Extension possible de la CMU : les mutuelles sont perplexes

 |   |  443  mots
Ceux touchant juste un peu trop d'argent pour avoir droit aujourd'hui à la CMU-C pourront bénéficier d'une CMU élargie, à coût réduit.
Ceux touchant juste un peu "trop" d'argent pour avoir droit aujourd'hui à la CMU-C pourront bénéficier d'une CMU élargie, à coût réduit. (Crédits : Regis Duvignau)
Le gouvernement envisage d'étendre la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) pour généraliser l'accès à une assurance santé, mais le président de la Mutualité française, Thierry Beaudet, redoute "une forme de nationalisation" du secteur.

La piste d'une extension de la CMU (couverture maladie universelle) à plusieurs millions de Français pour qu'ils bénéficient d'une complémentaire santé se précise. Thierry Beaudet, le président de la Mutualité française, a confirmé lundi à l'AFP qu'un projet de fusion de la CMU-C et d'un autre dispositif, l'ACS (l'aide au paiement d'une complémentaire santé), a bien été présenté en juillet par la Direction de la Sécurité sociale lors d'une réunion avec les fédérations des sociétés d'assurance, des mutuelles et des institutions de prévoyance.

Cette réforme, qui viserait à réduire les taux de non-recours élevés (30% pour la CMU-C, plus de 50% pour l'ACS), pourrait, en effet, faire partie du "plan pauvreté" qu'Emmanuel Macron doit annoncer jeudi. Pour préparer le terrain, le chef de l'Etat a d'ailleurs passé lundi cinq heures dans un centre d'ATD Quart Monde pour rencontrer des personnes touchées par la grande pauvreté.

Une réforme qui fragilise les mutuelles ?

Jusqu'à présent, les personnes seules ayant des revenus entre 730 et 980 euros par mois n'avaient droit qu'à un dispositif intermédiaire, à savoir l'ACS, une subvention leur permettant d'obtenir, par exemple, une réduction sur le coût d'une mutuelle. Demain, si le projet est adopté, ils pourraient bénéficier d'une couverture calculée en fonction de la situation de leur foyer. Nos confrères de RTL parlaient hier d'un coût qui pourrait varier "de quelques euros à 30 euros maximum par mois et par personne".

Pour Thierry Beaudet, "tout ce qui tend vers la simplification va dans le bon sens", affirmant que la Mutualité française était demandeuse d'une refonte des deux dispositifs pour tenir compte du "100% Santé", le remboursement intégral de certaines lunettes, prothèses dentaires et audioprothèses promis par le chef de l'Etat.

"Il me paraîtrait surprenant que l'on assiste à une forme de nationalisation. Je n'avais pas compris que le 100% Santé, c'était le 100% Sécu", a-t-il ajouté. Ce scénario "inquiète particulièrement les mutuelles, qui font les efforts de solidarité" dans le cadre de l'ACS et qui "pourraient se retrouver fragilisées par une réforme mal calibrée", a-t-il mis en garde, réclamant "une égalité de traitement" avec la Sécu.

Les assureurs restent prudents

Du côté des assureurs, "on voudra continuer à être présents" sur ce marché, mais "tout dépendra des conditions d'application" une fois la fusion actée, indique une responsable de la Fédération française de l'Assurance.

"On peut prendre acte de ce choix, puis discuter des paramètres", comme "l'indemnisation des frais de gestion", explique-t-elle.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2018 à 15:50 :
Macron un cache misère est créateur de misères macron de biennes ingérable ils m ent ils est comme Trump ils a un problème
a écrit le 11/09/2018 à 15:47 :
La cmu est payers pas leS personne assuré pour les personnes non assuré tout contrat d assurances c est 7.!! % do mois pour les Personnes qui non riant bronle emplis les cotisants ils sonts pompes stp macron de donne à de la ?
Réponse de le 11/09/2018 à 20:44 :
woah rien pigé, vous arrivez à vous relire ?
a écrit le 11/09/2018 à 11:27 :
Le gouvernement a pris pour une fois une bonne mesure, maintenant il faut combattre les lobbys des mutuelles
a écrit le 11/09/2018 à 10:57 :
comme d'hab la contradiction d'une mutuelle étendue et obligatoire refait jour, alors pourquoi ne pas étendre le forfait de base, ça sera pareil ... bah de toute façon on mourira tous de la polution, du chomage ou du manque de logement
a écrit le 11/09/2018 à 9:48 :
On ne va pas pleurer, il y a deux ans ma mutuelle a connu une augmentation de... 60% totalement injustifiée, puisque je ne suis jamais malade (on va quand même toucher du bois... ), mais légalement permise, pour des raisons exposées franchement douteuses.

Les assurances ont été trop habituées à se faire biberonner par l'etat français imposant aux citoyens de s'assurer pour tout et rien donnant une manne d'argent à ces multinationales alors qu’elles ne l'ont absolument pas mérité.

De subventions étatiques en légalisation de l'évasion fiscale, ces sociétés là, dorénavant incapables de se remettre en question, ne comptant plus que sur l’assistanat pour la concurrence mondiale que du coup elles perdent, ne sont plus que des mégas-parasites pour les citoyens.

Ou le bilan dramatique de la compromission entre politiciens et hommes d'affaires qui a généré une économie de minables.

"Australie : Après les banques, les fonds de pension mis en cause" https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN1LR0FZ/australie-apres-les-banques-les-fonds-de-pension-mis-en-cause.html

"Un pasteur baptiste a ainsi raconté à la commission d'enquête de quelle manière son fils, atteint de trisomie 21, avait acheté une police d'assurance sans comprendre à quoi il s'engageait à la suite d'un appel téléphonique de Freedom Insurance Group "
Réponse de le 11/09/2018 à 10:59 :
la population veillie et les actifs de base voient leur emplois déqualifiés ou totalement supprimés par l'automatisation, ce qui les obliges à faire des tvx pénible qui rend malades,vous avez détruit notre futur
Réponse de le 13/09/2018 à 10:40 :
@ multipseudos

lâchez moi svp, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :