Geoffroy Roux de Bézieux : « Le Medef doit lui aussi se mettre en mouvement »

 |   |  3287  mots
(Crédits : DR)
La campagne pour la succession de Pierre Gattaz à la présidence du Medef va s'accélérer. Après l'entrée dans la compétition de deux candidats des régions, Patrick Martin (Auvergne-RhôneAlpes) et Frédéric Motte (Hauts-de-France), et la candidature surprise de Jean-Charles Simon, ancien DG du Medef, on attend l'entrée en lice officielle du négociateur social, Alexandre Saubot, président de l'UIMM. Candidat depuis le 24 janvier, pour la deuxième fois, Geoffroy Roux de Bézieux, le vice-président délégué chargé de l'économie, de la fiscalité et du numérique, explique à La Tribune son projet : il veut être « la voix des entrepreneurs » et « le candidat de la transformation numérique de l'économie française ».

« Entrepreneur engagé » et « militant patronal », comme il se définit lui même, Geoffroy Roux de Bézieux se présente pour la deuxième fois à la présidence du Medef. Un signe de persévérance pour cet adepte du triathlon « Ironman » d'une distance totale de 226 kilomètres (140,6 miles). Une compétition Ironman - « Homme de fer » en français - est une course multidisciplinaire consistant à enchaîner 3,8 km de natation, 180,2 km de cyclisme puis un marathon (course à pied de 42,195 km). Après presque cinq ans d'expérience à la vice-présidence de l'organisation patronale, chargé de l'économie, du numérique et de la fiscalité, GRDB veut incarner un « Medef de propositions ».

Son combat : faire entrer les entreprises dans les grandes transitions du xxie siècle, numérique et énergétique. Pour le fondateur de Virgin et de The Phone House, aujourd'hui investisseur dans l'alimentaire, et le tourisme, la division historique du Medef entre les services et l'industrie ne correspond plus aux réalités des transformations de l'économie. Il doute de la pertinence de la présence des corps intermédiaires dans les organismes paritaires, comme l'assurance chômage, si les conditions d'une gestion responsable ne sont plus réunies. Son projet est plutôt de réorienter le Medef sur son rôle de lobby et d'axer son mandat sur la pédagogie de l'entreprise et de ses valeurs, au premier rang desquelles la liberté d'entreprendre.

__

LA TRIBUNE - Pourquoi être candidat à la présidence du Medef ? C'est la candidature de la maturité après une expérience de cinq ans à la vice-présidence de l'organisation patronale ?

GEOFFROY ROUX DE BÉZIEUX - J'ai décidé de me porter candidat à la présidence du Medef pour mettre mon parcours diversifié, d'entrepreneur engagé et de militant patronal, au service d'une cause : l'entreprise, à un moment particulier, celui de l'accélération des grandes mutations technologiques. En vingt ans, j'ai créé et développé deux entreprises dans le secteur des services, Phone House puis Virgin Mobile ; depuis trois ans, je construis un groupe 100% patrimonial dans l'agroalimentaire, le tourisme et le sport et j'investis dans de nombreuses sociétés innovantes. Je suis vice-président délégué du Medef et vice-président du conseil de surveillance du groupe industriel PSA.

Ces expériences ont enrichi ma vision et me permettront de représenter avec impartialité l'ensemble des entreprises françaises, dans leur diversité, quels que soient leur taille, leur secteur économique ou leur territoire.Toutes les entreprises doivent faire face aujourd'hui aux deux principales mutations qui traversent l'économie mondiale : la transformation numérique et la transition énergétique. Il y a aussi des évolutions dans le monde du travail qui vont s'accélérer avec l'utilisation intensive de l'intelligence artificielle, qui va remplacer des postes dans beaucoup de secteurs. Nos entreprises doivent s'y préparer, par la formation notamment. Et puis il y a le défi du réchauffement climatique qui oblige à repenser notre façon de produire et de consommer, à penser économie circulaire. Enfin, nous vivons une époque où la quête de sens prend le dessus et où l'entreprise doit mieux prendre en compte son impact sur ce qu'Emmanuel Macron a appelé à Davos le bien commun.

Dans ce contexte, la France traverse un moment politique assez unique : depuis trente ans, on n'a pas vu une telle volonté de mouvement et de réformes à la tête de l'État. Tout n'est pas parfait bien sûr, mais nous sommes dans une période où le Medef doit se mettre lui aussi en mouvement, au risque sinon de disparaître, du moins d'être court-circuité. Bien sûr, notre organisation a commencé cette mutation, par exemple avec la création de l'Université du numérique. Mais les changements sont si profonds et rapides que nous devons accélérer notre propre réforme. Dans le monde des réseaux sociaux et de l'information instantanée, notre légitimité ne fait plus consensus. Nous devons imaginer une nouvelle gouvernance équilibrée entre branches et territoires et mieux représenter les jeunes entrepreneurs et les femmes au sein de notre mouvement, afin qu'ils et elles puissent porter plus efficacement nos idées.

Quel rôle peut jouer le Medef au XXIe siècle, vingt ans après la disparition du CNPF, son prédécesseur ?

La question qui peut se poser c'est : est-ce qu'on a vraiment besoin de corps intermédiaires ? Il y a dans la société française une demande de démocratie directe, et on voit bien qu'il y a chez certains la tentation de dire : « Négocions directement dans l'entreprise, ce sera plus proche des réalités du terrain, plutôt qu'au niveau national. »

C'est aller un peu vite en besogne : ce que l'on voit, c'est qu'il y a une fragmentation croissante des attentes des entreprises en fonction de leur taille et leur secteur. On est passé d'une économie fondée sur un modèle taylorien homogène à des organisations très diversifiées, de la startup qui a des salariés surdiplômés jusqu'à l'entreprise de BTP qui est concentrée sur son marché local, en passant par les multinationales du CAC 40 : les priorités ne sont à l'évidence pas les mêmes.

Rassembler le Medef dans cette diversité, cela passe d'abord par un discours sur les valeurs, et d'abord la liberté économique, qu'il faut défendre dans un pays encore colbertiste, étatiste et centralisé. Mon autre conviction, c'est que, face à l'ampleur des changements technologiques, ce ne sont plus les politiques qui transformeront le monde, mais les entreprises et les entrepreneurs. Cette idée est centrale dans le nouveau message que doit porter le Medef demain.

Quelle est votre position quant à la participation du Medef au paritarisme alors que l'État engage des réformes importantes de notre système de protection sociale ?

Historiquement, toutes les négociations étaient centralisées et les partenaires sociaux, légitimes à gérer une partie de la sphère sociale en lien avec le monde salarié. Tout cela est en train d'éclater dans un monde plus fragmenté, et on constate que, petit à petit, les partenaires sociaux lâchent prise sur la gestion du monde paritaire. Ce n'est pas une question d'idéologie. Pendant très longtemps, on a opposé les libéraux anti-paritaires et les sociaux désireux de gérer eux-mêmes le système. À partir du moment où les besoins diffèrent selon les entreprises et où l'État intervient dans la gestion, le paritarisme doit évoluer. Prenons l'exemple de l'assurance chômage : on voit bien que, derrière la polémique sur la surtaxation des contrats courts, il y a la question des nouvelles formes de travail non salarié. À partir du moment où certaines entreprises ont besoin de flexibilité pour créer de l'emploi dans de nouveaux business models « à la demande » et que d'autres secteurs comme l'industrie ont, au contraire, besoin de stabilité pour former les salariés aux mutations en cours, avoir un régime unique d'assurance chômage centralisé n'est plus possible.La décentralisation du dialogue social, c'est-à-dire le fait de donner une partie du pouvoir de négocier aux branches et aux entreprises est la conséquence logique du changement de modèle d'organisation de l'économie. Je pense donc que le Medef doit se poser la question de sa présence dans un certain nombre d'organismes paritaires. À partir du moment où l'on veut mettre les démissionnaires et les indépendants sous la couverture de l'assurance chômage, on n'est plus du tout dans un régime assuranciel de salariés. De même, est-il est logique de négocier sur le temps de travail de la même façon dans toutes les entreprises ? Je ne le pense pas. Le cas des28 heures en Allemagne est intéressant. Elles ne sont pas négociées pour l'ensemble de l'économie, mais d'abord pour une première région pilote et pour un seul secteur, la métallurgie. C'est assez différent de la façon dont on a procédé en France jusqu'à présent. Cela me semble être la bonne méthode : le temps de travail ou les conditions de travail ne peuvent pas être les mêmes dans tous les secteurs. Et, surtout, elles restent une option non compensée sur le plan salarial.

La négociation sur l'assurance chômage se passe assez mal. Est-il sûr que le Medef participe au nouveau système s'il devient universel ?

