Téléchargez
notre application
Ouvrir

La Grande Barrière de corail devrait être classée "en danger", dit l'UNESCO

reuters.com  |   |  373  mots
La grande barriere de corail devrait etre classee en danger[reuters.com]
(Crédits : Lucas Jackson)

par Colin Packham

(Reuters) - La Grande Barrière de corail devrait être ajoutée à la liste des sites en danger du patrimoine mondial, a recommandé mardi un comité de l'Onu, provoquant une vive colère de l'Australie qui a déclaré avoir été prise de court par la décision et a blâmé une ingérence politique.

Les perspectives à long terme du plus grand ensemble corallien du monde se sont considérablement détériorées et il est nécessaire de prendre des mesures pour contrer les effets du réchauffement climatique, a déclaré l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

La ministre australienne de l'environnement Sussan Ley à annoncé que Canberra contesterait la recommandation, affirmant que celle-ci allait à l'encontre des conseils donnés il y a à peine une semaine et a défendu les protections du récif menées par le pays.

"C'est une subversion complète du processus normal", a déclaré la ministre.

Depuis des années, l'Australie se bat pour maintenir la Grande Barrière, une attraction touristique majeure et source de milliers d'emplois, hors de la liste "en danger", une étape qui pourrait potentiellement conduire à sa radiation comme site classé au patrimoine mondial.

Dans un effort de lobbying, le pays a accueilli en 2015 des délégués du Patrimoine mondial de l'UNESCO en voyage sur un recoin préservé du récif. Depuis, le plus grand écosystème vivant du monde a subi trois épisodes majeurs de blanchissement des coraux, une conséquence des bouleversements climatiques.

Sussan Ley a déclaré, sans plus de précisions que "cette décision était faussée". "De toute évidence, il y avait de la politique derrière", a-t-elle dit.

Selon une source gouvernementale, Canberra tiendrait la Chine pour responsable.

"Nous ferons appel mais la Chine a le contrôle", a déclaré la source, refusant d'être nommée.

L'ambassade de Chine à Canberra n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les groupes environnementaux ont rejeté l'hypothèse d'une motivation politique, déclarant qu'il était clair que l'Australie ne faisait pas assez pour protéger le récif.

(Version française Lucinda Langlands-Perry, édité par Blandine Hénault)