Londres va permettre aux banques de prendre plus de risques

reuters.com  |   |  420  mots
Le quartier financier de londres[reuters.com]
(Crédits : Hannah Mckay)

par Huw Jones, Iain Withers et Lawrence White

LONDRES (Reuters) - Le gouvernement britannique va modifier sa réglementation pour permettre aux banques de prendre davantage de risques, afin que la City reste l'un des premiers centres financiers au monde, a déclaré mardi un ministre du gouvernement de Rishi Sunak.

La City de Londres a été en grande partie isolée de l'Union européenne par le Brexit et subit une concurrence accrue de places financières comme Paris ou Francfort, ainsi que celle de ses rivales de longue date comme New York ou Singapour.

L'Union européenne doit adopter la semaine prochaine une nouvelle loi qui contraindra les banques du bloc communautaire à transférer de Londres à Francfort une partie de leurs activités de compensation de produits dérivés.

Actuellement en cours d'approbation au Parlement, une nouvelle loi sur les services financiers va remettre à jour la règlementation, faciliter le travail du régulateur, réduire le coussin de fonds propres contracyclique tout en maintenant des normes exigeantes, a déclaré le secrétaire économique du Trésor Andrew Griffith, également ministre de la City.

"L'idée générale est de permettre davantage de risques (...). On est récompensé lorsqu'on prend des risques, on ne doit pas être dissuadé d'en prendre, il faut juste gérer cela de manière adéquate", a-t-il dit lors d'un événement organisé par le Financial Times.

Le ministère britannique des Finances a promis une modification en profondeur, "un big bang 2.0" des règles financières afin d'accroître la compétitivité mondiale de la City, même si Andrew Griffith a déclaré qu'il se montrerait "pragmatique" et "sélectif" quand il s'agira de supprimer des règles instaurées par l'Union européenne.

Les établissements financiers font pression pour assouplir les règles, ardemment défendues par la Banque d'Angleterre, qui les obligent à protéger leurs activités de banque de détail avec un "coussin" de fonds propres adapté.

Andrew Griffith a également réaffirmé l'ambition du gouvernement britannique de faire du Royaume-Uni une plate-forme mondiale pour les cryptomonnaies et la technologie de la blockchain.

"Nous voyons de grosses opportunités dans les 'stablecoins garantis fiat' (une forme de cryptomonnaie stable, NDLR). Cela peut devenir un mécanisme de paiement vraiment important à l'avenir", a-t-il estimé, alors que le marché des cryptomonnaies est entré en zone de turbulence depuis la faillite de la plate-forme de transactions FTX.

(version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Sophie Louet)

tag.dispatch();