Ma position est très claire : les partenaires sociaux doivent rester gestionnaires de l'assurance chômage si et seulement si ils gardent la maîtrise de tous les paramètres de gestion et que cette gestion est totalement responsabilisée, sans garantie de l'État. La réalité, c'est que les partenaires sociaux ont mal géré l'assurance chômage depuis dix ans à cause de ce filet de rattrapage étatique, ce qui fait flamber les déficits et la dette de l'Unedic.

Ces conditions n'ont pas l'air d'être réunies ?

Non, et c'est pour cela que la question se pose pour le Medef de quitter la gouvernance de l'assurance chômage et de laisser cette responsabilité à l'État.

Vous avez évoqué la question de l'avenir du travail face à la robotique et à l'intelligence artificielle. C'est une question qui se pose dans l'industrie mais aussi, et c'est nouveau, dans les services, comme le commerce et la banque...

Dans un monde devenu totalement « schumpeterien » avec l'accélération des révolutions technologiques, des emplois vont disparaître dans de nombreux secteurs. Mais je ne fais pas partie des pessimistes : l'histoire a prouvé qu'à chaque révolution industrielle de nouveaux emplois sont apparus pour remplacer ceux qui ont disparu. Les créations d'emplois nouveaux ont toujours été supérieures aux destructions d'emplois jusqu'ici.Ce qui est nouveau c'est la vitesse de la transition pour les individus. Quand quelqu'un a fait pendant trente ans le même métier, il faut le former à nouveau. Et il y a aussi un problème de transition géographique car les emplois détruits et créés ne le sont pas par les mêmes entreprises ni au même endroit.On voit bien qu'il y a une France qui va bien, celle des grandes métropoles, celle des « premiers de cordée », mais aussi la France des territoires et des villes moyennes qui souffre parce qu'elle n'est pas assez entrée dans cette transition. La première réponse, c'est d'avoir une régulation qui permette de diffuser beaucoup plus rapidement l'innovation : c'est en partie ce qu'essaie de faire Emmanuel Macron avec la baisse de la surtaxation du capital et l'assurance chômage des démissionnaires et des indépendants, pour favoriser la mobilité du capital et des individus.La deuxième réponse, c'est de réussir la transformation numérique des PME pour qu'elles se réinventent à l'heure du digital et du e-commerce. Quand on digitalise son entreprise, on trouve de nouveaux débouchés et on crée de nouveaux emplois. Le troisième étage, c'est le développement de la culture entrepreneuriale : avec la « startup nation », la France fait des progrès spectaculaires très encourageants, comme le montrent les succès de la French Tech et la croissance des levées de fonds.

Les startups, on en a, mais le problème, c'est qu'on a peu de « licornes » [entreprises technologiques valorisées plus de 1 milliard de dollars, ndlr]...

Certes, mais cette économie est comme un château de sable : il faut que la pyramide soit très large, il faut beaucoup de startups pour faire émerger des géants. C'est une question de temps : ce mouvement date d'il y a à peine dix ans...

Et comment favoriser la mobilité des individus ?

Toutes les études sur le chômage pointent le problème de la mobilité géographique. C'est aussi un problème culturel : les Français ont une tradition de mobilité moindre que les Américains. Le digital permet d'apporter une réponse car c'est une opportunité pour relancer les villes moyennes et des territoires aujourd'hui en déshérence. Le digital permet de délocaliser des emplois à forte valeur ajoutée dans des territoires plus éloignés des métropoles.

Quel interlocuteur serez-vous face à Emmanuel Macron dans une France qui est loin d'avoir encore résolu tous ses problèmes de dépenses publiques ou de déficit commercial ?

Il faut passer du Medef de combat - qui était pleinement justifié en 2012 car on était en plein matraquage fiscal des entreprises et des particuliers et il fallait avoir un discours frontal pour faire pression sur le gouvernement - à un Medef de propositions et d'idées, qui a un coup d'avance dans le débat public. Tout en restant vigilants, car la France est encore loin d'être sortie d'affaire. Le déficit public et surtout la dette et les dépenses publiques sont trop élevés. Les dépenses sociales représentent plus de 30% du PIB. Il faut profiter de la croissance revenue pour réduire nos déficits et nos dépenses publiques. Le Medef ne doit pas être complaisant, mais il doit savoir proposer les chantiers de demain, notamment sur ces sujets de transformation digitale et énergétique.

La loi Pacte de Bruno Le Maire pour faire grandir les entreprises sera débattue au Parlement après l'élection au Medef. Quelles sont, selon vous, les priorités ?

Il y a toujours un problème de compétitivité-coût, notamment sur le niveau des prélèvements obligatoires. Il y a un effort fait sur l'impôt sur les sociétés, mais il faut baisser les impôts de production, ceux qui pèsent sur le chiffre d'affaires et sur le travail. C'est important parce que pour qu'une entreprise se développe à l'export, il faut d'abord faire des marges. Et il y a aussi un problème de compétitivité hors coût que nous devons résoudre en améliorant la capacité des entrepreneurs, notamment des PME, à innover pour aller conquérir des marchés extérieurs.La bonne nouvelle, c'est que nous sommes en train de voir enfin le plein effet du CICE et du pacte de compétitivité et que les marges des entreprises se redressent. L'autre bonne nouvelle, c'est que cela n'a jamais été aussi facile de s'internationaliser grâce au digital : c'est ce que j'ai fait par exemple en référençant Oliviers & Co sur Alibaba, ce qui nous permet d'avoir accès au marché chinois depuis la Provence.Sur le financement, ce n'est pas un problème bancaire mais de haut de bilan. C'est un sujet culturel : les chefs d'entreprise en France ont tendance à vouloir rester maîtres chez eux et à ne pas savoir ouvrir leur capital. Avoir un actionnaire extérieur qui porte un regard, c'est très utile pour accélérer sa croissance. Et, enfin, il y a un sujet de transmission des entreprises lié à la démographie qu'il faut traiter dans la loi Pacte.

Quelle est votre position sur la réforme de l'objet social de l'entreprise ?

Il est indéniable que la responsabilité des entreprises dans un monde qui change aussi vite s'accroît. L'entreprise doit certes d'abord faire du profit car c'est la condition de sa pérennité, mais elle a des impacts qui sont bien plus larges sur la société et sur son environnement ; plus elle est grande plus c'est important. Ce point ne fait pas débat : tous les entrepreneurs même les plus petits seraient d'accord pour dire que la responsabilité ne se limite pas à son compte d'exploitation et s'étend aux parties prenantes.

La question, c'est de quelle manière symboliser cela. Faut-il une loi ? C'est un réflexe très français. Inscrire dans le Code civil une nouvelle définition de l'entreprise ne me semble pas souhaitable. Ou bien faut-il un système plus souple, plus optionnel, passant par une option au sein du Code civil ou une réforme du Code de Commerce, qui concerne moins d'entreprises ?

Très clairement, je pense qu'il faut privilégier la solution optionnelle car une société unipersonnelle ou une multinationale ne peuvent pas avoir les mêmes contraintes. Là aussi, il y a une dimension culturelle : tous les entrepreneurs reconnaissent que la prise en compte des parties prenantes fait partie aujourd'hui de la réussite, et certains constatent même que c'est une des conditions de cette réussite. Il faut un symbole : cela peut être l'entreprise à mission, mal baptisée en France Sose (Société à objet social étendu), ce qui n'est pas très réussi sur le plan marketing. Ce statut présente des avantages pour certaines entreprises cotées qui souhaitent se protéger de leurs actionnaires activistes. Il faudrait aussi approfondir le code Afep-Medef parce que les entreprises cotées qui font appel à l'épargne publique sont un peu plus responsables que les autres et parce que c'est une exigence portée par un certain nombre de gestionnaires d'actifs, comme Blackrock, qui leur réclament de respecter les règles de la RSE [Responsabilité sociale de l'entreprise] de façon plus rigoureuse.

Pour conclure, je suis d'accord pour dire que l'entreprise doit participer au bien commun mais en contrepartie, sa voix doit être mieux entendue. Le président du Medef est souvent qualifié de « patron des patrons » : je veux être la voix des entrepreneurs. C'est pour cela que je lancerai une enquête sur l'image du Medef et des entreprises. Le sujet n'est pas de faire aimer l'entreprise en soi, mais de la défendre et de faire comprendre ses enjeux. Si je suis élu, mon mandat sera beaucoup centré sur la pédagogie du rôle de l'entreprise avec une communication adaptée pour montrer que tout se tient : quand les entreprises vont bien, l'emploi se développe et c'est bon pour le pays.

Quels sont vos projets concernant la réforme de la gouvernance du Medef et comment éviter la division entre le secteur des services et celui de l'industrie ?

Cette confrontation souvent évoquée entre l'industrie et les services ne correspond plus à la réalité de l'économie d'aujourd'hui. Je suis vice-président du conseil de surveillance de PSA, qui est une entreprise de l'industrie automobile, certes, mais qui se développe dans les services avec les nouvelles mobilités. Avec la révolution digitale, ces frontières s'estompent. Je ne suis donc pas le candidat d'un camp contre un autre : je veux être le candidat de la transformation numérique de l'économie française.

Sur la gouvernance, effectivement, elle n'a pas changé significativement depuis la création du Medef il y a vingt ans. Il faut donc remettre les choses à plat. Il y a bien sûr des intérêts contradictoires au sein du Medef, ne soyons pas naïfs. Mais il faut travailler sur ce qui nous rassemble. Je veux lancer des états généraux, pour définir la nouvelle gouvernance du Medef au cours des six premiers mois de mon mandat. Nous y travaillerons de juillet à décembre avec les adhérents, afin de définir les réformes nécessaires autour de quelques pistes claires : plus de parité, donc plus de femmes, plus de représentation des territoires, des PME et des startups. Sur cinq ans, je me fixe un objectif de féminisation des instances de direction du Medef et je veux que tous les territoires, c'est-à-dire les 13 régions et l'outre-mer, soient représentés à la table du conseil exécutif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2018 à 21:51 :
Roux de Bezieux, connu pour être une brute tyrannique dans les entreprises qu'il dirige... cela va redorer l'image du Medef...
a écrit le 17/02/2018 à 13:07 :
Le type qui a été chroniqueur éco sur canal. Je ne vous explique pas les analyses neutres !
a écrit le 17/02/2018 à 11:38 :
Ils deviendront crédible le jour ou il préféreront la loi , plutôt qu une charte !!
a écrit le 17/02/2018 à 8:33 :
On se sent pas concerné par le médef
Car c’est une organisation «  type club privé « comme le «  club Méd »

Qui sert avec la complicité des politiques PS FN et LR et Rem ( ne changez pas de noms c’est une perte d’energie inutile )
Vous êtes ce que vous êtes et le nom ne changera rien.

Le médef est a l’origine du «  chaos social et de m’emploi En France » à cause de son refus d’égalite Pour tous les citoyens et sa politique «  élitiste « 


C’est une forme de sélectionisme qui pousse «  ceux que le médef «  rejette à une «  sorte de mort lente »


Je pense qu’il faut réformer le médef et le rendre «  plus social et plus humain » et choisir des leaders ordinaires dans le peuple


Au point pas besoin de 3 organisations patronales : un suffit pour toute la France
Faites des économies pas du gaspillage.
a écrit le 16/02/2018 à 13:49 :
si le patronnat payer mieux la dette social de 30%du b i p n exixterais pas, , ils n y a pas de societe evoluez sans partage des richesses faites pars tous pour tous, l idde de sarkosie est bonne 1/3 actionnaire 1/3 investisement 1:/3 salaries est une bonne base de negosiation,:pour ceux

qui veulent le pouvoir il doivent savoir que le prix du chomage c est la delinqance la drogue les violences faites dans les menages dans les quartiers et les inegalites homme femmes: tous a un prix , ,???
a écrit le 16/02/2018 à 13:11 :
Le Medef devrait être vigilant concernant l'impôt prélevé à la source. Ce n'est pas aux entreprises à percevoir l'IR, mais à l'administration fiscale. Les revenus d'un couple ne regarde pas les entrepreneurs. Par ailleurs, cela va coûter cher . Pour les retraités , il faudrait que la sécu, si cette mesure voit le jour, payent les pensions le 1er de chaque mois et plus le 10 comme actuellement. Pourtant la mensualisation marche bien, on aurait pu prélever l'IR sur 12 mois au lieu de 10 comme c'est prévu pour l'IR prélevé à la source.
a écrit le 16/02/2018 à 11:12 :
Le Medef fait parti de ces multiples baronnies à qui les politiques ont abandonné tous leurs pouvoirs depuis des décennies .....et qu'il serait bon aujourd'hui de voir disparaître tant leurs pouvoirs d'obstruction à tout progrès est néfaste à notre pays ...hélas cela ne concerne pas uniquement le Medef !!
a écrit le 16/02/2018 à 9:36 :
Et toujours pas de pseudo ? Ce serait vraiment plus crédible du coup et ça nous éviterait à chaque fois de nous croire au 18ème siècle...

Gouzieu, Grobézi, Go et-c... L'avantage c'est qu'avec un nom comme ça c'est pas difficile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :