Pour amplifier l'effet de levier

 |  | 335 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Échangés de gré à gré, généralement via des plates-formes de courtage en ligne, les CFD (« contract for difference ») sont des instruments financiers qui permettent de prendre des positions sur les variations de cours, de valeurs ou d'indices.

« Un CFD est par définition un produit accélérateur bénéficiant d'un gros levier. Mais attention si la position prise grâce au CFD évolue en sens inverse, la perte peut être nettement supérieure aux sommes investies. Au départ, nous conseillons aux clients d'utiliser un levier réduit », reconnaît un professionnel.

De fait, ces produits sont destinés à une clientèle avisée, pouvant surveiller ses positions et ayant les moyens de supporter un risque financier. En contrepartie, les CFD offrent de nombreuses possibilités de trading. Ainsi, dans un marché incertain, on peut, notamment, jouer deux valeurs du même secteur (par exemple, Renault et Peugeot), l'une dans un sens, l'autre à l'opposé, ou acheter le CAC 40 à la hausse et vendre le Dow Jones à la baisse. Les CFD permettent également de couvrir un portefeuille.

Les CFD doivent être obligatoirement proposés par des établissements financiers agréés en tant que « prestataires de services d'investissement » (en France, l'agrément est délivré par l'Autorité de contrôle prudentiel après approbation par l'Autorité des marchés financiers).

Un futur code de bonne conduite

« Les CFD sont des produits souples à utiliser et une révolution pour le trading en ligne. Mais il est dommageable pour notre industrie que des contrebandiers agissent depuis des paradis fiscaux », nous explique Arnaud Poutier, directeur général adjoint d'IG Markets, et de poursuivre : « Nous avons proposé à l'Autorité des marchés financiers avec les autres adhérents de la commission Courtage en ligne de l'Acsel, l'Association de l'économie numérique, une charte de bonne conduite pour ces produits dérivés, qui pourrait entrer en vigueur dès septembre prochain. »

Cette charte mettrait en avant les cinq points suivants :

1) Obligation d'être agréé en France.

2) Disposer un dirigeant responsable en France.

3) Déclarer les comptes des clients et établir les imprimés fiscaux uniques (IFU).

4) Respecter des règles déontologiques pour la publicité.

5) Vérifier les connaissances des clients préalablement à l'ouverture de compte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :