Castex "espère" une réouverture des commerces "dans quelques jours"

 |  | 279 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : POOL)
Le Premier ministre Jean Castex, en déplacement samedi à Dijon, a dit "espérer" une réouverture des commerces jugés non essentiels "dans quelques jours" sur fond d'amélioration de la situation sanitaire.

Bientôt la levée de rideau? Le Premier ministre Jean Castex, en déplacement samedi à Dijon, a dit "espérer" une réouverture des commerces jugés non essentiels "dans quelques jours" sur fond d'amélioration de la situation sanitaire. "On voit (...) que les indicateurs sanitaires s'améliorent donc nous espérons tous, moi le premier, que dans quelques jours vous pourrez retrouver non pas une activité on est bien d'accord tout à fait normale, puisque votre protocole sanitaire, tout ce qu'on voit ici, les distances de sécurité, les vitrines de protection, etc. seront évidemment maintenus", a-t-il dit lors d'un échange avec un commerçant de la capitale de la Bourgogne filmé par BFM TV.

Les commerces dits "non essentiels" sont fermés en France depuis le 30 octobre dans le cadre du nouveau confinement national prévu pour durer au moins jusqu'au 1er décembre. Mais leur réouverture est dans les tuyaux avec une réflexion engagée sur un nouveau protocole sanitaire, et le chef du gouvernement avait indiqué vendredi, à l'occasion d'un déplacement dans le Finistère, que la date de réouverture serait annoncée la semaine prochaine.

Emmanuel Macron doit s'exprimer une nouvelle fois mardi prochain à la télévision sur la situation sanitaire et les mesures de lutte contre le coronavirus. Les statistiques officielles montrent depuis mardi une baisse continue du nombre de malades du Covid-19 hospitalisés en France. La pression s'atténue notamment dans les services de réanimation, où 337 lits ont été libérés en quatre jours. Les hôpitaux français soignaient vendredi soir 31.906 patients souffrant d'une infection provoquée par le SARS-CoV-2, dont 4.582 en réanimation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2020 à 15:41 :
Après la prédiction de Macron des 400 000 morts, Madame Delfraissirma nous prédit "le bout du tunnel de la seconde vagu et "l'arrivée de la troisième"
Son conseil aux +90 ans :
« Boug, si tu veux pas dead, update asap ton smartphone avec l'appli #TousAntiCovid »
Super F Asselineau activé en mode super vigilance !..
Réponse de le 23/11/2020 à 9:42 :
"Madame Delfraissirma"

Delfraissy à 72 ans ,il balançait des pavés en 68 pendant la grippe de Hongkong et se tapait des 31000 morts de l'époque.Mais ,maintenant ,il est dans le collimateur de ce virus ,il veut bloquer tout le pays , pathétique.
a écrit le 22/11/2020 à 15:10 :
IMPARDONNABLE cette fermeture des commerces et restaurants si disciplinés sanitairement.

Après cette torture à mort de ces derniers, ils se rendent compte de la déprime des FR.

-Moral AU PLUS BAS,
-Angoisse du chomage pour ses proches
-DETTE EN CAPITAL ABYSSALE PERPETUELLE à rembourser après les Présidentielles : car avant on rase gratis ( impots taxes CSG CRDS )

Une croissance minable en 2021 : peuple déprimé
laquelle accentuant déficits et donc dettes à rembourser, et chomage.

Pas de croissance à attendre de l'export : industries démantelées.
a écrit le 22/11/2020 à 6:58 :
La lethargie des habitants du pays France est etonnante.
En 22 votez mieux.
a écrit le 21/11/2020 à 19:37 :
Pour tuer le petit commerce, la méthode est bonne. L'histoire retiendra que le gouvernement actuel a créé les conditions exceptionnelles de crise économique et sociale. Il est pourtant prouvé que les commerces de détails font plus attention que les grandes surfaces et qu'ils sont essentiels pour le maintien de l'activité en centre ville. Brailler contre les grands réseaux de distribution sur internet ne sert à rien puisque c'est ce gouvernement qui a créé la distorsion de concurrence. Et pour en rajouter une couche, le déficit, c'est toujours les pauvres et la classe "moyenne" qui seront saignés pour la rembourser ? A quand une vraie politique publique au service des citoyens ? après une autre révolution ?
Réponse de le 21/11/2020 à 21:29 :
Malheureusement, il n'y aura pas de révolution cette fois ci. Macron, en bon petit soldat du NOM, a été élu pour défendre d'autres intérêts que ceux des français et du pays. Il a confisqué le débat démocratique, anéantit l'opposition (il ne reste que lfi et le rn) , tout cela avec la complicité silencieuse des corps intermédiaires, et au final l'assentiment d'une majorité de français. La police vient de se rallier à sa cause grâce à la loi de sécurité,
faisant de la police républicaine une police politique. Il a tout organisé pour qu'en 2022 il n'y ait que lui et Marine. Ils vont jouer sur la peur de l'extrême droite, et ça va marcher... les français vont le réélire.
La France a basculé dans un autre régime politique, le plus légalement du monde, peu ou prou comme en 33 en Allemagne.
a écrit le 21/11/2020 à 19:36 :
Pour tuer le petit commerce, la méthode est bonne. L'histoire retiendra que le gouvernement actuel a créé les conditions exceptionnelles de crise économique et sociale. Il est pourtant prouvé que les commerces de détails font plus attention que les grandes surfaces et qu'ils sont essentiels pour le maintien de l'activité en centre ville. Brailler contre les grands réseaux de distribution sur internet ne sert à rien puisque c'est ce gouvernement qui a créé la distorsion de concurrence. Et pour en rajouter une couche, le déficit, c'est toujours les pauvres et la classe "moyenne" qui seront saignés pour la rembourser ? A quand une vraie politique publique au service des citoyens ? après une autre révolution ?
a écrit le 21/11/2020 à 19:26 :
pour bcp ca sera deja trop tard
a partir du 1/1, on va compter les morts
les pertes abyssales seront dans les comptes, les bilans seront plombes, certains vont se retrouver avec des fonds propres negatifs
les independants vont y laisser leur maison
et les banques vont y laisser des plumes et reduiire drastiquement la voilure ( chose qu'elles auraient du faire depuis bien longtemps soi dit en passant)
a écrit le 21/11/2020 à 17:56 :
Pendant ce temps :


Les règles du confinement ne sont visiblement pas claires pour tout le monde… pas même les forces de l’ordre. Des habitants d’Eure-et-Loir en ont fait l’amère expérience ces dernières semaines. Comme le raconte le Parisien, en voulant se rendre dans des commerces situés à Angerville, dans l’Essonne, ils ont écopé d’une amende de 135 euros, malgré leur attestation de déplacement. La raison invoquée par les gendarmes ? Le passage de la région Centre-Val de Loire à la région Ile-de-France. Pourtant, c’est bien autorisé par la législation en vigueur.

Comme le relate le quotidien régional, les témoignages se sont rapidement multipliés. Des habitants des communes de Gommerville, Baudreville ou encore Mérouville, qui vivent à proximité d’Angerville se sont vus infliger une amende lors de leurs trajets pour se rendre au supermarché ou encore chez le dentiste. Se rendre dans un supermarché de la région voisine ne prend pour certains que quelques minutes, contre un trajet de plusieurs kilomètres autrement. Face aux récriminations des habitants et même d’élus, les services de l’Etat ont confirmé que les habitants avaient bien le droit de faire ces déplacements. "La limite de 100 km n'existe plus dans le décret du 29 octobre 2020. Les forces de sécurité du département ont été sensibilisées sur ce point."
a écrit le 21/11/2020 à 17:36 :
Belgique :

Pour ses proches, elle n'a pas supporté d'être jugée « non essentielle ». Alysson Jadin, morte à 24 ans, avait ouvert avec bonheur un barber-shop à Liège cet été. La jeune femme est en passe de devenir un symbole de la détresse face à la pandémie. D'autant qu'elle avait témoigné dans un reportage de la chaîne RTL-TVI des difficultés économiques qu'elle rencontrait.

Dans un pays durement frappé par le coronavirus (plus de 15 000 malades en sont morts) et contraint à un second confinement, le drame a ému toute une société, du Premier ministre Alexander De Croo jusqu'au cinéaste Luc Dardenne. L'image de son sourire sous ses cheveux rouges et ses piercings est devenue familière pour les Belges.Alysson a été retrouvée morte lundi. Sans laisser d'explication écrite sur son geste, d'après les premiers éléments disponibles. Mais dans son entourage tout le monde a fait le lien. Coiffeuse au chômage, elle avait démarré son activité début août, et n'aurait pas supporté la fermeture imposée dans le cadre du deuxième confinement il y a trois semaines. « C'est très compliqué moralement », disait Alysson le 10 novembre devant la caméra.
a écrit le 21/11/2020 à 17:32 :
C'est mort :

Direct : Covid-19 : «Les bars et restaurants ne rouvriront pas au 1er décembre», affirme Castex

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :