée à Atlanta, selon les remarques préparées divulguées par Reuters.  " Nous avons besoin de standards mondiaux pour les dépiôts de garantie sur les transactions non compensées", appuie le secrétaire américain. "Sans consensus international, la cause de la compensation sera minée. Le risque sur les dérivés sera alors concentré dans les juridictions [offrant, ndlr] une moindre supervision".

Le G20 avait en effet appelé à une compensation centralisée des transactions sur produits dérivés. En s'interposant entre acheteurs et vendeurs, une chambre de compensation prend en charge le risque de contrepartie. De fait, le défaut d'un intervenant sur le marché a une moindre probabilité de déstabiliser l'ensemble du marché. Pour sécuriser les échanges, la chambre de compensation exige un dépôt de garantie au moment de la transaction, destinée à couvrir une éventuelle perte calculée a priori. Si l'évolution des cours viennent remettre en question ce calcul a priori, l'organisme procède à des appels de marge pour couvrir la différence. Et si cela ne suffit plus, il peut encore mobiliser un fonds de secours, auquel l'ensemble des participants de marché contribuent. 

"La stratégie de la souplesse adoptée en Grande-Bretagne afin d'attirer les activités basées à New York et Francfort s'est terminée de manière tragique", souligne Timothy Geithner. "Cela devrait inciter à la prudence les pays qui décideraient de tirer profit d'un renforcement de la réglementation aux Etats-Unis".


Vendredi dernier, c'est le commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier, qui avait souligné la nécessité d'une convergence réglementaire entre l'Union européenne et les Etats-Unis, se décalrant inquiét quant à la possibilité d'un report de la mise en oeuvre des règles prévues dans le cadre de la loi Dodd-Frank de réfiorme de la régulation aux Etats-UNis, adoptée à l'été 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :