Castex et Véran exhortent les personnels soignants à se faire vacciner (seulement 1 sur 3 actuellement)

 |  | 1148 mots
Lecture 6 min.
Les soignants, médecins, infirmiers, aides-soignants, aides à domicile sont éligibles à la vaccination depuis début janvier. Or, seul un soignant sur trois est aujourd'hui vacciné, a regretté Jean Castex. Olivier Véran enfonçait le clou: Quand on est soignant, il est de notre (sic) responsabilité de se protéger soi-même et ceux dont on a la prise en charge.
"Les soignants, médecins, infirmiers, aides-soignants, aides à domicile sont éligibles à la vaccination depuis début janvier. Or, seul un soignant sur trois est aujourd'hui vacciné", a regretté Jean Castex. Olivier Véran enfonçait le clou: "Quand on est soignant, il est de notre (sic) responsabilité de se protéger soi-même et ceux dont on a la prise en charge." (Crédits : Reuters)
Finalement (et comme prévu), un seul département écopera du confinement le week-end: le Pas-de-Calais. Car la stratégie du gouvernement, pour éviter un nouveau confinement généralisé, consiste à "gagner du temps" dans l'espoir d'un retour progressif à la normale à partir du mois d'avril grâce à l'accélération de la campagne de vaccination. Et sur ce sujet, le point saillant de cette conférence de presse du 5 mars fut le sévère rappel à l'ordre, par le gouvernement, des personnels soignants qui sont seulement 1 sur 3 à s'être faits vacciner ce qui, n'hésite pas à accuser Olivier Véran, compromet la santé de leurs patients.

Jean Castex a dévoilé jeudi une nouvelle série de mesures destinées à freiner l'épidémie de coronavirus en France. Mais, comme une source l'avait dévoilé un peu plus tôt dans la journée, l'extension du couvre-feu le week-end n'a pas été étendue à des villes comme Paris ou Marseille, voire à toute l'Île-de-France comme cela avait été un temps évoqué, malgré les tensions persistantes dans le système hospitalier.

Lire aussi : Castex va annoncer que l'Île-de-France échappera au confinement le week-end, pas le Pas-de-Calais

"Nous ne sommes pas confrontés à une hausse exponentielle de l'épidémie comme nous l'avions connue pendant les deux premières vagues", a déclaré ce soir Jean Castex, alors que la France a enregistré jeudi un peu plus de 25.000 cas de contamination au coronavirus.

Confronté à la lente progression de l'épidémie depuis des semaines, à la menace des variants et à de fortes disparités entre territoires, le gouvernement reste fidèle à sa stratégie visant à "gagner du temps" pour éviter un nouveau confinement généralisé, dans l'espoir d'un retour progressif à la normale à partir du mois d'avril grâce à l'accélération de la campagne de vaccination.

Un seul nouveau département en confinement le week-end

Sur les 20 départements placés sous surveillance il y a une semaine, seul le Pas-de-Calais connaîtra par conséquent un confinement le week-end dès ce samedi, comme c'est déjà le cas dans les métropoles de Dunkerque (Nord) et Nice (Alpes-Maritimes), en raison d'une flambée du variant anglais qui représente désormais 60% des cas en France, selon Jean Castex.

Si l'Île-de-France et les autres départements à risques, portés au nombre de 23, échappent "pour le moment" à un confinement le week-end, les autorités locales pourront interdire l'accès aux zones très fréquentées pour éviter des regroupements de population, a indiqué le Premier ministre.

Fermeture de certains centres commerciaux

D'autres mesures, comme la fermeture de certains centres commerciaux, seront également mises en place. Ainsi, les centres commerciaux non alimentaires de plus de 10.000 m2, et plus seulement ceux de plus de 20.000 m2 comme jusqu'à présent, seront fermés dans les "départements à risque" face à la progression du Covid-19, a annoncé jeudi le Premier ministre Jean Castex.

"Les grands centres commerciaux ou grandes surfaces commerciales de plus de 10.000 m2 seront fermés", à compter de vendredi soir, a-t-il précisé.

Dans ces départements, l'évolution sanitaire "appelle des dispositions supplémentaires pour limiter les risques de regroupement et de brassage dans l'espace public ou dans les grands magasins", selon lui.

Vingt-deux départements sont concernés. Dans un 23e département, le Pas-de-Calais, où la saturation des services de réanimation se situe au plus haut, la fermeture concernera même les surfaces commerciales non alimentaires de plus de 5.000 m2.

La fermeture des surfaces de plus de 20.000 m2 avait été mise en place fin janvier, concernant selon le gouvernement quelque 400 sites.

Limiter les déplacements hors des départements sous surveillance

Jean Castex a "invité" jeudi les habitants des 23 départements placés sous surveillance renforcée, en raison de la progression de l'épidémie de Covid-19, à ne pas quitter ces territoires, et recommandé à tous les Français de ne pas dépasser la jauge des 6 personnes lors des moments conviviaux.

"J'invite les habitants des 23 départements concernés à ne pas sortir, autant que possible, de leur département ou de leur région s'agissant des départements franciliens", a déclaré le Premier ministre lors d'une conférence de presse.

"Le virus frappe de manière encore inégale les différentes parties de notre territoire, évitons de le diffuser là où il demeure encore de moindre intensité", a-t-il fait valoir.

Le Premier ministre a aussi recommandé à l'ensemble de la population de respecter la règle de "pas plus de six personnes à l'occasion des moments conviviaux ou familiaux", comme cela avait été le cas lors des fêtes de fin d'année

Vaccination: Castex sonne mobilisation générale

"Nous devons tout faire pour éviter un nouveau confinement national", a répété Jean Castex, en promettant d'accélérer "significativement et dès ce week-end la vaccination" dans les départements à risque.

Ainsi, Jean Castex a annoncé ce soir que la vaccination contre le Covid-19 sera autorisée dans les pharmacies "à compter de la semaine du 15 mars" pour "les personnes ayant plus de 50 ans et présentant une comorbidité", les patients concernés n'auront "pas besoin d'une prescription médicale" et pourront se rendre "directement en officine" pour y recevoir le vaccin AstraZeneca. Le Premier ministre ajoutait que les personnes de 50 à 74 ans qui n'ont "pas de pathologie particulière" pourront se faire vacciner "à compter de mi-avril".

Appelant à la "mobilisation générale" pour gagner une "course contre la montre", Jean Castex a dit viser 10 millions de vaccinations d'ici mi-avril et 20 millions d'ici mi-mai en première injection.

À ce jour, 3,2 millions de personnes ont été vaccinées dans le pays, dont 1,8 million ayant reçu les deux doses du vaccin, a précisé le chef du gouvernement, qui a rappelé que la France attendait 22 millions de doses en mars-avril.

De bonnes nouvelles pour les résidents en Ehpad et leur famille

Parmi les personnes vaccinées, 80% des résidents dans les Ehpad le sont, ce qui "ouvre la voie à une adaptation des règles de vie" pour ces derniers, mais pas à un allègement généralisé des mesures restrictives dans le pays, comme le couvre-feu à 18 heures ou la fermeture des restaurants et des lieux culturels, a dit Jean Castex.

Pas assez de soignants vaccinés: "Ce n'est pas normal"

Le Premier ministre a en revanche déploré qu'un nombre insuffisant de personnels soignants soient vaccinés.

"Les soignants, médecins, infirmiers, aides-soignants, aides à domicile sont éligibles à la vaccination depuis début janvier. Or, seul un soignant sur trois est aujourd'hui vacciné", a regretté Jean Castex.

"Ce n'est pas normal et cela compromet notre capacité à lutter effectivement et efficacement contre le virus", a-t-il insisté.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a aussi appelé les soignants à se faire vacciner, promettant de leur écrire "dès demain" pour les y inciter "très fortement".

"Quand on est soignant, il est de notre (sic) responsabilité de se protéger soi-même et ceux dont on a la prise en charge", a-t-il souligné.

Olivier Véran a indiqué que les pharmaciens pourraient vacciner à partir du 15 mars les personnes de plus de 50 ans présentant des facteurs de risque, et vanté les mérites du vaccin AstraZeneca, dont il a assuré que l'efficacité était au moins aussi élevée que ceux de Pfizer et Moderna.

"Nous avons demandé l'ouverture de centres de vaccinations et de centres éphémères de manière à vacciner tout ce week-end", a ajouté le ministre.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2021 à 22:16 :
Décidément, ces "blouses blanches" nous ferons iech jusqu'au bout.
a écrit le 05/03/2021 à 21:59 :
Vaut mieux être moins pressés et mieux vaccinés avec des vaccins modernes à arn messager qui ne piquent pas l'info sur une partie variable du virus, mais sur une fondamentale, celle qui a construit le virus.
Et puis cet argent gagné gràce à l'épidémie servira à mettre au point ce qui était le but au départ en médecine humaine à un vaccin contre le cancer, la dengue, la malaria.
Je vois pas comment le vaccin amstramgram pourrait le faire.
Dommage les Russes ont mis aussi un vaccin à arn messager, un labo militaire russe en Sibérie, mais l'absence de moyens pour l'industrialiser, et nous on a les moyens industriels mais pas l'étude.
On a tout à perdre de ne jamais mutualiser nos moyens avec nos amis millénaires et voisins russes.
a écrit le 05/03/2021 à 19:22 :
Après plusieurs années de grèves et de demande de revalorisation salariale, je suis certain que les infirmières auraient toutes été se faire vacciner moyennant 300€ d'augmentation mensuelle...
a écrit le 05/03/2021 à 16:45 :
Le problème de "ces politiques" c'est qu'ils parlent trop, pour faire de la publicité et de la contre publicité, ce qui dérange, tout un chacun, sans rassurer!
a écrit le 05/03/2021 à 16:39 :
Le vaccin Astramachin serait d'une faible efficacité contres les variants, notamment celui d'Afrique du sud. Alors les deux menteurs devraient être plus prudents dans leurs déclarations.
a écrit le 05/03/2021 à 16:06 :
Est on sûr qu'étant vacciné on ne transmet pas le virus ? Dans l'incertitude, je comprends qu'un soignant en bonne santé rechigne à se faire vacciner avec des produits dont on ne connaîtra les éventuels effets secondaires que dans plusieurs années.
La vaccination devrait rester du choix personnel, comme pour la grippe. Plus d'une dizaine de vaccins obligatoires depuis la petite enfance, je doute que cela soit inoffensif dans la durée.
Réponse de le 06/03/2021 à 9:39 :
Pour repondre a votre preocupation. Tapez "israel vaccination" sur le net les resultats de la vaccination en Israel, c'est edifiant.
a écrit le 05/03/2021 à 15:35 :
Au lieu de développer les services de réanimation et les infrastructures hospitalières, ils préfèrent imposer les vaccins aux médecins, infirmiers et infirmières.
En un an rien n'est fait, pas de création, pas de projet. Quel immobilisme !
a écrit le 05/03/2021 à 13:19 :
Faites des centres de vaccination avec l'astrzeneca ouvert à tous (tout age et sans comorbidité) et vous verrez que les vaccins seront pas suffisant... Arrêtez de toujours dire n’importe quoi et imposez et laissez ce faire vacciner ceux qui le veulent... Quand moi qui suis en bonne santé et ai 40 ans pourrait être vacciné, dans 300 ans? Si je le suis et que le docteur devant moi l'ai pas qu'est ce que j'en ai a faire?
a écrit le 05/03/2021 à 13:13 :
Espérons que les soignants rappellent aux politiciens:
- que déjà beaucoup d'eux on fait le covid et on été obligé de contaminer les malades car ne pouvaient pas être en arrêt,
- Que ces beaucoup n'ont pas besoin de ce vaccin car naturellement immunisés.
Mais bon quand un politicien dit que le vaccin n'est pas obligatoire c'est comme pour les masque dangereux, au bout de quelques semaines ou mois l'avis change...
a écrit le 05/03/2021 à 12:36 :
Les soignants ne veulent pas de astrazenneca ( pas une bonne couverture pour eux )
Réponse de le 05/03/2021 à 13:15 :
C'est comme pour leur sondage sur les citoyens, 60% voulaient pas être vacciné au début, personnellement je faisais forcement parti de ces personnes car je voulais pas (et veux toujours pas) d'un ADN... Pourtant depuis le début j'ai pas changé d'avis, moi l'astra me va bien, et je veux toujours pas d'un Pfizer dont on connais pas l'effet a très long terme.
a écrit le 05/03/2021 à 11:28 :
De toute façon ,on voit bien que les confinements a répétitions n'ont qu'un but au final éviter toute immunisation naturelle comme pendant la grippe de Hongkong ,regarder la pêche de nos peace and love aujourd'hui ,ils ont été vacciné,masqué ,sous couvre feu etc.. à cette époque que nenni la belle vie par contre aujourd'hui ,comme ils sont dans le collimateur avec leur âge et des comorbidités, ils veulent que tout le monde se vaccine pour les sauver !. Sinon, Moins de 8 % des Français (environ 5 millions) ont été vacciné sur le H1N1 en 2009/2010 ,les autres sont morts donc,euh non rien.On voit bien, que le but final est d'imposer cette vaccination trop d’intérêt financier ( déjà 30 milliards pour les labos) sont en jeu pour revenir en arrière . Pour l'instant , on presse les soignants de se vacciner avec un matraquage sur ce sujet ce matin à la TV ,on peut rappeler que pour le H1N1 seulement 26% des soignants étaient vaccinés et ... 10% des médecins ( faite ce que je dis ,mais ne faite pas ce que je fais )!,ce n'est donc pas une nouveauté.
Réponse de le 05/03/2021 à 13:16 :
Les couvre feu et confinement o surtout pour effet d'avoir plus de gilets jaune pour le gouvernement, vacciner trop vite et retour aux manifestation de suite, à 1 an de la présidentielle Macron veut pas.
a écrit le 04/03/2021 à 22:55 :
Même la Turquie de Erdogan, que certains critiquent sans cesse ( sport national -surtout dans Le Figaro - anti turc en général - largement sport collectif) a fait mieux que la France de Macron au niveau des vaccins
( stratégie de vaccination)
a écrit le 04/03/2021 à 21:27 :
Il y a urgence de remplacer les courroies de transmission avant la grosse panne
a écrit le 04/03/2021 à 20:44 :
Le succès de la campagne vaccinale en Israël ? "Depuis qu’Israël s’est transformé en une nation de cobayes, un virus qui s’attaquait autrefois aux personnes âgées et à celles souffrant de graves problèmes de santé a maintenant complètement changé de nature.

Après seulement deux mois d’une campagne de vaccination de masse « réussie », 76% des nouveaux cas de Covid-19 ont moins de 39 ans. Seuls 5,5% ont plus de 60 ans. 40% des patients en phase critique ont moins de 60 ans. Le pays a également détecté une forte augmentation des cas de Covid-19 chez les femmes enceintes, dont plus de quelques-unes sont dans un état critique.

Au cours des dernières semaines, le nombre de nouveaux-nés atteints de Covid-19 a connu une forte hausse de 1 300% (de 400 cas chez les enfants de moins de deux ans le 20 novembre à 5 800 en février 2021)." Pendant ce temps, Palestine et Jordanie, voisins mais non vaccinés, ont vu les morts covid s'effondrer". Source Réseau Internationnal : 'Le PDG de Pfizer admet qu’Israël est le laboratoire du monde".
a écrit le 04/03/2021 à 20:41 :
LA RECETTE DE L'ANNÉE d' après Anne Terrin 1. Exagérer la gravité d’une épidémie en manipulant les chiffres, en multipliant les tests biaisés et en instaurant une psychose médiatique constante. Profiter de la dynamique démographique naturelle d’une population vieillissante pour gonfler le nombre de décès « liés au virus ». 2. Interdire aux médecins la prescription de traitements efficaces et pas chers, diminuer les moyens des hôpitaux et stigmatiser l’esprit critique en le désignant comme « complotiste ». Ne laisser entrevoir qu’une porte de sortie : la soumission et la vaccination. 3. Multiplier les mesures arbitraires en laissant croire qu’elles sont temporaires, provoquer des sentiments de confusion, de résignation et d’impatience dans l’opinion publique pour briser sa résistance et sa cohésion. Punir sévèrement les réfractaires pour faire des exemples. 4. Empêcher les gens de se retrouver et d’en discuter, en limitant les déplacements, en fermant les bars-restaurants et les autres lieux de socialité (salles de sport etc). Verrouiller les médias et les réseaux sociaux pour éviter toute interférence dans la narration officielle. 5. Une fois la population portée à ébullition, lui imposer une sortie de crise par le traçage généralisé et l’apartheid vaccinal via l’instauration d’un « Pass Sanitaire ». D’abord nécessaire pour voyager, il le sera ensuite pour travailler, faire ses courses, se déplacer, voter... 6. Voilà, la recette est terminée. Vous pouvez désormais passer à l’étape suivante : report des élections (ou vote à distance), suppression de l’argent liquide, revenu universel, crédit social, traçage numérique, surveillance policière globale. Bienvenue dans le monde d’après..
a écrit le 04/03/2021 à 20:16 :
Comment expliquez ce retard ???? 21 millions en UK, moins de 3.5 chez nous...cela en devient gênant. Je n'ai toujours pas compris la logique du gouvernement dans leur approche ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :